Home Politique Sankuru: L’Assemblée provinciale somme le Gouverneur Mukumadi de « formaliser » sa démission

Sankuru: L’Assemblée provinciale somme le Gouverneur Mukumadi de « formaliser » sa démission

10 min read
0
0

C’en est fini pour le Gouverneur du Sankuru, Joseph Stéphane Mukumadi. 17 sur 25 députés provinciaux que compte l’Assemblée provinciale ont constaté sa démission et l’invitent à la formaliser officiellement auprès du Chef de l’État Félix Tshisekedi.

Pour avoir boudé la plénière du 23 novembre 2019 consacrée à l’investiture de son Gouvernement, il a perdu la confiance des élus provinciaux. Ces derniers, à travers leur Vice-président, Anatole Dilomba Lokotongo,  l’ont saisi officiellement ce vendredi 29 novembre 2019. Concomitamment, le Président de l’Assemblée provinciale du Sankuru, Benoît Olamba était devant la presse pour fixer l’opinion sur les circonstances qui ont poussé son institution à demander au Chef de l’exécutif provincial de formaliser sa démission.

En séjours dans la capitale pour répondre à l’invitation du Directeur de Cabinet du Vice-premier ministre de l’intérieur et Sécurité, il garde un œil sur ce qui se passe dans sa province. Et le moins que l’on puisse dire, c’est le même ton qu’il a haussé contre la candidature unique à l’élection du Gouverneur qu’il a utilisé ce jour pour fustiger ce dont il qualifie de violation de la loi par le Gouverneur Joseph Stéphane Mukumadi.

Une démission tacite

Le Gouverneur Joseph Stéphane Mukumadi à Kinshasa en septembre

La main sur le coeur, il a pris le soin de signaler qu’avant le 23 novembre dernier, date à laquelle l’Assemblée provinciale s’était réunie en plénière pour auditionner le discours programme du discours et investir son gouvernement, il n’y avait aucune crise.

Mais selon lui, tout est parti d’abord du retard du gouverneur à déposer son programme au bureau et ensuite de son absence non justifiée à la plénière et celle de ses ministres provinciaux.

« L’Assemblée provinciale avait notifié en son temps au Gouverneur, le calendrier des matières prévues en cette session de septembre entre autres l’investiture de son gouvernement dans l’intervalle du temps compris entre le 1er et le 16 novembre 2019. Notre règlement intérieur prévoie dans ce genre d’exercice que le Gouverneur présente son programme au bureau de l’Assemblée provinciale au moins 48 heures avant la date d’investiture. Il savait bien que c’est entre le 1er et le 16 novembre que cette activité devait avoir lieu. Il s’est présenté auprès du bureau pour présenter le programme le 21, avec cinq jours de dépassement »», a-t-il rappelé d’emblée.

D’après Benoît Olamba, la Conférence des Présidents avait décidé que le Gouverneur défende son gouvernement le 23 novembre à 14 heures. « Fort surpris, et contre toute attente, nous avons constaté que le Gouverneur était absent, son Vice aussi et l’ensemble de l’équipe gouvernementale. Nous n’avons pas été saisis par le Gouverneur d’un quelconque empêchement ou une quelconque demande de report de cette plénière. C’est ainsi que la plénière a constaté l’absence délibérée du Gouverneur de province et son équipe. Et cela sans aucun motif valable pour justifier cette absence. Ayant manqué à son obligation légale, l’Assemblée a constaté sa démission tacite et expresse et elle a recommandé l’établissement d’un PV de carence»,  a asséné le Président de l’organe délibérant du Sankuru.

Défenseur de la légalité

Benoît Olamba, entouré de deux députés provinciaux

Se voulant être cohérente et défenseur de la légalité, l’Assemblée provinciale, en majorité exceptionnelle de 17/25 députés provinciaux a notifié au Gouverneur ce procès-verbal de carence.
«Qu’aux fins de respecter les lois de la République et de l’ordre public, en application des articles 198 al. 6,7 et 8 de la Constitution de la République Démocratique du Congo et 23 al.5 à 7, 41 et 42 de la loi n°08/012 du 31 juillet 2008 portant principes fondamentaux relatifs à la libre administration des provinces. Vous êtes appelé à formaliser votre démission et la déposer à Son Excellence Monsieur le Président de la République, Chef de l’Etat dans le délai de la loi », lit-on dans la lettre de notification adressée au désormais Gouverneur démissionnaire Joseph Stéphane Mukumadi.

Par ailleurs, Benoît Olamba a insisté sur le fait que malgré ses égarements depuis son investiture, marqués notamment par son télégramme demandant aux ministres sortants de cesser leurs activités, l’Assemblée provinciale a privilégié le dialogue avec Joseph Mukumadi.
« Lorsque nous dirigeons les chambres parlementaires, nous devons obéir aux lois et aux règlements intérieurs. Toutes ces activités étant chronométrées et planifiées selon les dispositions légales, lorsque nous constatons une soustraction intentionnelle à une disposition quelconque, nous tirons les conséquences et il revient à celui qui s’est soustrait de faire prévaloir ses arguments auprès des autorités compétentes»,  a renchérit Benoît Olamba.

Et de préciser que «l’invitation du Gouverneur et du Président de l’Assemblée provinciale par le Dircab du VPM de l’intérieur n’a pas suspendu le fonctionnement des institutions provinciales».
Contacté, un proche du Gouverneur Joseph Stéphane Mukumadi a promis que son chef allait réagir bientôt.

RD44

Charger plus d'articles connexes
Load More By Admin
Load More In Politique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lire aussi

Sécurisation des Voies fluviales : L’Union Européenne approuve la détermination de Didier Mazenga

La quatrième réunion d’évaluation du Comité de pilotage du projet d’appui à la…