Home Economie Kitebi devenu la cible des pourfendeurs, la Direction générale dénonce une campagne contre le redressement du FPI

Kitebi devenu la cible des pourfendeurs, la Direction générale dénonce une campagne contre le redressement du FPI

19 min read
0
0

Pour couper l’herbe sous le pied de la rumeur, la Direction générale du Fonds de Promotion de l’Industrie(FPI), à travers la cellule de communication a éclaircit l’opinion sur des informations faisant état d’une supposée conspiration contre le comité de gestion sortant. Dans une mise au point dont une copie est parvenue à Alternance.CD, elle a démenti toutes les accusations portées sur le Directeur Général Patrice Kitebi en particulier et sur l’ensemble de son équipe en général, par de mauvaises langues aidées par une certaine presse sensationnelle. 

Contrairement à ce qu’affirment ces pêcheurs en eaux troubles, visiblement mal informés et animés par la volonté de nuire, l’actuel comité de gestion n’a pas organisé d’audit sur la gestion de l’équipe dirigée par Constantin Mbengele.

Il s’est en réalité agit des missions de contrôles de routine qui s’inscrivent dans le cadre des actes de gestion. « Les missions de supervision de projets concernant l’utilisation des financements reçus par les promoteurs ne peuvent en aucun cas être considérées comme un audit de gestion du prédécesseur. Ces contrôles s’inscrivent dans le suivi proprement dit des projets financés. Il s’agit donc d’actes de gestion posés par la Direction Générale actuelle dont elle ne peut s’interdire », explique la direction générale.

Et de là déduire qu’elle fait la chasse aux sorcières comme l’a prétendu un média en ligne, il n’en est nullement pas question. En effet, précise la mise au point de la cellule de communication du FPI, « les réunions hebdomadaires de suivi de la mobilisation des recettes (mobilisation de la taxe et recouvrement des prêts), instaurées depuis l’arrivée de l’actuelle Direction Générale, à travers lesquelles les promoteurs (débiteurs) justifient leur non-remboursement du fait des rétro-commissions dont ils ont été victimes par le passé, ne devraient pas être considérées, à tort, comme une chasse aux sorcières mais plutôt comme un processus de recouvrement ».

Pas concernée par les aveux de Georges Jacovides

Et comme si ces mensonges crus contre le numéro un du FPI, partagés à cœur joie sur les réseaux sociaux par ses auteurs n’ont pas suffi, ces derniers s’en sont aussi pris au Directeur de Supervision, André ILALI accusé à tort d’avoir contraint des promoteurs à passer aux aveux devant la justice.

A ce propos, la direction générale a fait cette précision: «  Le Directeur André ILALI, chargé de la Supervision n’a jamais rencontré, sur ordre du Directeur Général, un quelconque promoteur pour lui proposer de faire un aveu au Parquet Général. Il n’est point besoin que le Directeur de Supervision puisse convoquer ou inviter un promoteur à passer aux aveux car les Procès-Verbaux de réunions hebdomadaires de mobilisation des recettes, les déclarations et les dénonciations librement déposées des promoteurs sont on ne peut plus éloquents ».
Et de renchérir que des pratiques de retro commissions, corruption, concussion, financement des dossiers des projets fictifs et de subvention de complaisance avaient été décelées dans les conclusions de la Commission d’enquête parlementaire menée dans cette régie financière des mois avant l’arrivée de Patrice Kitebi.

Quant aux dépositions et déclarations faites par Georges Jacovides auprès des officiers du Ministère Public, lesquelles établiraient des liens avec l’Ex-Directeur général Constantin Mbengele, elles n’engagent ni de près ni de loin l’actuel Directeur général et son équipe.
Et au regard de l’acharnement constaté depuis un certain temps contre les dirigeants du FPI, on ne peut pas s’empêcher de croire que le redressement de cette entreprise, décidé et piloté par son DG fait des mécontents et de jaloux. «Le FPI attire l’attention de l’opinion à ne pas se laisser distraire par ces théâtralisations des faits orchestrés par des personnes autour desquelles l’étau se resserre. Les dirigeants du FPI sont en ce moment focalisés sur le redressement de l’entreprise et la préparation des programmes de financement autour des projets s’inscrivant dans le développement des chaînes de valeurs », conclu la mise au point que nous publions en intégralité.

RD44

MISE AU POINT DU FPI
Le Service de Communication du Fonds de Promotion de l’Industrie a été mandaté par sa Direction Générale pour apporter des précisions concernant les faits évoqués dans un article paru dans un média en ligne.
De prime à bord, le FPI tient à informer l’opinion nationale et internationale qu’il n’existe aucune conspiration contre l’Administrateur Directeur Général honoraire Constantin MBENGELE. Dans toute institution de financement, les prêts ont généralement une durée moyenne de 3 ans. Ainsi, les missions de supervision de projets concernant l’utilisation des financements reçus par les promoteurs ne peuvent en aucun cas être considérées comme un audit de gestion du prédécesseur.

