Home Politique L’ACO quitte le G7 pour « recouvrer toute son autonomie »

L’ACO quitte le G7 pour « recouvrer toute son autonomie »

7 min read
0
1
aco

Le parti politique Avenir du Congo(ACO) a pris ses distances avec le Groupe des sept partis politiques(G7). C’est à travers un communiqué signé par son  Président National, Banza Maloba Dany  le  30 janvier 2018 qu’il a informé à ses désormais anciens compagnons de lutte de cette décision. Dans cette correspondance dont une copie est parvenue à la rédaction d’Alternance. CD, il a  justifié son choix par  le besoin de faire cavalier seul et n’affiche visiblement aucune rancœur envers d’autres partis du G7 et leurs leaders.

Du début à la fin de sa lettre, il n’a pas tari d’éloges à l’égard de ces derniers, estimant notamment que « la politique ne devant pas faire de nous des ennemis ». Parmi les raisons qui justifient ce retrait volontaire, il y a entre autres, un désaccord qui existerait sur l’interprétation du point 7 de l’article 3 de l’acte constitutif de cette plateforme qui soutient la candidature de Moise Katumbi à la prochaine présidentielle. Ce dispositif stipule que « le G7 devra présenter une candidature commune et  unique à la prochaine élection présidentielle ».

Pour l’ACO, étant donné que la donne  politique a changé au pays depuis la création de ce regroupement politique, il est nécessaire de revoir certaines choses. « Les circonstances ainsi que le contexte politique qui nous ont mis ensemble n’étant plus les mêmes…, nous avons le devoir de vous transmettre la décision du parti Avenir du Congo de son retrait volontaire du G7 conformément à l’article 11 point 1 du même acte constitutif. Le parti est dans le besoin tout en restant dans l’opposition, de recouvrer toute son autonomie de manière à lui permettre de lever en toute indépendance les options face aux enjeux qui s’imposent à lui », lit-on dans cette lettre.

Aller aux élections et voir le reste après…

L’autre raison serait liée à la décision du G7 de conditionner sa participation aux prochaines élections par l’application intégrante de l’accord de la Saint Sylvestre notamment en ce qui concerne l’indépendance de la CENI, la décrispation du climat politique, la réouverture des médias fermés illégalement  et la garantie de la part du Chef de l’Etat  Joseph Kabila qu’il ne briguera pas un troisième mandat.

A ce propos, l’ACO tient à participer coûte que coûte aux scrutins fixés au 23 décembre prochain par une commission électorale qui ne bénéficie plus de la confiance de l’opposition dont le G7 et d’une majeure partie de la population congolaise. « Un tien vaut mieux que deux tu auras dit-on, nous avons la date du 23 décembre 2018, il semble que à notre humble avis que toutes les forces vives de la nation doivent œuvrer dans le sens de ne pas pouvoir occasionner un quelconque report de ce cette date. Aussi, pour ne pas s’égarer de cet objectif primordial, les efforts et la lutte pour l’application des mesures de décrispation de l’Accord de la Saint Sylvestre doivent se faire concomitamment à la préparation des élections à la date précitée », soutient-il.

Des fleurs aux autres leaders du G7

Malgré cette divergence, ce parti continue à croire au combat que mènent  les autres cadres du G7 et salue leurs compétences. « Nos pensées vont également vers le Président José Endundu pour toute son affection qu’il nous a témoignée, son hospitalité chaleureuse, sa sincérité, son esprit familial et ses analyses sans cesse pertinente, il reste un père ; au Président Olivier Kamitatu pour son pragmatisme et sa persévérance ; au Président Christophe Lutundula pour son intelligence hors norme, exceptionnelle et cartésienne, son sens d’anticipation, ses connaissances et référence », a écrit le Président National de l’ACO.

Et d’ajouter que les  « grandes valeurs humaines » du président en exercice du G7, son humilité, son sérieux et son sens élevé du patriotisme ne l’ont pas laissé indifférent.

RD44

Charger plus d'articles connexes
Load More By Alternance
Load More In Politique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lire aussi

Candidat du FCC: Et si Joseph Kabila tenait compte du point de vue de la population ?

La question de la succession de Joseph Kabila a finalement été évoquée officiellement par …