Home Economie Transco: Le DG ai Bongi Blackson rassure ses administrés sur la survie de leur entreprise

Transco: Le DG ai Bongi Blackson rassure ses administrés sur la survie de leur entreprise

9 min read
0
0

Le Directeur Général ad intérim de Transports au Congo (Transco), Andrew-John Bongi Blackson était face à ses administrés au cours d’une séance de communication organisée le 27 septembre 2019 au siège de cet établissement public situé dans la Commune de Masina.

Cette communication qui est intervenue dans un contexte où ses détracteurs mènent une campagne d’intoxication contre son action et les intérêts de la société a été une occasion pour lui de rassurer ses administrés. Et, il l’a fait de la meilleure des manières car, il a fourni aux 3000 agents de Transco des assurances sur la survie de leur entreprise.
En effet, devant une foule d’agents qui se sont mobilisés pour l’écouter, Adrew-John Bongi Blackson s’est voulu très rassurant en leur annonçant qu’il y a plus de peur que de mal au sujet de la survie de Transco, car , a-t-il dit, « Tranco n’est pas en faillite, grâce à l’attention bienveillante des autorités de l’Etat, notamment le Président de la République Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo, le Premier ministre Sylvestre Ilunga Ilunkamba et le Ministre de Transports et voies de communication Didier Mazengu Mukanzu ». Il leur a  rendu un vibrant hommage pour leur soutient total à cette entreprise à caractère socio -économique au service du peuple.

Contrairement aux prophètes de malheur qui ont prédit à tambour battant l’apocalypse de Transco, le DG a.i a annoncé l’arrivée d’une dotation de 750 nouveaux bus dont le premier lot est constitué de 520 bus. Ces bus seront répartis comme suit: 440 pour le transport en commun et 80 pour l’interurbain.

S’agissant du lot de 50 bus de la marque Zhong Tong dont l’échantillon de 8 bus déssert déjà les lignes interurbaines Kinshasa-Kikwit et Kinshasa-Matadi, il a fait savoir que les 42 restants sont attendus dans un futur proche pour couvrir d’autres provinces.

Pour toutes ces raisons et d’autres, le DG ai de Transco invite ses administrés à se comporter en professionnels, à cultiver l’amour du travail bien fait et à ne pas se laisser démobiliser. « Le challenge qui attend TRANSCO est de continuer à mériter la confiance des autorités et de la population », a -t-il souligné.

Le Président de la délégation syndicale désavoué publiquement

Ce moment d’échange a aussi connu la participation de la délégation syndicale représentée par son président Dady Makambo Libulia qui a partagé la même tribune avec le staff dirigeant.

Seul quoique à signaler lors de cette communication, ce dernier a été hué par les agents au moment où il s’adressait à eux. Certains agents interrogés ont justifié leur refus catégorique de l’écouter à la rupture de confiance qui existerait entre les syndicats et les travailleurs.

A ce propos, il nous revient d’apprendre que depuis un certain temps, la délégation syndicale, en quête de légitimité en lieu et place de chercher à se réconcilier avec les agents, aurait versé dans les intoxications pour nuire à la réputation d’Andrew-John Bongi Blackson. Cette absence totale de confiance entre le syndicat et leurs syndiqués s’est davantage confirmée lors de cette communication.

La prétendue victime d’agression par des « milices » ignore les faits

Cité comme la victime d’agression par des « milices » qui existeraient au sein de Transco, alternance.cd a tendu son micro au régulateur Bukasa Élie pour apporter sa version des faits. Et sa réponse prouve si besoin de preuves il y en a encore, que les pourfendeurs de Blackson sont déterminés à obtenir sa tête.
« C’est vraiment regrettable tout ce qui a été raconté sur moi dans un journal qu’Elie Bukasa a été menacé, tabassé en plein service par les milices du DG. C’est du mensonge. Je le dis tout haut, avec toute énergie étant un serviteur de Dieu, c’est du mensonge. Notre DG n’a aucune milice. Il n’a que des gens qui les soutiennent pour que Transco aille de l’avant. Que tous ceux qui ont lit ce journal sachent que ce du mensonge. La personne dont on a parlé dans ce journal c’est bel et bien moi . Je ne connais pas cette histoire de milice. Je remercie ceux qui cite mon nom dans le mensonge, Dieu va s’occuper d’eux. Mais qu’ils les sachent qu’ils auront zéro » a-t-il démenti.

A en croire certains agents interrogés,  « lisu likolo y’a lisu » est une organisation volontariste des agents qui apportent leur soutient total aux services de sécurité pour mettre hors d’état de nuire ceux qui complotent contre l’intérêt général par des actes de barbaries tels que vol de clés de contacts,pièces de rechange, carburant et autres.

ALT.

Charger plus d'articles connexes
Load More By Admin
Load More In Economie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lire aussi

Isidore Ndaywel après la marche du CLC: « Nous ne sommes pas en voie de disparition»

Le Comité Laïc de Coordination ( CLC) a marché ce lundi 21 octobre à Kinshasa. La manifest…