Home Politique Malula, Kabila et Mosengo se sont accordé sur la médiocrité

Malula, Kabila et Mosengo se sont accordé sur la médiocrité

5 min read
0
0
mosengo-mediocrité

<<jeunes congolais toujours en avant, jeunes congolais toujours plus haut, jeunes congolais, refusez toujours la médiocrité>> c’était le message du feux cardinal Malula à la jeunesse de Kinshasa à l’occasion de ses 25 ans d’épiscopat>> le 20 septembre 1985. C’était il y 33 ans.

<<j’ai besoin de 10 ou 15 hommes pour changer le pays>> <<pour transformer un pays comme le Congo, il ne faut pas compter sur milles personnes, il faut avoir dix, quinze personnes bien déterminées. Alors avec elles, on peut transformer un pays, une société.>>  Propos tenu par le président Joseph Kabila dans une interview accordée au New York Times le 3 avril 2009. Il suffit juste de fournir un peu d’efforts intellectuels dans l’analyse du langage pour dire implicitement que le chef de l’Etat de la RDC a diplomatiquement décrié de certainens personnes qui l’entourent et qu’aujourd’hui, visiblement, le Cardinal Mosengwo est dans les traces de Malula et de Kabila qu’il a dénoncé la médiocrité après la marche du comité laïc de coordination qui a été solde par une une réaction disproportionnée de la force des <<,prétendus vaillants hommes en uniforme>> selon l’archevêque de Kinshasa.

 Un analyste politique a affirmé que la médiocrité dénoncé par les trois hommes est quasiment généralisée. Au niveau de la majorité présidentielle qui après deux mandats au pouvoir n’a pas su rendre la RDC prospère. La population vit dans une misère totale. Malgré cela, la MP multiple des stratégies pour s’éterniser au pouvoir dans une insuffisance remarquable de résultats en contradiction de la loi fondamentale avec le concours d’une certaine  l’opposition à la solde du régime prédateur.

Cette médiocrité devrait se dénoncer aussi dans le chef de certains leaders de l’opposition qui ont loupés toutes les occasions de mettre les <<médiocres>> hors d’état de nuire.

La presse aussi a trahit par son manque d’objectivité et de neutralité dans le traitement des informations. L’on a vu des journalistes congolais être des partie de pris soit pour la Majorité soit pour l’opposition politique. Une situation qui implique beaucoup de réalités entre autre la pauvreté, le nombre élevé de moutons noirs dans métier…

Il faut une remise question systématique dans tous les secteurs de la vie pour remédier au système médiocre qui risque d’embraser toute la société. A-t-il conclu.

Charger plus d'articles connexes
Load More By Alternance
Load More In Politique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lire aussi

Candidat du FCC: Et si Joseph Kabila tenait compte du point de vue de la population ?

La question de la succession de Joseph Kabila a finalement été évoquée officiellement par …