Home Politique Freddy Matungulu: Le parcours d’un grand homme taillé sur mesure pour des grandes responsabilités(portrait)

Freddy Matungulu: Le parcours d’un grand homme taillé sur mesure pour des grandes responsabilités(portrait)

8 min read
0
0

Le candidat du parti politique Congo Na Biso (CNB) et du regroupement politique Synergie Electorale Notre Congo (SYENCO) à l’élection présidentielle du 23 décembre 2018 a affuté ses armes dans l’enseignement universitaire où il a transmis pendant plusieurs années ses connaissances aux milliers de fils de son pays,  parmi lesquels se trouvait un certain Augustin Matata Ponyo qui, trois décennies plus tard, deviendra Premier ministre de la RDC. Mais, le Professeur Freddy Matungulu Mbuyamu Illankir n’a pas eu le goût de la politique précocement car, tout le prédestinait à une longue carrière d’enseignant.

Ce fils de fonctionnaire, né à Lubembo, dans la province du Kwilu, s’inscrit très tôt à la Faculté des Sciences économiques de l’Unikin où il décroche, avec mention «distinction», une Licence en économie internationale et monétaire.

Alors Assistant dans la même faculté, il bénéficie en 1980 d’une bourse du gouvernement américain et atterrit au pays de l’oncle Sam où il obtiendra plusieurs diplômes entre autres, un diplôme spécial d’anglais et d’économie à l’Université du Colorado, un diplôme d’anglais de l’Université d’Etat de New York, une maitrise en économie internationale de l’Université Tufts accompagnés des enseignements d’économie à la prestigieuse Université de Harvard à Boston.

Pour couronner ses longues études, il obtient un doctorat en Sciences économiques et revient au pays pour poursuivre sa carrière d’enseignant qu’il fusionnera avec des postes de Conseiller en charge de l’économie dans plusieurs Ministères et à la Banque centrale.
Freddy Matungulu intègre le FMI en tant qu’économiste en 1992 et durant près de 23 ans, il sera utilisé comme représentant de cette institution de Breton Woods dans plusieurs pays jusqu’en avril 2001, année à laquelle il est nommé Ministre des Finances, du Budget et de l’Economie, pour mettre en œuvre un programme de stabilisation économique et financière, de maitrise d’inflation et de stabilisation de la monnaie.

Autant de réalisations qui ont boosté la croissance économique mais qu’il n’a pas souhaité poursuivre car, opposé aux méthodes de gestion des ressources publiques par le gouvernement de l’époque, il décida de démissionner de son poste et de regagner le FMI jusqu’à sa retraite anticipée intervenue en 2014.

Une intégrité morale irréprochable

Revenu au pays, le « Mwalimu » s’est consacré à la vie politique et dirige un parti d’opposition dénommé Congo Na Biso (CNB). Depuis lors, Freddy Matungulu ne cesse de rappeler le devoir de chaque congolais de travailler pour assurer la grandeur de la RDC. C’est sa réputation d’homme moralement intègre et irréprochable qui marque beaucoup de congolais qui apprécient aussi son intelligence qu’il a mise au service de son pays.

En témoigne des milliers des messages de désapprobation qui ont inondé la toile après son choix de suivre la dissidence menée par Joseph Olengankoy après la désignation de Félix Tshisekedi et Pierre Lumbi à la tête du Rassemblement.

Dans son humilité d’homme cultivé et d’intellectuel, il est revenu sur sa décision et est rentré au Rassemblement dirigé par Félix Tshisekedi.

A l’écoute du peuple congolais, Ya Freddy, comme l’appellent affectueusement ses militants, a expliqué son retour par cette phrase : « Le peuple a parlé, j’ai écouté et j’ai agi ».

Il fait partie de 7 principaux leaders de l’opposition congolaise qui ont pris la capitale congolaise sous leur contrôle le 29 septembre dernier à l’occasion de leur meeting commun.

Un programme du gouvernement qui fait peur

Le Professeur Freddy Matungulu est d’avis que si les congolais n’améliorent pas la gouvernance économique, l’investissement productif demeurera un lointain rêve pour le pays et l’économie ne sera pas diversifiée avec pour conséquence une aggravation du chômage et donc de la pauvreté.
Ainsi, après avoir relevé les principaux maux qui rongent l’économie congolaise dont la mauvaise gouvernance économique qui confond le domaine privé avec le domaine public, il propose aux congolais un projet de société chiffré à 74 milliards de dollards pour cinq ans, soit 14,8 milliards USD par an.
Il veut conduire les congolais au vrai changement et mettre en place un nouveau contexte national de reconnaissance des vertus du travail bien fait.

RD44/Le Journal

Charger plus d'articles connexes
Load More By Admin
Load More In Politique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lire aussi

Nord-Kivu: Vital Kamerhe représente Felix Tshisekedi à la messe d’intronisation du nouvel évêque de Goma ce dimanche

Nommé évêque du diocèse de Goma le 23 avril dernier par le Pape Francois, Mgr Willy Ngumbi…