Home Politique Des jeunes femmes travaillant chez Thambwe Mwamba ont accueilli Diomi Ndongala à sa sortie de prison

Des jeunes femmes travaillant chez Thambwe Mwamba ont accueilli Diomi Ndongala à sa sortie de prison

5 min read
0
0

Libéré ce jeudi 21 mars 2019 du Centre Pénitentiaire de Rééducation de Kinshasa(CPRK), Eugène Diomi Ndongala a retrouvé sa famille et ses proches. Entouré de centaines de ses sympathisants et soutiens, il a fait un tour au Secrétariat Général de son parti, la Démocratie Chrétienne avant de se rendre chez lui.

Quelle n’a pas été la surprise de tous ceux qui l’ont accompagné de voir deux des femmes qui travaillent dans une parcelle appartenant au Ministre d’Etat à la Justice Alexis Thambwe Mwamba sortir l’accueillir joyeusement !

Entre ces deux personnalités, le désamour est total. Ce n’est un secret personne et ce ne sera pas exagéré de dire que Thambwe Mwamba déteste Eugène Diomi Ndongala.

Pour preuve, il a employé différents qualificatifs péjoratifs pour décrire son comportement et parler de raisons de sa condamnation à dix ans de prison.

En effet, après avoir fait une sorte de résistance au dispositif de l’Accord de la Saint Sylvestre sur la libération des prisonniers politiques, le Ministre de la Justice a été contraint par le Chef de l’Etat Félix Tshisekedi de libérer ces prisonniers.

Parmi eux, Sylvain Yangambi, Franck Diongo et Diomi Ndongala.
Si les deux premiers ont bénéficié de la grâce présidentielle, ce dernier s’est contenté d’une liberté conditionnelle non sans avoir été au préalable traité de « délinquant» et « prédateur sexuel » par Alexis Thambwe.

Des vrais faux voisins

dav

Et pourtant, les deux hommes sont de voisins sur l’avenue Allée verte au quartier Ma Campagne. Ce qui a fait que les domestiques œuvrant dans la parcelle du Ministre de la justice, dont deux jeunes femmes puissent sortir pour témoigner leur soutien au désormais ex-prisonnier de Makala.

A l’instar des autres femmes qui ont pris d’assaut le domicile du Président de la Démocratie Chrétienne, elles se sont approchées à moins de 500 mètres de lui. Ce qui fait dire à certains observateurs que l’interdiction lui faite de s’approcher d’une école fréquentée par des filles serait nulle.

Il faut rappeler que l’arrêté portant libération conditionnelle de cet opposant contient une longue liste de restrictions faites au Président de la démocratie Chrétienne.

Il s’agit entre autres, de l’interdiction de se livrer à des déclarations et activités politiques de nature à perturber l’ordre public et le fonctionnement des institutions; interdiction de sortir du territoire national sans l’autorisation préalable du Procureur Général de la République près la Cour de cassation ou encore l’interdiction de se trouver dans un périmètre de 500 mètres d’une école des filles pendant les heures des cours.

Arrêté en avril 2012 et condamné pour dix ans de prison ferme dans une affaire de viol sur deux mineures, Eugène Diomi Ndongala faisait partie de prisonniers politiques considérés comme emblématiques.

ALT.

Charger plus d'articles connexes
Load More By Admin
Load More In Politique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lire aussi

Dans son ouvrage « L’usure bancaire : Des écritures saintes à nos jours », Michèle Aktas propose la transformation du circuit bancaire conventionnel en un système éthique

C’est un ouvrage qu’il faut absolument lire entièrement et avoir dans sa bibliothèque. C’e…