Home Politique Incidents à l’arrivée de Fayulu à Lubumbashi: Stephen Bwansa joue la carte de l’apaisement

Incidents à l’arrivée de Fayulu à Lubumbashi: Stephen Bwansa joue la carte de l’apaisement

7 min read
0
0

En réaction aux incidents qui ont émaillé l’arrivée de Martin Fayulu mardi 11 décembre 2018 à Lubumbashi, le Secrétaire Provincial du PPRD/Asie-Chine appelle à l’apaisement des esprits.

Stephen Bwansa estime que si les forces de l’ordre ont fait usage de gaz lacrymogènes, c’était tout simplement dans l’objectif d’éviter de désordres et que s’il y a eu des dérapages, il revient aux autorités compétentes de déterminer les auteurs.
«Par définition, la bombe lacrymogène est un moyen très efficace dont l’objectif est de protéger lors d’une éventuelle agression. D’où à mon avis, en attendant les enquêtes, les services ont fait usage des bombes lacrymogènes comme moyen de protéger les uns et les autres et éviter les dégradations diverses. Ce sont là des mesures sécuritaires circonstancielles qui ont été appliquées par notre police», a-t-il expliqué dans une interview accordée à la presse cet après-midi.

Soutenant que ces mesures sont appliquées à tous les candidats sans distinction des couleurs politiques, il croit savoir que le candidat de Lamuka est bel et bien arrivé à l’endroit où il avait prévu de passer son séjour dans le Chef-lieu du Haut-Katanga.

«Tous les rapports des services de sécurité seront envoyés au Gouverneur de la province conformément aux lois d’urgence afin que celui-ci à son tour les parviennent à qui de droit pour voir au besoin, comment et dans quelles circonstances prévues par la loi électorale renforcer ce dispositif sécuritaire afin que non seulement de sécuriser les candidats mais aussi les personnes et leurs biens.
Sans polémiques, j’ai vu que le candidat président de la République a été sécurisé et accompagné vers le lieu où il devait aller» a-t-il affirmé.

Toutefois, l’initiateur de la Cellule spéciale PPRD/Asie-Chine accuse certaines candidats de l’opposition de tenir de discours incendiaires qui risquent d’attiser les violences.
«A quelques jours des élections, il faut être raisonnable pour ne pas changer les règles du jeu de ce processus. Nous sommes tous les fils de ce pays. Par exemple un candidat président de la République mobilise la population ou quelques membres de leurs partis pour aller demander de bulletins papiers le jour des élections, là où la CENI, l’organe de l’État a prévu autre chose, il y a manifestement un blocage. C’est une violence contre les intérêts légitimes du peuple congolais», a regretté Stephen Bwansa.

Et de poursuivre qu’«on s’est convenu d’aller aux élections, il n’est pas bon de distraire la population et la communauté internationale par des cris de secours politiciens. Donc, notre peuple est mur, nous devons lui donner de la dignité en lui laissant la possibilité de se choisir un candidat qui va présider le pays».

En tout cas pour lui, un candidat qui se veut sérieux ne devrait pas appeler ses électeurs, à quelques jours de la tenue des élections, à passer outre le mode des scrutins prévu par la centrale électorale. D’où son appel aux électeurs à voter pour le candidat du FCC, Emmanuel Ramazani Shadary qui de son point de vue, est une garantie de la continuité du développement de la RDC.

«Moi, j’ai fais mon choix et j’ai choisi le candidat n°13, Emmanuel Ramazani Shadary. C’est l’homme qui est capable de répondre aux défis et enjeux actuels de notre pays. J’invite la population de voter massivement le programme du candidat numéro 13», a conclu le Prosec Bwansa.

RD44

Charger plus d'articles connexes
Load More By Admin
Load More In Politique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lire aussi

Désignation du Porte-parole de l’opposition : Le groupe parlementaire MS-G7 met hors course les pro Fayulu

C’est une  bataille arrangée autour de la désignation du Porte-parole de l’opp…