Home Politique Prosec PPRD/Asie-Chine, Stephen Bwansa: « Lamuka n’est pas notre adversaire. Il n’est pas dans la course électorale »

Prosec PPRD/Asie-Chine, Stephen Bwansa: « Lamuka n’est pas notre adversaire. Il n’est pas dans la course électorale »

13 min read
0
0

Le Secrétaire Provincial du Parti du Peuple pour la Reconstruction et la Démocratie(PPRD) Chine en Asie, Stephen Bwansa estime que le candidat du Front Commun pour le Congo(FCC), Emmanuel Ramzani Shadary propose un programme qui va résoudre les problèmes auxquels les congolais sont confrontés. Il est convaincu qu’il va mettre fin à la corruption et va poursuivre l’œuvre de l’émergence et du développement de la RDC entamée par le Chef de l’Etat Joseph Kabila.

L’initiateur de la cellule spéciale PPRD/Asie-Chine a fait de la vulgarisation du projet de société du candidat de la plateforme présidentielle son leitmotiv.

De retour de la ville de Boma dans la province du Kongo Central où il avait évangélisé le candidat président de la République n°13, il était l’invité d’une l’une des émissions diffusées ce weekend sur les antennes de la RTNC.

Dans cette sortie médiatique, il a répondu aux questions de journalistes sur de nombreux sujets d’actualités, essentiellement liés à la campagne électorale.

D’entrée de jeu, il a expliqué le pourquoi de son retour au pays, lui qui vit en Chine depuis des décennies. « Quand on vient dans un parti politique, c’est par raison et cette raison nous pousse, nous rapproche à notre idéologie et cette idéologie est l’idéologie du parti qui nous demande d’appuyer le leader qui a la vision de développer le Congo. Et si nous sommes revenus chez nous, c’est pour prêter main forte à la base installée ici. Notre cellule travaille pour faciliter la notion des élections pacifiques. Nous voulons des élections pour le développement. C’est pourquoi nous sommes avec un message clair: soutenez le numéro 13 puisque c’est un candidat de la continuité pour l’émergence. Continuité pour l’émergence et le développement », a-t-il déclaré.

Expliquant les grands axes du programme d’Emmanuel Ramazani Shadary, Stephen Bwansa a soutenu que c’est un projet de société réaliste qui met au centre l’intérêt du peuple congolais. Pour lui, aujourd’hui le mot développement reviendra toujours car, même les pays déjà développés parlent toujours des infrastructures et d’autres problèmes sociaux qu’il faut résoudre.

En ce qui concerne le bilan de l’actuel régime, il affirme que beaucoup de choses ont changé. « Pour aller vers Kikwit, on mettait deux semaines, parce que nous n’avions plus de routes. Aujourd’hui nous faisons moins d’une journée. Le Congo change. Aujourd’hui nous avons deux choses à faire: conscientiser le peuple que nous devons accompagner le Chef de l’Etat, accompagner le gouvernement à reconstruire le pays. Nous sommes les acteurs mêmes du développement », a-t-il dit.

Différencier les affaires privées de la politique

Stephen Bwansa est d’avis que les acteurs politiques de l’opposition trompent la population lorsqu’ils accusent le FCC de se servir de l’argent provenant de caisses de l’Etat pour financer la campagne de son candidat.
« Moi qui suis venu pour appuyer le candidat n°13, vous voulez dire par là que le trésor public m’a acheté le billet, m’a donné des financements pour faire la campagne ? Non. Je le fais avec mon argent. Je pense que nos frères doivent dire la vérité au peuple congolais. Parce que nous sommes un parti politique et nous avons des membres qui cotisent. Ca fait plus de dix ans que le PPRD existe. Nous savons comment économiser. On a des financiers qui savent comment gérer la caisse du parti. Je regrette que cette information circule. C’est scandaleux et c’est une contre propagande contre notre candidat. Nous n’utilisons pas les frais de l’Etat. Nous fonctionnons avec les frais du parti et nous touchons à nos propres poches pour garantir la continuité du développement », a-t-il rassuré.

Le numéro un du PPRD en Chine accuse à son tour l’opposition d’avoir été à la base du blocage de certains projets de développement initiés par le Chef de l’Etat Joseph Kabila.
« Du point de vue économique, il y a beaucoup de projets qui devraient déjà commencer mais faute de certaines turbulences politiques au niveau national où les amis de l’opposition avaient pollué cet environnement, et cela avait freiné l’élan de ce que le Président Joseph Kabila avait pour la reconstruction du pays », a-t-il regretté.

Et d’ajouter que « je sais au fond de moi que lorsqu’Emmanuel Ramazani Shadary sera voté, dans cinq jours qui vont suivre, il y aura des projets qui vont être mis en œuvre pour combattre les fléaux sociaux qui se passent partout au monde ».

A propos de la lutte contre l’impunité, il avance qu’il ne faut pas faire du mélimélo. « Le Chef de l’Etat a pesé de tout son poids pour combattre l’impunité. Il faut la différence entre les affaires et la politique. Il faut faire de nuances là-dessus. A un moment donné, il est autorisé à la République de croitre et il n’est pas interdit aux acteurs politiques de croitre également avec la nation. Emmanuel Ramazani Shadary sait de quoi il parle lorsqu’il dit qu’il va combattre la corruption », a martelé Stephen Bwansa.

La stratégie malveillante de Lamuka

Le Prosec du PPRD/Asie Chine demande aux opposants de « jurer de ne pas continuer à polluer l’environnement politique après les élections, lorsque les électeurs auront voté le candidat numéro 13 ».

Répondant à une question sur l’appel du candidat Martin Fayulu à ses sympathisants à ne pas voter avec la machine à voter, il y voit une démarche visant à saboter les élections du 23 décembre prochain. « Lamuka n’est pas notre adversaire. Il n’est pas dans la course électorale. Il est dans le sabotage. C’est pourquoi nous invitons les compatriotes qui sont dans cette coalition à voter le candidat n°13. Lamuka n’a pas de programme. Son programme c’est le boycott des élections. Fayulu veut prendre toute la République en mains. Je l’ai connu comme un homme qui avait un programme avant d’adhérer au Lamuka », a-t-il lâché.

D’autre part, en ce qui concerne la dignité réclamée par Joseph Kabila pour son successeur, Stephen Bwansa explique que le Chef de l’Etat ne parlait ni de l’opposition ni de la Majorité mais du candidat qui sera élu par le peuple congolais.
« On a besoin de l’occident, de toute la communauté qui a besoin de travailler avec nous d’une manière équilibrée. Si le candidat n°13 passe, puisqu’il passera, il n’acceptera pas qu’il ait des étrangers qui se soucient de congolais que les congolais eux-mêmes », a-t-il avancé.

Ce, avant de rappeler ceci: « depuis l’indépendance, il n’y a eu aucun gouvernement congolais qui a eu une odeur de sainteté auprès de certains partenaires étrangers à commencer par Lumumba. Même si le numéro 13 est élu, ce sera de la même manière qu’on va le traiter. Nous devons soutenir le Chef de l’Etat et le Gouvernement ».

RD44

Charger plus d'articles connexes
Load More By Admin
Load More In Politique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lire aussi

Incroyable mais vrai: Les agents de la CNSS N’djili travaillent dans un bar

C’est la désolation totale pour les cadres et agents de la Caisse Nationale de Sécur…