Home Sports Coulage des fonds publics au Ministère des Sports: Près de deux millions de dollars se sont encore volatilisés en un mois

Coulage des fonds publics au Ministère des Sports: Près de deux millions de dollars se sont encore volatilisés en un mois

8 min read
0
0

Malgré les révélations accablantes faites notamment par Alternance.CD sur ce qui semble être le refus des dirigeants de certaines fédérations sportives de justifier l’utilisation de l’argent alloué à leurs fédérations respectives par l’Etat, l’hémorragie des fonds se poursuit au Ministère des Spots et Losirs. Un autre document top secret obtenu de nos sources au Trésor public accable une fois de plus ces fédérations et le cabinet du ministre ai de tutelle Jean Pierre Lisanga Bonganga. Explication.

Fin mai dernier, nous avions fait échos du flou orchestré par de fédérations sportives autour de l’utilisation de 13, 5 millions issus du Trésor public.

Sur base du recoupement des informations obtenues de plusieurs sources, un de nos journalistes investigateurs avait réussi à mettre la main sur un document à travers lequel les inspecteurs de finances exigeaient aux dirigeants sportifs congolais de justifier ce qu’ils avaient fait de plus de treize millions alloués à leurs fédérations par le gouvernement pendant la période allant de janvier à avril 2019.

Avant eux,  c’est le Directeur de cabinet du Chef de l’Etat, Vital Kamerhe qui sonnait l’alarme en demandant lui aussi aux fédérations de donner de justifications sur l’utilisation des fonds qui leur avaient été octroyés de mars 2018 à avril 2019. « Les mêmes sources ont révélé que les présidents de quelques fédérations sportives, avec à leur tête Amos Mbayo de la Fédération Congolaise d’Handball, se seraient cotisé et auraient réuni de sommes trébuchantes pour tenter d’acheter le silence du Dircab du Chef de l’Etat », écrivions-nous.

Un mois plus tard, la situation n’a pas changé. Au contraire, d’autres sommes importantes ont été débloquées et mises à la disposition des fédérations sans qu’elles donnent la moindre justification de l’utilisation des sommes précédentes.

Pendant ce temps, du côté des inspecteurs de finances, c’est le silence radio, idem du côté du cabinet du Président de la République. Suspect.

Des nouvelles  révélations qui indexent Amos Mbayo et consorts

Poursuivant ses investigations dans le secteur des Sports, Alternance.CD a pour la énième fois mis la main sur un autre document qui cloue les présidents de certaines fédérations sportives dont celui de Handball qui est aussi Conseiller financier du Ministre des Sports.

Amos Mbayo parce que c’est de lui qu’il s’agit, est pointé du doigt comme étant le cerveau moteur présumé de montages faits essentiellement au cabinet du ministre des Sports pour le décaissement en l’espace d’un mois, soit du 5 Mai au 6 juin 2019, de 1800 000 USD sur le montant de 4 282 612 USD au profit des fédérations et du cabinet du ministre.

Et selon nos sources, les 2 482 000 USD restants sont déjà ordonnancés et en attente de liquidation alors qu’aucune justification n’a été faite à ce jour par les bénéficiaires du premier acompte.
Ces montants ont été repartis de la manière suivante: Fehand (Handball) 176 000 € et 135 170 $ Fecot (Taekwondo) 145 418 € et 70135 $ FTTC( Tennis de table) 112 250 € et 108 735 $; FCB (Boxe) 251 450 €, Fevoco (Voleyball) 248 830 €, Fecodesq (Sqash) 11400 € et 176 345$, Coc 186 500 € et Feaco (Athlétisme) 90 700 €.

Au total, ce sont donc 535.768 € et 1 177 165$ que les fédérations sportives et le cabinet du ministre se sont partagés. Toutefois, dans ce partage comme dans celui de plus de treize millions de dollars évoqués plus haut, la fédération congolaise d’handball prend toujours la part du lion.

Par ailleurs, force est de constater que sur les près de deux millions de dollars déjà remis au cours de trente derniers jours aux fédérations, le Trésor public n’a obtenu aucune justification.

Ceci faisant, ces fédérations ont violé  l’instruction de l’ancien Premier ministre Augustin Matata Ponyo, encore en vigueur car n’ayant jamais été abrogée, selon laquelle, il incombe à tout bénéficiaire de fonds publics de donner de justification sur l’utilisation qu’il en a faite cinq jours après la fin de sa mission.

Selon la procédure appliquée au ministère des Finances, ce délai est de 15 jours. Ce qui pousse des observateurs à placer dans le box des accusés Amos Mbayo et certains de ses collègues.

Un haut magistrat contacté à ce sujet a laissé entendre que ces maffieux présumés sont tellement forts qu’il serait hasardé de chercher à obtenir d’eux des explications sur ces fonds qu’ils se seraient partagé avec le Ministre ai des Sports Lisanga Bonganga.

Jean PerouKabouira

Charger plus d'articles connexes
Load More By Admin
Load More In Sports

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lire aussi

Blaise Matuidi et Maria Pilon Mandala organisent une soirée de gala ce samedi 22 juin à Kinshasa

L’international français Blaise Matuidi est à Kinshasa depuis le mardi 18 juin 2019.…