Home Société Le Sankuru pleure Albert Diheka, une bibliothèque de la culture tetela

Le Sankuru pleure Albert Diheka, une bibliothèque de la culture tetela

4 min read
0
1

Considéré comme une source d’inspiration pour tout débutant en politique, Albert Diheka a tiré ses révérences samedi 27 avril 2019 de suite d’une courte maladie. Militant de première heure de la Convention des Congolais Unis(CCU),  il était devenu au fur du temps,  un symbole de la loyauté dans une scène politique congolaise où les débauchages sont monnaie courante.

Plusieurs fois conseiller au cabinet de l’ancien Ministre de la communication et Médias Lambert Mende dont il faisait partie de la garde rapprochée, Albert Diheka était un homme de conviction.

Ancien porte-parole de la défunte Majorité Présidentielle(MP), ses interventions dans les médias étaient prisées grâce notamment à son élégance dans le discours, le respect de ses co débateurs et surtout sa parfaite maitrise de tous les sujets sur lesquels il était invité à donner son analyse.

Nationaliste, c’était un fervent défenseur de la souveraineté et de l’intégrité territoriale de la République Démocratique du Congo.

Au-delà de sa casquette d’homme politique congolais de premier, Albert Diheka était un Chef coutumier et fervent défenseur de la culture congolaise en général et celle de sa province natale du Sankuru en particulier.

Celui que l’on appelait affectueusement «Nkum’Okonda» intervenait souvent pour procéder à des rituels coutumiers dans la grande satisfaction des membres de sa communauté. Polyglotte, il parlait couramment plusieurs langues dont le français, l’anglais, le tetela, le Lingala et d’autres langues nationales et étrangères.

Au Sankuru, l’annonce de son décès a créé l’effet d’une bombe auprès de la population. Si les militants et cadres de la CCU pleurent le Secrétaire général adjoint de leur parti en charge de l’idéologie, les amoureux de la culture pleurent un historien de la culture des Anamongo dont il était un grand notable. Ses collègues chefs coutumiers pleurent eux,  un gardien du temple des ancêtres Mongo.

A Kinshasa, il partageait ses connaissances encyclopédiques avec les auditeurs de la radio central FM et les téléspectateurs de la RTg@. Albert Diheka était également un ambassadeur de la paix.

En rejoignant ses ancêtres, il laisse sur la terre des hommes une veuve et des enfants. Le programme de ses funérailles sera connu dans quelques jours. Qu’il repose en paix.

La Redaction

Charger plus d'articles connexes
Load More By Admin
Load More In Société

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lire aussi

Nord-Kivu: Vital Kamerhe représente Felix Tshisekedi à la messe d’intronisation du nouvel évêque de Goma ce dimanche

Nommé évêque du diocèse de Goma le 23 avril dernier par le Pape Francois, Mgr Willy Ngumbi…