Home Politique Joseph Kokonyangi, l’insoutenable légèreté indigne d’un Ministre de la République

Joseph Kokonyangi, l’insoutenable légèreté indigne d’un Ministre de la République

7 min read
0
0

Se lassera quiconque se donnera la tâche de comptabiliser les dérapages du Secrétaire général adjoint de la Majorité présidentielle. Dans sa folie de grandeur démesurée, Joseph Kokonyangi s’en prend à n’importe qui et crache n’importe quoi, n’importe où, n’importe comment. Lors de son récent séjour dans la province du Maniema, il a distillé plusieurs petites phrases indignes d’un membre du gouvernement de la République d’un Etat qui se veut démocratique. La dernière est très grave d’autant plus qu’il a promis de jouer de son influence pour fermer toute une institution, à savoir l’assemblée provinciale du Maniema. Il reproche aux députés provinciaux d’avoir porté leur choix sur le Gouverneur Prospère Tunda Kasongo.

Les diatribes contre les membres des autres institutions nationales et provinciales semblent être la marque de fabrique du Ministre de l’Urbanisme et Habitat. Dans son secteur comme ailleurs, l’homme affiche une arrogance déconcertante qui trouble l’ordre établi. D’aucuns se rappellent de l’humiliation qu’il a subie dans l’affaire de l’octroi des terrains aux députés nationaux à Kingabwa dans la commune de Limete. Alors qu’il affirmait poser cet acte au nom du Chef de l’Etat, il a été contredit par le cabinet du Président de l’Assemblée nationale qui a démenti une telle offre. Ce, après avoir été humilié par le Gouverneur de Kinshasa, André Kimbuta qui aurait menacé de demander sa destitution s’il s’entêtait.

En mission dans le Maniema, il s’est invité dans le débat sur l’élection du nouveau gouverneur dont le recours en annulation introduite par la MP à la Cour d’appel de Kindu a été rejeté et s’en est violemment pris aux députés provinciaux. « Je vais demander au VPM de l’Intérieur, Mova de suspendre cette assemblée provinciale ici, parce que c’est un symbole d’escroquerie », a-t-il notamment déclaré.

Une gangrène…qu’il faut soigner

D’une diatribe à une autre, Kokonyangi avait défié le Conseiller Spécial du Chef de l’Etat chargé de la lutte contre la fraude, la corruption, le blanchissement des capitaux et le financement du terrorisme, Luzolo Bambi après l’arrestation du Secrétaire général de son Ministère. Poursuivi dans l’affaire de spoliation des immeubles de l’Etat, ce dernier croupit à la prison et selon certaines sources, le Ministre de tutelle doit être lui aussi inculpé. C’est le cas du Député national Zacharie Bababaswe qui, sur une vidéo largement partagée ces derniers jours sur les réseaux sociaux, affirme qu’il est un danger pour les maisons de l’Etat. « Il y a une gangrène, un cancer à Kinshasa provoqué par un certain monsieur qui s’appelle Kokonyangi. Il est un danger pour les maisons de l’Etat à Kinshasa », fustige cet élu de la Majorité présidentielle.

A en croire certains observateurs, le Ministre de l’Urbanisme et Habitat n’est pas un danger seulement pour les maisons de l’Etat mais, il l’est aussi pour son parti politique l’AFDC, la Majorité Présidentielle et même sa province d’origine, le Maniema. Ils en ont pour preuve le fait que partout où il est passé, le SGA de la MP a laissé une réputation sulfureuse. « Au sein de l’AFDC, il est considéré comme un infiltré pour déstabiliser l’Autorité morale Modeste Bahati. Dans la famille politique du Chef de l’Etat, il prend de décisions parfois sans consulter la hiérarchie et le voilà maintenant engagé pour fermer l’assemblée provinciale du Maniema », regrette un analyste politique. Il fustige cette attitude mais, il se pose de nombreuses questions sur l’état psychologique de Joseph Kokonyangi et propose qu’il se fasse examiner par un psychiatre.
RD44 ​

Charger plus d'articles connexes
Load More By Patrick Lokala
Load More In Politique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lire aussi

Christelle Vuanga : «Le gouvernement de la RDC devrait encourager les entreprises qui engagent les personnes handicapées»

L’Assemblée nationale a déclaré, au cours de la séance plénière du vendredi 29 mai 2…