Home Sports 12ᵉ édition des Jeux africains de Rabat: Lisanga Bonganga fait preuve d’une légèreté suicidaire

12ᵉ édition des Jeux africains de Rabat: Lisanga Bonganga fait preuve d’une légèreté suicidaire

10 min read
0
0

Il n’en finit pas de s’attirer les railleries depuis qu’il dirige  le ministère des Sports et Loisirs. Après avoir interdit aux présidents de fédérations de participer à d’autres réunions avec le Conseiller spécial du Chef de l’Etat en charge de questions stratégiques Vidiye Tshimanga, Lisanga Bonganga s’est enfoncé un peu plus profondément dans la boue en confiant l’organisation de la participation de la RDC aux jeux africains à son Conseiller financier Amos Mbayo, de surcroît Président du Comité Olympique Congolaise. Cette décision qui s’étendrait aussi aux Jeux de la francophonie est jugée illégale par les spécialistes des sports. Explications.

Les congolais l’ont peut être oublié, tellement il se donne beaucoup au ministère des sports: Lisanga Bonganga est aussi ministre d’Etat aux Relations avec le parlement. Ayant complètement zappé tous les dossiers de son ministère à l’instar de l’élection des membres du bureau définitif du sénat, il a concentré toute son énergie sur les Sports.

Après son séjour prolongé en Egypte pour la CAN 2019 et la série de scandale qui s’en est suivi, il est rentré au pays.

Aussitôt rentré, il s’en est pris au Conseiller spécial Vidiye Tshimanga qu’il accuse d’avoir saboté son Autorité pour avoir réuni le mouvement sportif et les structures partenaires aux sports pour leur annoncer la volonté du Président de la République de pouvoir libérer ce secteur de mains de mafieux et de le relancer dans le sens de sa vision.

Alors qu’à l’issue de la réunion avec l’émissaire de Fatshi, il a été décidé que chaque fédération amène le calendrier de ses activités en vue d’une bonne planification des activités sportives, Lisanga Bonganga semble défendre les mafieux en interdisant aux présidents de fédérations de rencontrer de nouveau le Conseiller spécial du Chef de l’Etat chargé de questions stratégiques.

Plus grave, il a annoncé sans gêne ni honte, avoir confié l’organisation de la participation de la République démocratique du Congo aux prochains jeux africains à son Conseiller financier qui est aussi Président du Comité Olympique Congolais.

Ce qu’il semble ignorer

Pour les spécialistes du secteur des sports, cette mesure viole les normes établies du fait qu’il revient aux gouvernements et non aux comités olympiques de différents pays d’organiser la participation de leurs pays à ces jeux.

« L’ACNOA, structure hiérarchique du comité olympique en Afrique avait tenté par tous les moyens d’organiser les jeux africains mais l’Union africaine qui est l’organisateur de ces jeux s’y est opposé. Ce sont les gouvernements qui sont chargés d’organiser la participation de leurs équipes aux jeux partout en Afrique. Les comités olympiques ne peuvent donner que des avis ou de conseils et non diriger la participation comme c’est le cas actuellement en RDC« , a expliqué un dirigeant sportif sous couvert d’anonymat.

A l’en croire, sur le plan international, le Comité Olympique International n’est pas associé aux jeux de la francophonie comme Lisanga Bonganga semble le croire.
 » Les jeux de la francophonie comportent quatre composantes que sont le ministère de la Culture et Art, celui de l’environnement, de la Recherche scientifique et le ministère des Sports et Loisirs. Étant une composante comme les trois autres, le ministère des Sports ne peut en aucun cas s’arroger le pouvoir de décider qui doit organiser la participation du pays à ces jeux« , a-t-il poursuivi.

Même son de cloche de la part d’un ancien membre du Comité Olympique International qui se moque cruellement de la mesure de Lisanga Bonganga. « Quand on ne connait pas, on doit se renseigner. Le Comité Olympique ne donne que des avis ou conseils techniques. La meilleure manière de procéder consiste à mettre en place les différents comités d’organisation de la participation du pays aux jeux africains et aux jeux de la francophonie en suivant les procédures y afférentes. Pour les jeux de la francophonie par exemple, l’Organisation Mondiale de la Francophonie (OIF) exige que le comité national d’organisation soit nommé par un décret du Premier ministre« , a-t-il martelé.

Malheureusement, le Ministre ai des Sports et Loisirs fait fi de ces dispositions et veut visiblement sauter sur l’occasion de se faire un peu plus d’argent au travers son conseiller financier.

Plus inquiétant, Lisanga Bonganga aurait aussi confié l’organisation du prochain tour cycliste International de la RDC au même comité olympique congolais en lieu et place de la Fédération de Cyclisme du Congo.

Ceci faisant, « Ya Sayo » prouve encore une fois de plus, si besoin de preuves il y en a, qu’il traite les affaires de l’Etat avec une légèreté diabolique et amateurisme.

Par conséquent, d’aucuns appellent le Chef de l’Etat à donner des instructions à son conseiller spécial en matière de questions stratégiques pour que ce dernier accélère ses échanges avec les fédérations sportives et d’autres partenaires en vue d’y mettre de l’ordre en mettant hors d’état tous les mafieux.
A noter que la 12ᵉ édition des Jeux africains aura lieu à Rabat, au Maroc, du 19 au 31 août 2019.

Jean Perou Kabouira

Charger plus d'articles connexes
Load More By Admin
Load More In Sports

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lire aussi

Sondage Les Points: L’affaire de 15 millions USD fait chuter la côte de popularité de Félix Tshisekedi

Un sondage d’opinion mené par « Les Points » à Kinshasa et dans les principales villes de …