Home Economie Affaire manque à gagner des Sociétés Pétrolières: Voici la vérité sur les 200 millions USD du Trésor Public qui se sont volatilisés

Affaire manque à gagner des Sociétés Pétrolières: Voici la vérité sur les 200 millions USD du Trésor Public qui se sont volatilisés

13 min read
0
0

Vous avez bien lu, ce sont deux cent millions de dollars américains. C’est la somme qui est au centre de la polémique du moment au Ministère de l’Economie Nationale et non 15 millions comme répandu dans l’opinion. Alternance.CD s’est penché sur la question et après de semaines d’investigations fouillées, a mis la main sur des documents top secrets qui prouveraient que deux hauts cadres de l’Administration de l’Economie Nationale auraient bel et bien monté un grossier montage financier pour dépouiller l’Etat congolais de cette bagatelle somme. Première partie de cette enquête qui sera publiée à plusieurs volets.

Tout est parti d’une créance artificielle montée de toutes pièces par une ingénierie maffieuse signée par deux cousins germains, Célestin TWITE et Georges YAMBA, respectivement Secrétaire Général à l’Economie et Conseiller éternel au Cabinet de différents ministres de l’Economie qui se sont succédés ces dernières années.

Ces deux hommes inspirant la peur de par leur fortune estimée à des millions de dollars, rares sont les agents et cadres de l’administration de l’Economie Nationale qui puissent accepter de commenter l’affaire dans laquelle leurs noms sont cités. Heureusement pour les journalistes qui ont mené cette enquête, ils ont dû utiliser des identités d’emprunt pour les rencontrer à plusieurs reprises.
Les faits remontent en Mai 2017. Le Gouvernement Bruno Tshibala vient d’être investi par le Parlement.

La République Démocratique du Congo n’est ni en guerre ni en récession budgétaire et ne gère aucun catastrophe naturel, encore moins une épidémie du genre Ebola. Curieusement, au cours d’une réunion tenue dans la salle des Réunions du Ministère des Finances, le Ministre de l’Economie Nationale d’alors, Joseph Kapika sort de sa veste une inquiétante nouvelle selon laquelle les sociétés pétrolières seraient en manque à gagner.
Après des heures d’âpres discussion, sept (7) experts au nombre desquels se trouvaient Célestin Twite et son cousin Georges Yamba pour le compte l’Economie Nationale, vont prendre deux grandes résolutions suivantes: contraindre et faire pression sur le gouvernement pour payer deux cent millions de dollars (200 000 000 USD) aux sociétés pétrolières et lever tout obstacle à la surfacturation des produits pétroliers.

Selon un de ses anciens Conseillers, l’Ex-Premier Ministre Bruno Tshibala s’est montré réticent, estimant que ce manque à gagner était très douteux. Mais il finira par céder et à donner l’autorisation de payer 200 millions de dollars aux Sociétés Pétrolières.

Il suffit  de lire ses correspondances y afférentes pour se rendre compte que c’est un Tshibala très hésitant qui autorisa malgré lui cette opération, sans doute sachant qu’elle était entourée de plusieurs zones d’ombre.

Le premier couac transparait clairement dans la répartition et la gestion de cette manne du ciel. Selon un expert qui a requis l’anonymat, «s’il s’agissait d’un manque à gagner, tous les acteurs de la chaine d’approvisionnement devaient bénéficier de ces fonds sensés combler leur manque à gagner ».

Il n’en a pas été ainsi car, la modique part de GNPP indique que sur l’ensemble de pétroliers distributeurs en RDC, qui commercialisent les produits pétroliers au prix fixé par le Ministère de l’Economie Nationale, il n’y a qu’un petit nombre qui a touché leurs parts de mains à mains auprès du Conseiller Georges Yamba, sans signer aucune décharge.

Manque à gagner

Quid du gouvernement et du peuple congolais dans ce manque à gagner des pétroliers distributeurs ? L’opinion nationale se souviendra qu’en Avril 2001, lors du lancement du Programme Intérimaire Renforcé(PIR), le Gouvernement de la République, dans le but de stabiliser le cadre macroéconomique, s’était adressé aux pétroliers dans un cadre nouvellement institué appelé « Cadre Permanent de concertation économique », pour savoir ce qu’il fallait pour stabiliser les approvisionnements en produits pétroliers qui devenaient à l’époque un casse-tête à la suite du gel des prix au taux de 0,45USD par litre à l’Ouest, 0,46 USD/l à l’Est et 0,47USD par litre dans les deux Kasaï. « A l’unanimité, les pétroliers avaient proposé que le carburant soit vendu au prix international d’Un (1 USD) dollar. Cette proposition avait été acceptée par le Gouvernement qui, avait posé le préalable de le faire de manière progressive », se rappelle un participant à cette réunion.

Toutefois, il faut noter que les pays qui vendent le carburant en un dollar le litre ont un niveau de vie décent avec un salaire moyen de 3000 USD pour le travailleur.

Cet élément pris en compte, vendre le carburant à plus de 1 dollar par litre en RDC, un pays où le salaire moyen est de 150 000 FC (moins de 100 USD) revient à aggraver la misère du peuple. Pourtant, c’est ce qui se fait au pays de Félix Tshisekedi!
Des chiffres qui interpellent Félix Tshisekedi

Par ailleurs, en ce temps-là, c’est-à-dire en 2001, le prix moyen rendu frontière d’un baril de carburant coutait 126 USD. Le prix du litre de carburant est allé progressant en RDC jusqu’à atteindre 1 dollar. Aujourd’hui, le carburant se vend au prix de 1,39 USD par litre contre 0,45 USD par litre au Congo Brazzaville, 0,28USD par litre en Angola ou encore 630 CFA au Cameroun.

Le Prix moyen rendu frontière(PMF) qui est le déterminant de la fixation du prix du pétrole n’est plus à 126USD par baril comme en 2000 mais plutôt à 53USD par baril au marché mondial. Pourquoi le prix du carburant n’a jamais baissé en République Démocratique du Congo?

En tout cas, quelle que soit la réponse que l’on puisse donner à cette question, les pétroliers distributeurs se frottent les mains de la hausse des prix de produits pétroliers du fait qu’ils vendent le carburant au prix de 1, 39 USD par litre initialement exigé en 2001. Il est devenu urgent que le gouvernement calcule le prix juste par des experts intégrés et le Trésor Public réalisera un trop perçu énorme.

« Si donc la justice congolaise était intègre, Célestin Twite et Georges Yamba seraient aux arrêts », croit savoir un expert. Tout compte fait, d’aucuns pensent qu’au nom de sa vision du bien-être social, exprimée à travers le slogan le « Peuple d’abord », le Président Félix Tshisekedi est appelé à instruire le Premier Ministre pour baisser le prix du carburant, mettre en place une commission scientifique des experts pour dégager une structure de prix des produits pétroliers social à la lumière de la chute du prix du baril du carburant au marché mondial.

Aussi, Fatshi est appelé à repenser le cadre permanent de concertation économique en un cadre occasionnel ou ponctuel à cause des conflits d’intérêts et la corruption. Vivement donc la mise hors d’état de nuire de la bande de maffieux du Ministère de l’Economie nationale qui, sont devenus de millionnaires au dos du peuple.

Jean Pérou Kabouira

Charger plus d'articles connexes
Load More By Admin
Load More In Economie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lire aussi

Ministère de la Fonction Publique: Yolande Ebondo visite officiellement la CNSSAP

La Ministre de la Fonction Publique, Yolande Ebongo Bosongo a visité ce mercredi 13 novemb…