Home Politique Enrôlement des congolais de l’étranger: Le gouvernement et la CENI se contredisent, le parlement tarde à trancher

Enrôlement des congolais de l’étranger: Le gouvernement et la CENI se contredisent, le parlement tarde à trancher

5 min read
0
0

Le Ministre délégué en charge des congolais de l’étranger, Emmanuel Ilunga a déclaré qu’il ne sera pas possible d’enrôler les congolais de la diaspora dans le délai imparti et qu’ils ne pourront pas voter aux élections du 23 décembre 2018. Ce mercredi 6 juin, il a été contredit par le Porte-parole de la Commission Electorale Nationale Indépendante(CENI), Jean Baptiste Itibo qui, a révélé qu’il n’y a actuellement aucune disposition prise à ce sens par la centrale électorale. Il a laissé entendre que l’Assemblée nationale pourra être appelée à trancher sur cette question.

Et si la tenue des élections était conditionnée par l’enrôlement des congolais vivant à l’étranger ? En tout cas, il est devenu évident qu’il sera impossible de respecter le calendrier électoral si on tient à enrôler la diaspora congolaise. Mais jusqu’à ce jour, aucune option n’a été levée et le suspens retient entier quant à ce.
Début mai, le Président de la CENI, Corneille Nangaa avait déjà prévenu qu’il est techniquement difficile de le faire dans le respect du calendrier électoral. « La CENI exécuté les lois et ne légifère pas les lois. La loi dit que les congolais de la diaspora doivent voter. En conséquence, nous nous préparons pour le faire. Nous avons préparé les kits d’enrôlement, mais il y a certaines contraintes auxquelles il faut faire que nous avons présentées », avait-il dit, ajoutant qu’il faut lever une option pour annuler cette opération.
De son côté, le Président de l’Assemblée nationale, Aubin Minaku avait invité les élus du peuple à s’assumer pour supprimer cet enrôlement afin de permettre la CENI à aller droit vers les élections du 23 décembre 2018.
Un alibi pour reporter les élections ?
Devant l’Assemblée nationale, Corneille Nangaa affirmait en mai dernier que 220 kits électoraux ont été âpretés et que les sites où devront se dérouler ces opérations ont été identifiés.
A la même occasion, il avait présenté les contraintes liées à ces activités dont la réalisation reste selon lui, « techniquement possible ».

Parmi ces contraintes, il avait évoqué la brutalité de certains congolais vis-à-vis des représentants des institutions, les difficultés logistiques et le financement.

Une frange de l’opposition et certains acteurs de la société civile n’ont de cesse indiqué que l’enrôlement des congolais de l’étranger constitue un prétexte pour ne pas organiser les élections prévues à décembre prochain.

Et les faits semblent leur donner raison car, le parlement tarde à voter une loi qui autoriserait la CENI à écarter les congolais de la diaspora du processus électoral en cours.

Selon Jean Baptiste Itibo, il y aurait une proposition de loi à la Chambre basse du parlement, laquelle pourrait être examinée dans les prochains jours. 

Dans le cas contraire, on se dirigera tout droit vers le report des élections aux conséquences que l’on peut imaginer.
RD44

Charger plus d'articles connexes
Load More By Admin
Load More In Politique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lire aussi

Choc frontal entre Tshisekedi et le FCC: Vers la mise en place d’un gouvernement intérimaire coordonné par les SG de l’Administration publique ?

En couteau tiré pour le  contrôle de la Cour Constitutionnelle et de la CENI, le Prés…