Home Politique International: La métaphore de « pénalty » de Moise Katumbi s’invite à l’élection présidentielle au Cameroun

International: La métaphore de « pénalty » de Moise Katumbi s’invite à l’élection présidentielle au Cameroun

4 min read
0
0

Dimanche 7 octobre 2018, les camerounais se sont rendus dans les urnes pour élire leur Président de la République. Face au Président sortant, Paul Biya, se présentaient 7 autres candidats de l’opposition dont Maurice Kamto. Ce dernier a revendiqué 24 heures plus tard, sa victoire au cours d’un point de presse animé le 8 octobre au quartier général de son parti.

Le candidat du Mouvement pour la Renaissance du Cameroun(MRC) a, à cette occasion, affirmé avoir battu ses adversaires à cette élection en un seul tour.

Et il n’a  trouvé de plus belles formules qu’une métaphore footballistique de penalty. « J’ai reçu mission de tirer le penalty historique. Je l’ai tiré, le but a été marqué. C’est un événement historique qui a rendu possible une alternance démocratique », a-t-il lancé avant d’inviter Paul Biya à mettre en place une  transition pacifique au pouvoir.

Cette métaphore rappelle celle d’un autre opposant, non pas camerounais mais congolais, Moise Katumbi Chapwe.

De retour de Londres où il s’était rendu pour des soins médicaux, celui qui dirigeait alors l’Ex-province du Katanga avait mis en garde le pouvoir de Kinshasa contre un troisième faux penalty, que le Katanga ne tolèrerait pas.

S’adressant à la foule immense venue l’accueillir, il était parti d’un exemple des Léopards de la RDC jouant la finale de la Coupe d’Afrique des Nations Guinée Equatoriale 2015 et que deux penalties sont injustement accordés à l’équipe adverse. « Est-ce qu’un troisième faux pénalty serait-il accepté ? », avait-il interrogé la foule qui a dit non.

Après cette mise en garde, on connait la succession des événements politiques en RDC et le sort qui a été réservé au Président du TP Mazembe.

Si le troisième « faux pénalty » n’a pas été toléré ou mieux n’a pas été accordé, il a échoppé d’un carton rouge et ne pourra pas poursuivre le match du 23 décembre 2018.

Il en est de même du capitaine de l’équipe adverse qui a cédé le brassard à un de ses coéquipiers de confiance.

Quant à Maurice Kamto, il est encore très tôt de dire si le but qu’il affirme avoir marqué sur pénalty lui sera accordé par l’arbitre du match et la fédération que sont la Commission électorale du Cameroun et la Communauté internationale.

RD44

Charger plus d'articles connexes
Load More By Admin
Load More In Politique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lire aussi

Ne Muanda Nsemi et Ngoy Mulunda: Deux sécessionnistes, deux régimes…

Ils ont tous des diplômes universitaires. L’un est chimiste de formation, l’au…