Home Politique Sankuru: Jusqu’où iront ces politiciens « professionnels » et hypocrites ? (Opinion)

Sankuru: Jusqu’où iront ces politiciens « professionnels » et hypocrites ? (Opinion)

9 min read
0
0

« Le monde ne se meurt pas, il est en train d’être assassiné et les assassins ont un nom et une adresse ». S’il faut appliquer cette citation d’Utah Phillips à la crise qui prévaut actuellement dans la province du Sankuru, on pourrait dire que « les assassins du jeune garçon abattu à bout portant à Lusambo le mardi 12 février 2019 ont un nom et une adresse, ils s’appellent les politiciens … ».

Certains d’entre eux se sont fait élire aux législatives nationales et provinciales du 30 décembre dernier ou attendent de se faire élire sénateurs.

Ils ont été ministres, ambassadeurs ou le sont encore. Ils affirment tous se battre pour le développement de leur province, la dernière mal classée de la République démocratique du Congo.
Ces honorables députés et Excellences sont là où ils sont aujourd’hui parce qu’ils ont été soutenus par leurs bases.

Ne courre-t-on pas le risque de voir une révolte se manifester dans cette province dans laquelle plane le spectre des affrontements ethniques ? Déjà, des sources locales signalent la présence d’une milice non autrement identifiée dans la chefferie de Dionga en territoire de Lomela, une autre dans la chefferie des Okolongo en territoire de Katako-Kombe… Même si globalement peu de gens sont conscients de cela, la grande majorité ressent confusément ces menaces.

Pour revenir aux incidents violents qui ont entrainé la perte d’une innocente vie humaine et des dégâts matériels énormes, il faut dire que tout est parti d’une manifestation organisée par les membres de l’Alliance politique CCU et Alliés pour soutenir la candidature du Ministre de la Communication et Médias, Lambert Mende à l’élection de gouverneur. La semaine dernière, une autre manifestation avait été organisée par les anti Mende à Lusambo, Chef-lieu de la province du Sankuru.

Si les circonstances dans lesquelles le pire est arrivé à ce jeune garçon restent à déterminer par les autorités compétentes, on est en droit de dénoncer l’hypocrisie criante de politiciens Sankurois. Oui, les politiciens Sankurois sans exception parce que tous ont une part de responsabilité dans ce qui est en train de se passer dans cette partie très enclavée du pays.

On nous bourre le crâne de : « grand leader, visionnaire pour le développement du Sankuru…» , en nous cachant soigneusement la réalité d’une petite classe qui s’autogénére et nous tond la laine sur le dos ! Une clique bien organisée puisqu’elle a su se diversifier pour lancer ses agressions contre le peuple Sankurois.

Elle a su investir les réseaux sociaux pour sa propagande, corrompre la jeunesse et l’administration pour y placer ses agents, mettre à son service des intellectuels et universitaires pour donner un vernis d’honorabilité et de sérieux à ses projets.

Pour ceux qui ne le savent pas encore, la politique au Sankuru est une affaire de quelques puissantes familles qui s’organisent pour ne jamais accepter que les membres d’autres familles défavorisées intègrent leur caste très fermée. Une affaire de famille parce qu’au Sankuru, chaque grand leader ou presque a son « frère » qu’il a propulsé et qu’il prépare pour le succéder.

Lambert Mende, le grand gagnant

Ces politiciens professionnels semblent avoir abdiqué au profit de Lambert Mende à qui ils ont servi le gouvernorat sur un plateau. Qu’ils cessent alors d’envoyer les jeunes au mouroir en organisant des manifestations dont ils connaissent la finalité. Où sont donc les valeurs essentielles de l’humanité dans ces politiques qui se suivent et se ressemblent ?

Je suis tenté de dire que leur seule utilité est de renforcer les profits d’une petite minorité de prédateurs et de museler les rares voix qui tentent de dénoncer cette situation.

Croit-on vraiment que c’est en disant à la population qu’ils sont contre la candidature de Lambert Mende que celle-là va les croire ? Pour moi, ce dernier mérite d’être soutenu car, de tous ces politiciens professionnels du Sankuru, il est le plus courageux et le plus malin.

Il est le plus courageux car, en dépit de la gestion calamiteuse de la province par son protégé, le gouverneur Berthold Ulungu et la barbarie dont a été accusé son parti, il ne s’est pas gêné de se lancer dans la course pour tenter de soigner son image écornée depuis des lustres.

Enfin il est le plus malin du fait qu’il a choisi de se réfugier dans sa province pour s’éviter une éventuelle humiliation à Kinshasa où le tandem Félix Tshisekedi-Vital Kamerhe a pris possession du Palais de la Nation. Mais attention, en bon politicien, il est aussi rusé. Je ne vous dirai pas pourquoi.

Tout compte fait, pour moi, la responsabilité de la mort du jeune garçon froidement tué à Lusambo et celle des maisons incendiées n’incombe pas à un camp politique mais à tous les acteurs politiques du Sankuru.

Peut-être qu’un jour, lorsque leur hypocrisie se révèlera au grand jour, les citoyens Sankurois comprendront qu’ils ont été manipulés durant des décennies au profit de quelques riches et puissantes familles.
Jean Dende/Correspondance particulière

Charger plus d'articles connexes
Load More By Admin
Load More In Politique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lire aussi

RDC: Félix Tshisekedi a fait (lui aussi) son show au parlement

A première vue, on pourrait dire que c’est un match nul entre le Président de la Rép…