Home Politique Tensions contre la candidature de Lambert Mende au Sankuru: Les vérités d’André Tambwe

Tensions contre la candidature de Lambert Mende au Sankuru: Les vérités d’André Tambwe

7 min read
0
0

Ce jeune leader politique prometteur fait partie de la génération montante. Cadre du Parti du Peuple pour la Reconstruction et la Démocratie (PPRD), il est un proche du Vice-premier ministre des Affaires étrangères, Leonard She Okitundu.

Suivant de près la situation qui prévaut dans la province du Sankuru à la suite des manifestations violentes et mortelles contre la candidature de Lambert Mende à l’élection du Gouverneur, il estime que le pire est à craindre.
Alors que certaines langues annoncent que le calme est revenu, il alerte l’opinion sur ce qu’il considère comme la tentative d’étouffer la vraie information.

A travers une réflexion dont une copie est tombée sur la Rédaction d’Alternance.CD, André Tambwe donne des éléments d’analyse pour comprendre les causes immédiates et lantentes de la grogne de la population sankuroise contre la candidature de Lambert Mende.

«Les événements du 12 février dernier à Lusambo continuent de délier les langues au regard du bilan catastrophique que l’on en fait à ce jour. Plus 3 personnes d’atteintes par des coups de balles réelles, plusieurs blessés graves, 6 maisons incendiées, pertes matérielles importantes, paralysie de la ville», a-t-il recensé, sur base du bilan confirmé par différentes sources.

Dans le souci de trouver une issue à cette crise, il soutient les enquêtes actuellement en cours tout en fustigeant la tentative d’un certain camp politique de maquiller la vérité.

«Ce tableau sombre susciterait plus de sympathie et prise de conscience des un et des autres que de rhétorique scandaleusement mensongères et insensibles à la nécessité de trouver une voie de sagesse de la part des gens qui seraient notoirement doigtés comme des  » noeuds du problème sankurois», lâche-t-il.

André Tambwe est en tout cas convaincu que cette stratégie relève du cynisme et de la malhonnête intellectuelle tendant à se disculper devant un public systématiquement connecté à la réalité en cherchant de trouver de boucs émissaires.
«C’est ce qu’on dit chez nous,  » chercher des poux sur une tête en calvitie ». Une telle démarche est scandaleuse lorsqu’elle est le fait d’un leadership de qui les sankurois attendent des gestes forts dans le sens de renonciation à toute logique tyrannique et d’une prise de conscience des effets néfastes de d’insouciance et de la célébrité malfaisante», fustige ce proche collaborateur du Chef de la diplomatie congolaise.

Et contrairement aux affirmations du Ministre de la Communication selon lesquelles tout est revenu à la normal après l’assassinat de deux manifestants anti-sa candidature à Lusambo, André Tambwe dit le contraire.

«Au regard de la situation réelle au Sankuru, il est inadmissible de considérer que tout est revenu à la normale car , les manifestations de malaise s’entendent et se signalent régulièrement ca et la comme la récente descente dans la rue de la population de Kole, de Lubefu et des plusieurs agglomérations du territoire de Katako», insiste-t-il.

La tension encore vive

Toutefois, même s’il salue l’arrivée du Vice-premier ministre de l’intérieur et Sécurité, Henri Mova au Sankuru sur instruction personnelle du Chef de l’État, il croit que la solution est loin d’être trouvée. « La forte délégation continue de s’efforcer en vain de calmer la population par de simples conseils. Aucun fait ne permet de nier le fait que la tension est encore vive et serait grandissante au fur et à mesure que l’on approche des échéances», craint-il par ailleurs.

En homme de terrain qui connait le Sankuru comme sa chambre à coucher, André Tambwe fait cette observation: «Ceci discrediterait toute personne qui s’aventurerait à tenter de doigter des personnalités dont la probité et la loyauté ne font ombre d’aucun doute depuis qu’elles ont commencé leur carrière politique. À l’heure actuelle, les sankurois observent leurs leaders et la population met ses élus provinciaux devant une épreuve de conscience logiquement en tant que souverain primair».

RD44

Charger plus d'articles connexes
Load More By Admin
Load More In Politique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lire aussi

Sécurisation des Voies fluviales : L’Union Européenne approuve la détermination de Didier Mazenga

La quatrième réunion d’évaluation du Comité de pilotage du projet d’appui à la…