Home Economie FPI: Le SYNAFET se fait l’avocat du diable contre Patrice Kitebi

FPI: Le SYNAFET se fait l’avocat du diable contre Patrice Kitebi

6 min read
0
0

Après avoir longtemps fermé les yeux sur l’anarchie qui régnait au Fonds de Promotion de l’Industrie (FPI) durant des années, le Syndicat National des Agents, Fonctionnaires de l’Etat et Paraétatiques (SYNAFET) se réveille de son sommeil contre l’actuel comité de gestion qui a instauré de l’ordre. Cette structure affiliée à l’Internationale des Services Publics (ISP) se fait l’avocat des agents qui, ont été chassés car ayant des CV truqués, des fausses pièces universitaires ou occupant des fonctions qui ne correspondaient pas à leurs qualités. Elle défend l’indéfendable et, s’en va en guerre contre la gestion orthodoxe instaurée par le Directeur Général, Patrice Kitebi Kibol Mvul, lui qui a réussi à démasquer toute la supercherie.

Ayant hérité d’une entreprise où régnait l’anarchie et le favoritisme, ce mandataire public ne s’est pas posé beaucoup de questions sur la démarche à entreprendre pour maitriser les charges. Pour ce faire, des agents qui prestaient dans l’illégalité criante, alourdissant inutilement les charges ont été remerciés. Ce, à l’issue d’une procédure administrative déclenchée au terme d’un atelier des directeurs, lequel a été approuvé par l’autorité de tutelle et le Conseil d’Administration.

D’autres agents se sont vus rétrogradés, question de mettre chacun à la place qu’il mérite. Alors que ses efforts courageux qui, ont permis de booster la qualité du travail et d’augmenter les recettes sont appréciés de toute part, Patrice Kitebi est étonnement la cible des attaques des ennemis du changement.

Parmi eux, le SYNAFET qui, a entrepris une démarche diabolique auprès du Ministre d’Etat à l’Emploi, Travail et Prévoyance Sociale, Lambert Matuku Memas pour obtenir le rétablissement des agents licenciés. « L’Inspecteur du Travail et tant d’autres autorités qui nous lisent en copie sont priés de bien vouloir se pencher pour que justice soit faite conformément à la Convention collective et le Statut du Fonds de Promotion de l’Industrie, afin de rappeler le Directeur général à se conformer aux textes légaux et réglementaires mis à disposition, en vidant ce litige avant d’organiser les élections sociales 7ème édition 2018-2021 », a-t-il écrit dans une correspondance signée par son Président national, Emery Tshipamba Mutungilayi.

Une démarche vouée à l’échec

Et pourtant, les travailleurs du FPI apprécient la politique du comité de gestion actuel, laquelle a permis d’obtenir des résultats positifs qui laissent présager un avenir radieux tant pour leurs carrières autres fois menacées que pour l’entreprise. A titre exemplatif, la discipline et la rigueur instaurées par Kitebi ont rendu possible l’appui financier de près de 3 millions de dollars américains accordés à un investisseur congolais pour la construction d’un hôtel au standard international dans la ville de Goma.

Selon un agent, le comité de gestion a mis fin à l’hémorragie des deniers qui faisait que, le premier venu puisse se servir au détriment de l’Etat et des véritables promoteurs industriels. « L’époque où le FPI était une structure dans laquelle venait s’enrichir des dignitaires du pouvoir appartient au passé. Nous les travailleurs, nous avons maintenant  le sentiment que l’on travaille dans une entreprise qui a des dirigeants responsables qui se soucient de sa survie et de la réalisation de son objet social », affirme-t-il.

Vivement, le SYNAFET est appelé à abandonner ce faux combat qu’il livre contre l’ancien Ministre délégué aux Finances.

                                                         RD44

Charger plus d'articles connexes
Load More By Patrick Lokala
Load More In Economie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lire aussi

Christelle Vuanga : «Le gouvernement de la RDC devrait encourager les entreprises qui engagent les personnes handicapées»

L’Assemblée nationale a déclaré, au cours de la séance plénière du vendredi 29 mai 2…