Home Culture Musique: Pepe Kalle, 20 ans dans l’au-delà

Musique: Pepe Kalle, 20 ans dans l’au-delà

4 min read
0
0

29 novembre 1998-29 novembre 2018, il y a exactement vingt ans, depuis la mort de Pepe Kalle. De son vrai nom Jean-Baptiste Kabasele Yampanya Wa Ba Mulanga le chanteur congolais géant de 2, 10 mètres de taille avait succombé à un arrêt cardiaque, laissant derrière lui une discographie énorme aux futures générations. Qui était donc ce musicien qui semble avoir été jeté dans les oubliettes?

Ses talents de chanteur ont été mis en valeur par Verkys, célèbre saxophoniste de l’orchestre Ok Jazz de Franco, au sein de son groupe Vévé au début des années 1970.

Quelques années plus tôt, le public découvrait sa voix au sein de l’orchestre Bamboula dont le style s’inscrit dans la lignée de l’African Fiesta de Rochereau Tabu Ley.

Evoluant dorénavant aux côtés de frères Maxime et Emile Soki qu’il quittera rapidement, Pepe Kalle aura imposé le soukouss dans la musique congolaise et même au-delà grâce à son orchestre dénommé « Empire Bakuba ».

Sa dense, le  Masasi calculé  s’exportera en Afrique et dans le monde. Dans les années 1980, il adoptera les tenues de sapeur, lui et ses artistes.

A la différence de certains musiciens de l’époque, ses chansons s’adressent directement au peuple dans un langage accessible par le commun du mortel. Ainsi, l’opus « Article 15 beta libanga » sera son plus grand succès car, traitant de vraies préoccupations de zaïrois (congolais).
Une véritable machine à chanter

Pepe Kalle s’installe à Paris en 1985 à partir d’où il s’intéressera au public antillais à destination duquel il larguera les albums Zouke Zouke et Moyibi.

Entre 1989 et 1990, il se souviendra du public francophone africain à travers deux albums, « Pou moun pa ka bougé » et « Tiembe raid pa moli ».

Véritable machine à chanter, « l’éléphant de la musique africaine » et son groupe produiront pas moins de quatre albums par an.

Il était parmi les rares musiciens africains à remplir des stades à travers presque toute l’Afrique.

Il faut dire que la carrière musicale de Pepe Kalle a commencé avec l’African Jazz, le groupe du Grand Kalle avant de faire un tour à Bella Bella. Le nom de son groupe, Empire Bakuba a été tiré d’une tribu guerrière du Congo.

C’est à cet homme de 2, 10 mètres de taille, pesant 150 kilos, décédé à l’âge de 46 ans, qu’on doit aussi la danse « Kwassa kwassa ».

Jean-Perou Kabwira

Charger plus d'articles connexes
Load More By Admin
Load More In Culture

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lire aussi

Débouté pour la 5ème fois dans l’affaire qui l’oppose au FPI: Kin Kiey Mulumba aux abois

Débiteur insolvable auprès du Fonds de Promotion de l’Industrie (FPI), le Professeur…