Home Société Prof Vincent Lukanda: « Le développement socioéconomique de la RDC passe par le nucléaire»

Prof Vincent Lukanda: « Le développement socioéconomique de la RDC passe par le nucléaire»

9 min read
0
0

A la faveur de sa première alternance démocratique pacifique au sommet de l’Etat, la République démocratique du Congo a toutes les cartes pour atteindre le développement tant souhaité. Celui-ci ne se fera pas sans l’apport du nucléaire dont le pays a une riche expérience entant que pionnier en Afrique Subsaharienne. Mais que faire pour capitaliser cette expérience ?

Bon nombre d’experts sont unanimes sur le fait que la RDC doit miser sur l’énergie nucléaire pour son développement socio-économique.
C’est le cas du Commissaire Général à l’énergie atomique, le Professeur Vincent Lukanda qui encourage le gouvernement à recourir à cette ressource pour répondre notamment à la demande croissante en électricité, en nourritures, en sécurité, en exploitation des ressources minières, en industrie ou encore dans le domaine de la santé.

A cet effet, le Gouvernement peut compter sur le Commissariat Général à l’Energie Atomique (CGEA), qui avec son personnel hautement qualifié et motivé, a suffisamment des atouts pour booster le développement multisectoriel du pays.
«Je n’entrevois pas l’avenir de la République démocratique du Congo sans le nucléaire», explique le Professeur Vincent Lukanda.

Et il n’a pas tort de le dire car, non seulement il dirige le Centre Régional de Recherches nucléaires de Kinshasa (CREN-K) avec ses chercheurs hautement qualifiés depuis de longues années mais surtout, il est docteur en Physique.

Lui et ses collaborateurs constituent donc des ressources humaines pour le Gouvernement afin de l’aider à mieux mettre en valeur le nucléaire congolais.

Ce, conformément à la volonté affichée par le Chef de l’Etat Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo à travailler pour que la RDC affirme son leadership dans les domaines où elle dispose des potentialités particulières.

En effet, dans son adresse au Corps diplomatique du 15 février dernier, Fatshi a indiqué qu’avec ses richesses naturelles, la RDC en situation de paix constitue une bénédiction voire un espoir pour l’humanité.

En tant que conseiller du gouvernement en matière nucléaire, le CREN-K s’occupe de la promotion de l’application pacifique de toutes les techniques nucléaires pour le développement socioéconomique de la RDC.

Dans le cadre de ses attributions, il met à la disposition des décideurs politiques des analyses susceptibles de les convaincre d’investir dans ce domaine pour le développement socioéconomique du pays.

La RDC et le nucléaire, une longue histoire d’amour

Peu connu du grand public congolais, le nucléaire fait l’objet de spéculations de différentes sortes. Si pour certains, c’est une manière nocive dont il faut se méfier, pour d’autres, il coûte tellement cher qu’il ne faut pas rêver d’en faire des usages civils.

Et pourtant, certains pays l’ont fait et ont récolté de bons résultats. La RDC aussi a essayé et a récolté un franc succès entre autres dans le domaine de la santé et agricole.
«Nous sommes dans plusieurs domaines mais les domaines phares sont la santé, l’agriculture, l’industrie, l’énergétique et eau, l’environnement…Dans le domaine de la santé par exemple, l’évolution de la science a prouvé que l’on peut tuer les cellules cancéreuses dans le corps avec des techniques nucléaires. On peut diagnostiquer le cancer par la radio diagnostique, bref la médecine nucléaire…Nous nous battons pour construire un grand centre de radio thérapie. Ça ce n’est qu’un aspect. Nous venons d’ailleurs de commander un nouvel appareil que l’on appelle la Gama camera qui va arriver bientôt pour compléter notre appareil qui a vieilli. Ce, pour le compte du département de médecine nucléaire», a déclaré le Prof. Vincent Lukanda.

En outre, dans le domaine agricole, grâce aux laboratoires du CREN-K, on a pu améliorer certaines semences pour optimiser la production agricole et procéder au traitement de maïs.

Ainsi, à travers la radio agronomie, des recherches ont été faites sur les arachides, lesquelles ont permis d’améliorer certaines variétés des arachides cultivées dans l’Ex-Katanga.
«A l’industrie, il y a beaucoup de techniques notamment dans l’industrie minière pour contrôler leur système et nous devons aider ces gens à bien se comporter. Un autre aspect c’est dans le contrôle de système en recourant aux techniques non destructives (NDT en anglais) », a expliqué le Commissaire Général à l’énergie atomique.

Un personnel qualifié

On compte également à l’actif du Professeur Vincent Lukanda, l’amélioration des conditions sociales et de travail du personnel du CREN-K, le renouvèlement du charroi automobile ; le renforcement de la sécurité, la réhabilitation des infrastructures ; la dotation des moyens financiers et techniques aux chercheurs et le renforcement de capacités de ces derniers pour ne citer que celles-ci.

Par ailleurs, ce scientifique que d’aucuns décrivent comme le « produit du CREN-K » est très reconnaissant à l’égard du gouvernement de la République pour le soutien apporté à la structure qu’il dirige en vue de mener à bon port différents projets qu’il a initiés.

Jean Perou Kabwira

Charger plus d'articles connexes
Load More By Admin
Load More In Société

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lire aussi

Infrastructures : La phrase choque de Félix Tshisekedi

Dans son discours sur l’état de la Nation prononcé le vendredi 13 décembre 2019 deva…