Home Politique RDC/Gouvernement: Ces Ministres à l’Excellence douteuse…

RDC/Gouvernement: Ces Ministres à l’Excellence douteuse…

10 min read
0
0

Quels sont les critères pour devenir Ministre de la République en République démocratique du Congo ? C’est la question que d’aucuns se posent après publication du Gouvernement Ilunga le 26 août 2019.

La nomination des Ministres, en dehors de celle du Premier Ministre, n’est pas un pouvoir propre du Chef de l’Etat. Les membres du Gouvernement sont nommés par Ordonnances présidentielles contresignées par le Premier Ministre.

Pour le tout premier gouvernement de son quinquennat, le Président Félix Tshisekedi n’a pas été totalement libre de ses choix. En coalition avec le Front Commun pour le Congo(FCC), certains de ses choix ont été orientés par la famille politique de son prédécesseur, Joseph Kabila. Et le moins que l’on puisse dire, certains noms sont loin de faire l’unanimité au sein de l’opinion publique.

Pour cause, certains nouveaux ministres drainent une réputation sulfureuse. Un fait inédit dans l’histoire récente de la RDC, le gouvernement de la République est constitué en grande partie des nouvelles figures, ou plutôt des personnalités qui n’ont jamais été ministres.

Elles sont en 77% contre 23% d’anciens ministres. Mais force est de constater que dans les deux blocs, on trouve des personnalités au parcours douteux ou qui ont une image écornée.

Parmi ces ministres à la réputation sulfureuse, les plus connus sont sans doute celui de l’Enseignement Primaire, Secondaire et Technique, Willy Bakonga et celui des Sports et Loisirs, Amos Mbayo.

Pour ceux qui l’ignorent, l’actuel patron de l’EPST aurait été cité dans une scabreuse affaire de viol sur mineure.

Cette affaire aurait été étouffée dans l’oeuf mais selon de sources contactées par Alternance.CD, des proches de la victime présumée attendraient le moment opportun pour rebondir.

Le second lui aussi n’est pas à présenter même s’il est à sa première expérience au gouvernement. En effet, si la nomination d’Amos Mbayo est interprétée comme l’élévation d’un sportif à la tête du Ministère des Sports, une certaine opinion y voit une sorte d’encouragement de la part du Chef de l’Etat à la maffia que l’on a cessé de décrier dans ce secteur.

Notez par exemple le fait qu’en sa qualité de Président du Comité Olympique Congolais( COC), il n’a jamais justifié l’utilisation des fonds alloués à sa fédération par l’Etat, en violation des textes en vigueur qui stipulent que tout bénéficiaire de fonds publics doivent en justifier l’utilisation au plus tard quinze jours après la fin de sa mission.

Aussi, ce dirigeant sportif, de surcroît pasteur, est suspecté d’avoir fait voyager des clandestins dans la délégation officielle de la RDC à la 12eme édition des Jeux Africains qui se déroulent actuellement à Rabat (Lire l’article, Jeux Africains 2019: Amos Mbayo fait voyager des clandestins dans la délégation officielle de la RDC au Maroc).

Mais ils ne sont pas les seuls membres du gouvernement dont l’excellence est mise en doute. On trouve aussi le Ministre de l’Environnement Claude Nyamugabo qui, a laissé des cadavres sur le placard au Ministère des Sports (affaire de détournement de 400 000 USD) et bien de cas qui méritent d’être élucidés par la justice dans la province du Sud-Kivu dont il a été gouverneur jusqu’à janvier dernier.

Des ministres apparemment légers

D’autres noms de cette liste sont entre autres, le Vice-ministre des Hydrocarbures…et le Vice-ministre de l’économie Didier Okito Lutundula.

Ces deux membres du gouvernement suscitent quelques réserves auprès de la population congolaise. La raison?- Ils souffriraient d’un sériux problème de compétence intellectuelle.

Ainsi, il circule sur les réseaux sociaux, une vidéo dans laquelle on voit le Vice-ministre des Hydrocarbures éprouver du mal à s’exprimer en français et des photos du Vice-ministre de l’économie portant de tenues jugées trop osées pour un homme d’Etat.

Pour ne rien cacher, tous ces ministres énumérés ci-dessus sont tous issus du FCC, ce qui pousse certains analystes à croire que la bonne foi du Chef de l’Etat aurait été trahie par ses partenaires. « Globalement, il y a des personnalités dont la compétence et la rigueur ne souffrent d’aucun doute. Mais il y a aussi des personnalités qui n’inspirent ni confiance, ni respect au regard de leur niveau et de leur passé. D’où il est important que dans l’avenir, le Président de la République puisse corriger ces erreurs qui risquent de constituer des tâches noires sur ses habits d’un Chef de l’Etat qui prône la lutte contre la fraude, la corruption et d’autres antivaleurs », explique un observateur.

De manière pragmatique, il encourage les députés nationaux à formuler des recommandations allant dans de sens lors de la plénière d’investiture du Gouvernement.

Jean Pérou Kabouira

Charger plus d'articles connexes
Load More By Admin
Load More In Politique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lire aussi

RDC : Diomi Ndongala de nouveau devant la justice ce 1er décembre

Libéré sous condition en mars dernier après sa condamnation en 2014 à dix ans de détention…