Home Politique Réélu sénateur pour la troisième fois: Omba Pene Djunga promet l’enfer aux auteurs présumés de crimes commis au Sankuru

Réélu sénateur pour la troisième fois: Omba Pene Djunga promet l’enfer aux auteurs présumés de crimes commis au Sankuru

7 min read
0
0

Ses interviews dans la presse sont rares et lorsqu’il parle, c’est pour tirer les choses au clair. Au lendemain de son élection pour la troisième fois comme Sénateur, Raymond Omba Pene Djunga a choisi quelques organes de presse dont Alternance.CD pour briser son silence.

A 82 ans, le doyen des sénateurs du Grand Kasaï ne cache pas sa joie d’avoir été élu sénateur de la province du Sankuru.« Je suis heureux d’avoir repris ma place au sénat et cela, au bénéfice de mon fief, le Sankuru», a-t-il déclaré d’emblée.

Ce parlementaire sankurois reste très discret malgré sa riche carrière qui l’a vu occuper plusieurs fonctions de hautes responsabilités entres autres celles de directeur de la Sécurité du Zaïre, Ministre du travail durant 16 ans, Président de la Commission sénatoriale défense, sécurité et surveillance des frontières etc.

Ce qui l’a poussé à réagir dans la presse contrairement à ses habitudes, c’est la violation qui se propage dans le Sankuru à la suite de l’impunité dont bénéficie les auteurs présumés de certains crimes.

Ainsi, au cours de cet entretien, le sénateur Raymond  Omba Pene Djonga a exprimé son indignation de voir certains sankurois qui auraient du sang dans leurs mains et des morts dans leurs placards chercher à tout prix à avoir des uminités parlementaires pour se couvrir et échapper à des poursuites judiciaires.

Il a notamment cité le cas du candidat sénateur malheureux Justin Omokala, jeune frère biologique de l’ancien ministre national de la communication et candidat gouverneur unique du Sankuru, Lambert Mende Omalanga.

A l’en croire, ce jeune député provincial a été détenu quelques instants après la mort d’un jeune homme par balle à Lusambo, chef-lieu du Sankuru lors de manifestations contre la candidature unique de son frère avant d’être libéré «comme toujours» après intervention.

En de termes clairs, ce sénateur accuse Justin Omokala d’avoir donné des ordres aux policiers commis à sa garde pour tirer à bout portant sur un manifestant anti-Mende. « A en croire plusieurs sources, cet ordre serait venu de l’autorité morale du FCC qui tiendrait à la candidature unique de son homme Mende», a-t-il ajouté.

L’occasion faisant le larron, cet ancien colonel a rappelé que le même Justin Omokala a été plusieurs fois arrêté depuis une dizaine d’années mais a toujours réussi à éviter un procès et une éventuelle condamnation à cause de parapluie de Kinshasa.

Mettre fin à l’impunité

A titre d’exemple, le sénateur Raymond Omba a cité le cas du commerçant Gilbert Kondjo plus connu sous le nom de Djube, abattu cruellement en 2006 en plein marché de Lodja du fait de son appartenance à la communauté Katako-Kombe, appelé abusivement Eswe.
« Le même groupe des détracteurs de mon peuple, aujourd’hui désavoués par la population sankuroise a programmé la mort des plusieurs citoyens sans être poursuivis», a-t-il révélé.

Et à cet octogénaire de se demander « jusqu’à quand ces inciviques continueront-ils à violer les droits humains et à terroriser la population du Sankuru qui attend le début d’un développement endogène de sa province enclavée, dont la paix et la convivialité entre frères restent monnaie rare?».

Tout compte fait, ce Patriarche et sage de la République promet de s’investir pour aider le Chef de l’État à lutter contre ce fléau et les auteurs de tous les crimes, source d’une insécurité permanente dans la province natale de Patrice Emery Lumumba.

ALT avec Gode Kalonji
/CP

Charger plus d'articles connexes
Load More By Admin
Load More In Politique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lire aussi

Écarts de langage entre les jeunes du PPRD et de l’UDPS: La jeunesse du Palu choisit son camp

Entre une frange de la jeunesse de l’UDPS et celle du PPRD, c’est le désamour …