Home Sécurité Devoir de mémoire : Il y a 21 ans James Kabarebe lançait l’attaque contre la base militaire de Kitona

Devoir de mémoire : Il y a 21 ans James Kabarebe lançait l’attaque contre la base militaire de Kitona

7 min read
0
0

4 août 1998-4 août 2019, il y a exactement 21 ans jour après jour depuis le lancement des manoeuvres des troupes rwandaises pour prendre à revers Kinshasa. Ce jour là, elles procédaient à l’audacieuse opération aéroportuaire sur l’ex- Bas-Congo, actuelle province du Kongo-Central pour accompagner leur invasion de l’est du pays.

Difficile pour tous les habitants de Kinshasa qui avaient vécu l’attaque des envahisseurs que l’on avait appelés « rebelles » d’oublier la panique du régime de Mzee Kabila.

Près d’une semaine plus tôt, soit le 27 juillet 1998, le Président de la République démocratique du Congo, Laurent Désiré Kabila annonçait qu’il mettait fin « à la présence des militaires rwandais qui nous ont assistés pendant la période de libération de notre pays ». En même temps, une résistance armée était signalée dans les rangs du contingent rwandais encore présent sur le sol congolais et parmi les éléments Tutsi des Forces Armées congolaises.

Beaucoup d’historiens et de spécialistes du Congo soutiennent que c’est cette décision de renvoi qui a provoqué l’intervention en RDC de l’armée rwandaise qui sera très rapidement épaulée par l’armée ougandaise. Heureusement pour l’ex-Zaire, l’invasion de Kinshasa allait être couronnée de succès n’eût été l’entrée en scène de l’Angola aux côtés de forces gouvernementales qui, a changé le sort des armes dans l’ex Bas-Congo.

Le courage et le patriotisme de la population de la Tshangu

En retraite, des troupes et bandes constituées de militaires rwandais, de rebelles, de soldats perdus avaient quand même fini par pénétrer dans Kinshasa.

C’est à partir de ce moment, précisément le 26 août 1998 que les habitants de quartiers populaires du district de la Tshangu ( partie est de Kinshasa), notamment ceux de Masina et Kingasani vont marquer d’une empreinte indélébile l’histoire en s’en chargeant du sort des envahisseurs.

A noter que dès les débuts de l’nvasion, la population kinoise avait pris nettement parti contre ce qu’elle considérait comme une agression du pays. Ainsi, le Gouverneur de l’époque, Théophile Mbemba, avait organisé le 6 août une marche dite « de colère et de protestation » qui était en réalité une marche de soutien à Mzee Kabila.

Certains organes de presse avaient évalué la foule à plus de 100 000 personnes. « Les jeunes et les très jeunes sont nombreux. Quelques slogans parmi d’autres tels que « Nous ferons du Rwanda la douzième province du Congo » ; « Non à l’expansion tutsi en RDC et en Afrique », et encore « Non à la présence des Tutsi à Kinshasa  », rapportait un quotidien Kinois.

James Kabarebe à la manette dans l’attaque contre Kitona

Un autre homme s’était illustré mais négativement dans cet épisode tragique de l’histoire de la RDC. Il s’agit de James Kabarebe
Après avoir rejoint les rangs de l’AFDL en 1996, il était aux côtés de Laurent-Désiré Kabila durant la marche sur Kinshasa et en 1997, ce dernier fait de lui Chef d’état-major de la République démocratique du Congo.
Après le divorce entre Mzee et ses alliés, c’est ce militaire Rwandais qui organisa l’attaque contre les FARDC à Kitona au Bas-Congo dans le but de déstabiliser la République démocratique du Congo en contrôlant successivement la ville de Moanda, le barrage d’Inga et plongeant Kinshasa dans le noir.

Junior Ote WOLO

Charger plus d'articles connexes
Load More By Admin
Load More In Sécurité

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lire aussi

Désignation du Porte-parole de l’opposition : Le groupe parlementaire MS-G7 met hors course les pro Fayulu

C’est une  bataille arrangée autour de la désignation du Porte-parole de l’opp…