Home Société RDC: La Fondation et l’Université Mapon relancent le débat sur les questions des recherches fondamentale et appliquée

RDC: La Fondation et l’Université Mapon relancent le débat sur les questions des recherches fondamentale et appliquée

7 min read
0
0

La ville de Kindu, Chef-lieu de la province du Maniema vibre au rythme de la 1ère édition de la Conférence annuelle sur la haute technologie en République Démocratique du Congo. Ouverte mercredi 13 novembre, cette conférence co-organisée par la Fondation Mapon et l’Université Mapon se clôture ce jeudi 14 novembre 2019.

Promouvoir la recherche scientifique et relancer le débat sur les questions de recherches fondamentale et appliquée, c’est le but de ces assises, les premières du genre à être organisées en RDC. Le thème choisi est « la haute technologie comme outil du progrès ».

Les différents exposés ont tourné autour des problématiques liées au rôle des nouvelles technologies dans la transformation de la société et au rôle des entreprises dans la diffusion technologique. C’est ce qu’a expliqué en substance le Coordonnateur de la Fondation Mapon, Michel-Ange Lokota dans son intervention lors de la cérémonie d’ouverture.

Il a énuméré quelques-unes des questions qui devront faire l’objet de réflexions. Ces questions sont les suivantes: Quel est le rôle des nouvelles technologies dans la transformation de la société ? Quels sont les avantages et inconvénients ? Quel est l’état de la recherche technologique en RDC ? Quel modèle des technologies adapté à son progrès ? Quel est le rôle des entreprises dans la diffusion technologique ?

Professeur Samuel Pierre

C’est le Professeur Samuel Pierre de l’Ecole Polytechnique de Montréal qui a ouvert les débats autour du thème « L’excellence au service du bien commun: les actions éducatives et universitaires du GRAHN en Haiti ».

Il a démontré que l’excellence est devenue un objectif partagé par plusieurs grandes nations du monde, plusieurs entreprises privées ou publiques ; plusieurs établissements d’enseignement à tous les niveaux des systèmes éducatifs etc.

Docteur Ingénieur, Maguiraga Madiassa,

L’acquisition et la maitrise des outils technologiques par chaque nation qui décide d’aller sans tarder au développement économique a été au centre de l’exposé du Docteur Ingénieur Maguiraga Madiassa, Professeur Ordinaire à la Faculté Polytechnique de l’Université de Kinshasa. Il a démontré comment la France de De Gaule, l’Iran du Shan et la Chine de Deng Xiaoping ont compris l’importance de la formation scientifique et ont acquis très vite les outils des Nouvelles technologiques.

De son côté, Jimmy Kalenga Kaunde Kasongo Nday, Docteur en Sciences de l’Ingénieur/Umons/Belgique s’est appesanti sur la « problématique de la rentabilité de l’exploitation minière en RDC, face aux nouvelles technologies. Analyse critique de la chaine d’extraction des gisements cuprocobaltifères ».

Il a en substance expliqué que la valeur d’un minerai ou d’un concentré dépend de nombreux paramètres entre autres, la richesse caractérisée par teneur, la présence d’éléments accompagnateurs pouvant être utilisés ou nuisible et la nature de sa gangue.
Les nouvelles technologies pour améliorer la vie quotidiennes des citoyens

Pour sa part, Jean Pierre Kalenga de l’Université de Lubumbashi a exposé sur les Nouvelles technologies en traitement et possibilités d’impacts socio-économiques en RDC. Il a relevé le fait que les techniques traditionnelles de concentrations des minerais ont des domaines dimensionnels d’application bien définis.

La stratégie de développement urbain pour une ville intelligente: défis et perspectives pour la RD-Congo et les défis de la gestion environnementale dans le secteur minier font aussi partie des sujets développés.

Ces thématiques ont été exposées respectivement par Musandji Fuamba, Ing. PhD Professeur titulaire Polytechnique Montréal, Canada et Richard Simon, Professeur dans la même université.

Ing. PhD Professeur Musandji Fuamba

Le premier s’est focalisé sur l’application à la planification, aux politiques urbaines et à la gestion publique des infrastructures publiques pour améliorer la vie quotidienne des citoyens, améliorer la gestion publique des infrastructures physiques et des services d’urgence ainsi que la réduction des impacts environnementaux.

RD44

Charger plus d'articles connexes
Load More By Admin
Load More In Société

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lire aussi

Sécurisation des Voies fluviales : L’Union Européenne approuve la détermination de Didier Mazenga

La quatrième réunion d’évaluation du Comité de pilotage du projet d’appui à la…