Home Société Santé: Cécile Edungu veut déployer  les « Collines de Selembao de Kinshasa » au Sankuru

Santé: Cécile Edungu veut déployer  les « Collines de Selembao de Kinshasa » au Sankuru

10 min read
0
0

La présidente de l’Ong « Les Collines de Selembao de Kinshasa » (COSEKI), Cécile Edungu veut faire un retour à ses racines.  Œuvrant dans le domaine du social et de la santé, elle a été invitée par le Gouverneur du Sankuru à visiter sa province natale. Après la visite qu’elle a effectué récemment à Lusambo, Chef-lieu de la Province, ses impressions sont toutes bonnes et elle affirme vouloir réorienter les priorités de son Ong.

Cette congolaise de la diaspora, infirmière de formation, a passé l’essentiel de son temps dans sa terre natale à visiter des établissements hospitaliers où il a remis des médicaments au personnel médical et, a promis de revenir dans les prochains jours. De passage à Kinshasa, Alternance.cd l’a approchée pour sonder ses intentions.

Le nom de COSEKI représente beaucoup de choses pour bon nombre d’habitants de Kinshasa, particulièrement ceux qui ont un jour été à l’Hôpital Général de Référence de Kinshasa. Pour ceux qui l’ignorent, c’est cette Ong qui a mobilisé les fonds pour la réhabilitation du pavillon 11 de l’HGRK, tristement appelé jadis « pavillon des indulgents ». C’est elle qui a aussi initié la réhabilitation du pavillon 17 qui accueille les enfants prématurés et nouveaux nés à terme.

Engagée dans lutte pour réduire le taux de mortalité infantile, elle focalise son action sur la réhabilitation ou constructions des infrastructures hospitalières, le matériel médical et le recyclage du personnel médical.

Pour ce faire, Cécile Edungu organise au pays et à l’étranger, de levées de fonds que son Ong investit notamment dans la prise en charge des enfants prématurés.
Fille d’un médecin et commerçant originaire du territoire de Lubefu qui œuvrait dans le domaine de la vie sociale, elle a quitté le Sankuru à l’âge de 6 ans.

Après un passage au Gabon, elle a fait les études de sciences infirmières en Belgique et a travaillé dans des hôpitaux réputés tels que HERASME et Saint Luc. Depuis 2011, elle preste comme infirmière libérale et a ouvert en 2015, son propre centre médical qui emploie des infirmières, de médecins et de paramédicaux.

En République Démocratique du Congo, elle œuvre dans le domaine social, particulièrement dans le secteur de la santé à travers l’Ong Colline de Selembao de Kinshasa, qui contribue à la diminution du taux de mortalité maternelle et infantile.

Parmi ses actions phares, on peut énumérer entre autres, la construction d’une maternité au quartier Mbala à Selembao où on procure de soins de qualité aux femmes à des prix démocratiques ; une aide financière aux familles démunies pour les soins médicaux de leurs enfants souffrant de cancers en partenariat avec l’Hôpital du Cinquantenaire ; la réhabilitation du Pavillon 11 de l’Hôpital Général de Référence de Kinshasa, qui a été rebaptisé au nom du pavillon médico-social ; ou encore la réhabilitation prochaine du pavillon 17 de l’HGRK.

Séduite par le Sankuru

Les actions sociales posées à Kinshasa par la Présidente de l’Ong COSEKI ont attiré l’attention du nouveau Gouverneur du Sankuru, Joseph Stéphane Mukumadi, qui lui a demandé de s’intéresser aussi à sa province. « C’est vrai que moi, je ne suis jamais rentrée au Sankuru depuis quand j’avais 6 ans. On ne nous parlait que du mal du Sankuru, on ne nous attirait pas, on ne nous intéressait pas du tout. Ce qui est le contraire avec l’actuel Gouverneur parce qu’il nous a approché. Il a vu les actions que j’ai faites sur Kinshasa et celles que j’ai faites en Belgique. Il a entendu que je suis du Sankuru. C’est comme ça qu’il m’a approchée pour m’inviter à aller faire ce que j’ai fait ailleurs chez nous », révèle Cécile Edungu.

Et après une première visite, elle affirme être séduite par sa province natale et dit vouloir y consacrer ses énergies et ses ressources financières dans le domaine de la santé. « Quand je suis arrivée au Sankuru, c’était juste pour voir. J’ai été séduite par ma province. Ce que j’ai vu m’a permis de décider que je vais maintenant rediriger ce que j’ai fait sur Kinshasa et en Belgique vers le Sankuru parce que j’ai été touchée», avoue-t-elle.

Marquée par la gentillesse, l’hospitalité et la diversité de la population Sankuroise, la Présidente de COSEKI lance un appel à tous les originaires du Sankuru de la diaspora, à penser à investir dans leur province. « Nous devons apprendre à nos enfants à savoir d’où ils viennent. Si moi je n’ai pas eu cette chance de connaitre d’où je venais pour que ça me donne envie d’aller voir, j’ai eu la chance de rencontrer le Gouverneur qui m’a donné envie et la possibilité d’aller voir d’où je viens. Ce lien m’a donné la possibilité de dire que pour ce qui est de la santé et du social, si je peux, avec ma petite personne contribuer à la construction du Sankuru, je le ferai avec un grand plaisir. Oui, je me donnerai à 1000% », confie fièrement celle qui se dit dorénavant déterminée à « laisser des traces au Sankuru ».

RD44

Charger plus d'articles connexes
Load More By Admin
Load More In Société

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lire aussi

Coup de ballet dans les provinces: Le Gouverneur du Kasaï Central dans le viseur de l’Assemblée provinciale

Ça s’annonce mal pour certains gouverneurs de provinces de la RDC. Après la destitut…