Home Politique Nord-Ubangi: Le Général Kpama Baramoto, plus grand diviseur commun

Nord-Ubangi: Le Général Kpama Baramoto, plus grand diviseur commun

8 min read
0
0

Cet ancien mobutiste, revenu à la surface à la faveur des dernières élections sénatoriales douteuses, et dont beaucoup de suspicions pèsent sur son élection comme sénateur, est au centre d’une polémique dans sa province.

Élu sénateur du Nord-Ubangi, il est accusé d’opposer les ressortissants de cette province pour des intérêts inavoués.

Son nom rappelle à de nombreux congolais beaucoup de mauvais souvenirs. Plutôt que de se repentir, le général à la retraite Kpama Baramoto Kata semble se tromper d’époque. Pour cause, il est soupçonné de tribalisme et d’autres pratiques pas nobles visant particulièrement ses frères du Nord-Ubangi.

Selon des sources bien informées contactées par Alternance.CD, il serait déterminé à raviver le conflit tribal de triste mémoire entre les ethnies Ngbandi et Ngbaka.

En effet, étant lui-même un Ngbandi originaire du territoire de Yakoma, le sénateur Baramoto s’acharnerait par tous les moyens à imposer les membres de sa tribu au Nord-Ubangi tant dans l’Administration publique, dans l’armée que dans la politique, au détriment des autres tribus que sont les Ngbaka, Mbanza, Togbo, Mono, Kpakabete et Fulu. Il serait très mal à l’aise de voir un ressortissant de sa province autre que Ngbandi émerger d’une manière ou d’une autre.

Plusieurs originaires de cette province affirment qu’il est parmi les ténors Ngbandi qui soutiennent clairement que c’est eux seuls, les Ngbandi, qui doivent régner au Nord-Ubangi.

A cet effet, il aurait présidé ces derniers jours, une série de réunions au cours desquelles il aurait donné des instructions claires à ses hommes de mains pour appliquer son plan d’imposition des membres de sa tribu.

A en croire un membre de son entourage qui a du mal à cacher les secrets qui mettent en mal la paix dans sa communauté, l’une des stratégies imaginées par l’ancien homme fort du régime de Mobutu consisterait à diviser la jeunesse, particulièrement celle qui est engagée politiquement.
« Pour appliquer son plan machiavélique, il a choisi de jeunes originaires du territoire de Yakoma », révèle notre source sans en dire plus.

Des familles brisées

Cette situation fait craindre le pire surtout que depuis l’époque où le général Baramoto régnait en tout puissant dans l’armée Zaïroise, rares étaient les ressortissants de la Grande province de l’Équateur non Ngbandi(sa tribu) qui pouvaient atteindre le grade de général.

Il nous revient d’apprendre qu’aujourd’hui encore, dans tous les secteurs de la vie, les non Ngbandi qui ont émergé sont à compter de bout de doigt . A titre illustratif, l’actuel Gouverneur du Nord-Ubangi est Ngbandi.

« Le sénateur Baramoto ignore que sur les 8 députés nationaux et 4 sénateurs que compte cette province, il y a 3 députés nationaux Ngbandi, 3 députés nationaux Ngbaka, 1 depute mbanza et 1 député Fulu; 3 sénateurs Ngbandi et 1 sénateur Ngaba », indique un notable de la contrée.

Et pourtant, Baramoto voudrait faire croire à qui veut l’entendre que les Ngbandi ne sont pas assez représentés dans la province ou que le Nord-Ubangi serait essentiellement Ngbandi. Ce qui n’est pas le cas dans tous les sens.

Plus grave, il est accusé de diviser non seulement les ressortissants de sa province mais aussi des membres d’une même famille biologique qui ont accepté de témoigner sous couvert d’anonymat.

Face à cette situation, la jeunesse du Nord-Ubangi demande au sénateur Baramoto de jouer son rôle de doyen comme le faisaient en leurs temps Jeannot Bemba, Justin Bomboko et d’autres notables originaires de cette partie du pays.
Sinon, ce septuagénaire, qui semble être décidé à laisser un mauvais souvenir à la postérité, risque de pousser la jeunesse du Nord-Ubangi à organiser des actions contre lui.

« Au lieu d’être un dénominateur commun pour cette province au regard de son âge et de son passé, le général à la retraite Kpama Baramoto, a choisi, comme toujours dans ses habitudes, d’être le plus grand commun diviseur », regrette un observateur.

Malheureusement, il est suivi dans cette mauvaise entreprise par certains de ses frères Ngbandi, toutes générations confondues. Seul l’avenir déterminera le sort de ce présumé diviseur intrépide.

JPK

Charger plus d'articles connexes
Load More By Admin
Load More In Politique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lire aussi

Ministère de la Fonction Publique: Yolande Ebondo visite officiellement la CNSSAP

La Ministre de la Fonction Publique, Yolande Ebongo Bosongo a visité ce mercredi 13 novemb…