Cescontrôles s’inscrivent dans le suivi proprement dit des projets financés. Il s’agit donc d’actes de gestion posés par la Direction Générale actuelle dont elle ne peut s’interdire.
Dans le même registre, les réunions hebdomadaires de suivi de la mobilisation des recettes (mobilisation de la taxe et recouvrement des prêts), instaurées depuis l’arrivée de l’actuelle Direction Générale, à travers lesquelles les promoteurs (débiteurs) justifient leur non-remboursement du fait des retro-commissions dont ils ont été victimes par le passé, ne devraient pas être considérées, à tort, comme une chasse aux sorcières mais plutôt comme un processus de recouvrement.
Ces actes de dénonciation calomnieuse, diffamation et d’imputation dommageable augurent d’une simple fuite en avant fondée sur des dénonciations et recherche de bouc émissaires, à travers de fausses accusations et montages grossiers dans les médias.

Des accusations portées contre M. André ILALI, Directeur de Supervision
Le Directeur André ILALI, chargé de la Supervision n’a jamais rencontré, sur ordre du Directeur Général, un quelconque promoteur pour lui proposer de faire un aveu au Parquet Général. Il n’est point besoin que le Directeur de Supervision puisse convoquer ou inviter un promoteur à passer aux aveux car les Procès Verbaux de réunions hebdomadaires de mobilisation des recettes, les déclarations et les dénonciations librement déposées des promoteurs sont on ne peut plus éloquents.
L’opinion se souviendra que dans les conclusions de la Commission d’enquête parlementaire, alors que le DG KITEBI n’était pas encore au FPI, il avait été dénoncé des pratiques de retro commissions, de corruption, de concussion, de financement des dossiers des projets fictifs, de subvention de complaisance, …

Des accusations portées contre M. Jean-Claude KALENGA

Ces accusations ne sont que le fruit de l’imagination créatrice de leurs auteurs en mal de positionnement et à la recherche du sensationnel. M KALENGA n’a jamais influencé, ni rencontré le promoteur Georges JACOVIDES, propriétaire de la société Media Print Sprl, débiteur du FPI de plus ou moins 3 millions de dollars USD et poursuivi par devers le Parquet Général de la Gombe.

En revanche, nous apprenons que M. JACOVIDES a, au cours d’une de ses auditions, dénoncé n’être pas le seul à pouvoir restituer l’argent au FPI mais qu’ils doivent être solidaires avec ses autres associés, à savoir : Madame Christine CASSARCHIS (sa mère) et Mme Kathy KAPINGA KATWALA (belle-sœur de M. Constantin MBENGELE, ADG au moment de la signature du contrat).

Les dépositions et déclarations libres que fait M. Georges JACOVIDES auprès des officiers du Ministère Public qui accusent ou établissent des liens avec l’ex ADG du FPI n’engagent que son auteur et nullement le Directeur Général KITEBI et ses équipes.

Les propos choquants fondés sur le tribalisme « la Katangalité » n’ont jamais été tenu par le Directeur KALENGA. Cette démarche ne vise qu’à stigmatiser et à opposer les ressortissants d’une province contre d’autres dans un appel à la haine tribale. Et ainsi, ternir l’image de la justice congolaise et son caractère indépendant.
Quant aux titres de propriété (ANGYK, JESUS SEUL, TRADEXIM)

A l’époque où les faits se sont déroulés (2011- 2013), le Directeur Kalenga était responsable du coffre-fort. Il avait constaté, lors d’un contrôle de routine, la disparition de 3 titres hypothéqués du projet ANGYK. Ce dernier avait initié des lettres d’opposition et de demande d’établissement des duplicatas en remplacement des titres portés disparus.
Le conservateur de Lubumbashi a fait droit à la requête du FPI en établissant conformément aux lois et règlements de la République, d’autres titres qui sont inscrits et bel et bien au coffre-fort du FPI en annulation de ceux disparus.

Au sujet du titre concernant le projet « Jésus Seul », le FPI tient à faire savoir à l’opinion que M. KALENGA n’a jamais traité de prêt ou de loin ce dossier. Il existe une décision de classement sans suite pour faits non établis à sa charge au Parquet Général de Kinshasa-Matete.
S’agissant du dernier titre disparu pendant la gestion du coffre par M. Michel KAYEMBE, le dossier est en instruction au Parquet Général de la Gombe.

A ce stade, nous ne pouvons interférer dans la procédure en cours étant donné que le Ministère Public a la plénitude de l’action pour décider qui il peut arrêter ou laisser en liberté pendant son instruction.

Le FPI attire l’attention de l’opinion à ne pas se laisser distraire par ces théâtralisations des faits orchestrés par des personnes autour desquelles l’étau se resserre. Les dirigeants du FPI sont en ce moment focalisés sur le redressement de l’entreprise et la préparation des programmes de financement autour des projets s’inscrivant dans le développement des chaînes de valeurs.

Service de Communication du FPI

Charger plus d'articles connexes
Load More By Patrick Lokala
Load More In Economie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lire aussi

Communiqué de la rédaction

La rédaction d’Alternance.CD informe à ses lecteurs qu’une photo du chef de fi…