Home Economie Lutte contre la fraude: Le Gouvernement a fort à faire aux agitations de potentats dans le secteur des Télécoms

Lutte contre la fraude: Le Gouvernement a fort à faire aux agitations de potentats dans le secteur des Télécoms

8 min read
0
0

Avec la décision courageuse du gouvernement congolais d’effectuer un contrôle rigoureux sur toutes les communications téléphoniques (appels, SMS et Internet) à partir de ce 1er décembre, on s’approche décidemment de la fin de la fraude dans le secteur des télécommunications. Mais depuis la prise de cette mesure salvatrice, des opérateurs en télécommunications qui règnent en maitres dans ce secteur, ont sorti du grand jeu pour empêcher le gouvernement d’aller jusqu’au bout de sa démarche.

Pour ce faire, ils ont mis du paquet pour lyncher médiatiquement le Ministre de PT-NTIC, Emery Okundji et son collègue des Finances, Henri Yav.

Avant de s’en prendre à ces deux membres du gouvernement, ces opérateurs que l’on peut à juste titre qualifier de potentats auraient tenté d’empêcher le Premier ministre de signer le décret de contrôle fixant les modalités de calcul et les taux des revenus des prestations de l’ARPTC.

Heureusement que leur stratégie a été révélée par des bouches qui ont un faible pour la vérité,  surtout lorsqu’il s’agit des questions d’intérêt national comme celle-ci.

Ainsi, selon des informations publiées par Scooprdc.net, ces opérateurs maffieux auraient largué dans la presse un mémorandum non daté et écrit à l’emporte-pièce pour discréditer le travail du gouvernement. « Dans un mémorandum sans date ni signature remis à la presse jeudi 29 novembre au travers le Comité Professionnel des fournisseurs des services de la téléphonie, ces opérateurs des télécoms, non seulement décrient le choix de la Société African General Investment Limited (AGI), chargé d’installer le système de contrôle des flux téléphoniques générés par eux, mais aussi s’apitoient sur le sort des consommateurs. Ils font croire que la mise en place d’un nouveau système de contrôle des flux téléphoniques des réseaux des opérateurs des télécommunications, occasionnerait 27% de hausse de taxes et 60% de prix de l’Internet. Pire, ils se font avocat de la firme française Entreprise Télécoms qui a failli dans sa mission de les contrôler », signale notre confrère.

Et comme pour  légitimer leur démarche diabolique, ces opérateurs se sont cachés derrière une supposée revendication des consommateurs, les mêmes qu’ils exploitent par la mauvaise qualité de leurs services.

Ces agitations seraient liées à l’échec de toutes les tentatives visant à bloquer, au niveau de la Primature, la signature du décret fixant les modalités de calcul et les taux des revenus des prestations de l’ARPTC.

A la satisfaction des consommateurs et du gouvernement, ledit décret a finalement été adopté par le Conseil des ministres lors de la 12ème réunion ordinaire du vendredi 23 novembre dernier.

La détermination du gouvernement à juguler la fraude

Les agitations de certains opérateurs de télécommunications seraient liées à leur refus de se soumettre à un contrôle régulier par les autorités congolaises.

Mais c’est sans compter avec la détermination du gouvernement de la République, au travers le Ministre des Postes, Télécommunication et Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication, Emery Okundji.

Ce dernier ne compte pas se laisser intimider par des attaques dont il est la cible de la part d’une certaine presse au service des opérateurs de télécommunications en échange de billets verts.

« A l’ARPTC comme au Ministère de PT-NTIC, on s’étonne que les opérateurs des télécoms récusent la société AGI comme si la désignation de l’opérateur de contrôle relevait de leurs prérogatives. En quoi ce contrôle gêne-t-il, quand l’ARPTC sous-traite ses services ? Si les accusations de contrat léonin ou de pot de vin formulées contre les deux ministres et qui sont déjà arrivées aux oreilles du président de la république, sont contre-productives, ce que les deux membres du gouvernement sont dans le bon. Comme pour les miniers, le gouvernement ne fléchira pas face aux caprices des opérateurs en télécoms », tranche notre source. 

Vivement l’application des nouvelles mesures pour mettre fin à l’actuel système déclaratif qui est défavorable au Trésor public.

RD44

Charger plus d'articles connexes
Load More By Robert Djanya
Load More In Economie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lire aussi

Pour l’unité du Sankuru: Christophe Lutundula prône le vivre-ensemble-différent

Candidat n°51 aux législatives nationales dans la circonscription électorale de Katako-Kom…