Home Politique Avec des juges proches du chef de l’Etat, la Cour Constitutionnelle est-elle devenue pro Kabila ?

Avec des juges proches du chef de l’Etat, la Cour Constitutionnelle est-elle devenue pro Kabila ?

5 min read
0
0

En remplacement du juge Yvon Kalonda, décédé en avril dernier, le Chef de l’Etat a jeté son dévolu sur Maitre Norbert Nkulu, considéré comme un de ses plus fidèles proches. Le Conseil Supérieur de la magistrature a, de son côté, désigné son Ex-Secrétaire permanent, Jean Ubulu Pungu pour succéder au juge Louis Esambo. Le parlement a pour sa part, désigné François Bokona Wipa, un député du PPRD pour succéder au juge démissionnaire Eugène Banyaku. La rapidité avec laquelle ces désignations ont été faites et les profiles des heureux promus ne cachent rien de la volonté du pouvoir de prendre le plein contrôle de cette Cour qui, a un rôle déterminant à jouer dans le processus électoral et la marche des institutions du pays.

Une fois n’est pas coutume, le remplacement des juges de la Cour Constitutionnelle a mis un peu plus d’un mois pour être effectif. Contrairement aux habitudes congolaises, les postes laissés vacants après les défections et le décès des juges de la Cour constitutionnelle viennent d’être comblés dans un temps record. La plus haute instance judiciaire du pays est enfin au complet et donc, en mesure de jouer son rôle dans les prochaines semaines dans la perspective des contentieux électoraux. Sur Ordonnance présidentielle publiée le lundi 14 mai 2018, les trois juges ont été nommés officiellement par le Président de la République.
Mais la question que d’aucuns se posent est de savoir si les neuf juges auront les mains libres d’assumer la lourde tâche qui les attend, quand on sait que trois quart d’entre eux sont liés au pouvoir depuis des longues années. Ainsi, outre un député national du parti présidentiel et un proche du Chef de l’Etat, il faut signaler que le juge Jean Ubulu est un proche et ami de longue date du Ministre de la Communication et Médias, Lambert Mende Omalanga.

Ce qu’il faut craindre…

En effet, âgée de trois ans, la Cour Constitutionnelle de la RDC vit une année pas comme les autres, marquée particulièrement par la tenue des élections notamment l’élection présidentielle, plusieurs fois repoussée, et à laquelle ne doit plus se représenter l’actuel Chef de l’Etat.
Alors que les spéculations vont bon train sur son inéligibilité ou non, le sort de Joseph Kabila pourrait être géré par ces neuf juges qui, constituent théoriquement un des contrepoids de l’ordre constitutionnel. Et, avec la présence de certains gardiens du temple du régime en place, on peut bien croire qu’elle puisse se montrer favorable aux initiatives allant dans le sens de son éligibilité pour un troisième mandat.

D’autre part, la Cour Constitutionnelle est très attendue pour trancher sur l’épineuse question de nationalité qui, risque de polluer la campagne électorale. Dans l’un ou l’autre cas, les décisions des juges auront un impact sur le processus électoral et par ricochet sur l’avenir du pays.

RD44

Charger plus d'articles connexes
Load More By Patrick Lokala
Load More In Politique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lire aussi

Communiqué de la rédaction

La rédaction d’Alternance.CD informe à ses lecteurs qu’une photo du chef de fi…