Home Politique Élections 2018: Pragmatisme et réalisme à l’ECT, « quand dire c’est faire »

Élections 2018: Pragmatisme et réalisme à l’ECT, « quand dire c’est faire »

6 min read
0
0

A 7 mois des élections du 23 décembre prochain, le pragmatisme et le réalisme sont au rendez-vous à l’Eveil de Conscience pour le Travail (ECT). Le bureau politique et d’autres organes de ce parti membre de la Majorité présidentielle multiplient des stratégies pour augmenter ses chances de remporter plus de sièges à l’Assemblée nationale et dans les Assemblées provinciales. Ce, au moment où les états-majors de certains partis politiques pondent des discours stériles et sensationnels. Depuis près d’un mois, un nouveau vent et une nouvelle énergie sont à pieds d’œuvre au sein de la troisième force politique de la MP.

C’est dans ce cadre que le Secrétaire général du parti, l’honorable Boniface Balamage, a signé ce lundi 21 mai 2018 une décision portant création, organisation et fonctionnement de la centrale électorale de l’ECT. Cette centrale a entre autres missions, l’élaboration d’une politique de gestion logistique, administrative et juridique pouvant faciliter le parti d’aborder conséquemment les élections ; l’identification, le recrutement, la sélection, la fidélisation des candidats ainsi que la constitution du fichier électoral de l’ECT et, la production d’un programme opérationnel des élections.

Selon le Premier Vice-président de l’ECT, le Prof Dr Félix Momat, le nouveau leadership du parti fonde son action notamment sur la pensée du célèbre philosophe anglais John Langshaw Austin selon laquelle « Quand dire c’est faire ». Il soutient que, si l’on reconnait un prophète par l’accomplissement de ses prédictions, l’on doit reconnaître un parti politique sérieux par des actes posés dans la mise en œuvre de ses différents programmes. Et depuis peu, ce parti rangé derrière Joseph Kabila, en fait une démonstration titanesque.

Couverture nationale

Fort de son implantation sur toute l’étendue du territoire national-9 députés nationaux et 2 gouverneurs élus- l’ECT va étendre, à travers sa centrale électorale, son influence sur toute la RDC à travers 15 aires géographico – politiques institués et pilotés par près de 70 personnes. Par exemple, dans l’espace Kasaï, attribué par une certaine opinion à l’opposition, l’ECT a aligné des hommes de terrain pour piloter les actions de sa centrale électorale et ressortir des candidats du peuple sous la coordination du Sénateur Pascal Kabeya.

Quant à l’espace Grand Katanga, il sera piloté par une équipe composée notamment des députés nationaux et provinciaux du coin, du gouverneur de la province du Tanganyika, du Ministre Felix Kabange, du Prof Dr Pablo Ngwej, du Prof Dr Félix Momat. Ce dernier, en fin stratège, avec son sens élevé d’analyse et d’anticipation se concentrera spécifiquement sur le Haut Katanga, le Tanganyika et le Lualaba. Son pragmatisme est un gage du succès pour l’ECT dans ce coin de la république.

Respecter et appliquer les orientations de la MP

Outre le Grand Est, le Président Shadrack Baitsura, le SG Boniface Balamage, l’honorable Robert Payisayo et le Gouverneur Lola Kisanga viendront en appuie pour quadriller la ville province de Kinshasa, ensemble avec les membres du Bureau Politique National, les élus du parti ainsi que tous les mandataires du parti au niveau national.​ L’ECT s’est rangé à exécuter sans failles les orientations données par l’Autorité Morale de la Majorité Présidentielle lors de la dernière conférence des présidents tenu à Kingakati.

CP/ALT

Charger plus d'articles connexes
Load More By Patrick Lokala
Load More In Politique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lire aussi

Christelle Vuanga : «Le gouvernement de la RDC devrait encourager les entreprises qui engagent les personnes handicapées»

L’Assemblée nationale a déclaré, au cours de la séance plénière du vendredi 29 mai 2…