Home Politique Crise entre l’Assemblée provinciale et le Gouverneur du Sankuru: Les grandes révélations du porte-parole de Mukumadi

Crise entre l’Assemblée provinciale et le Gouverneur du Sankuru: Les grandes révélations du porte-parole de Mukumadi

7 min read
0
0

Entre les dirigeants de deux principales institutions provinciales du Sankuru, à savoir l’Assemblée provinciale et le Gouvernorat, l’entente n’est plus au rendez-vous. Ce mardi 3 décembre 2019, Landry Pongo, Porte-parole  du Gouverneur Joseph Stéphane Mukumadi  vient d’en rajouter une couche.

Réagissant à la crise qui oppose son chef à un groupe de députés provinciaux, il s’en est pris avec véhémence au Président de l’Assemblée provinciale Benoît Olamba. Sans langue de bois, il l’indexe de vouloir étouffer la lutte contre la corruption et les anti valeurs initiée par le Gouverneur.

En effet, il a expliqué que les deux autorités devraient se rendre à Kinshasa toute affaire cassante sur invitation du Vice-Premier ministre, ministre de l’intérieur et Sécurité. « Malgré cela, l’Assemblée provinciale a tenu quand même sa plénière à une heure non réglementaire dans le but de susciter une crise« , a-t-il rappelé. De là, il soutient que le vrai problème est la volonté du Gouverneur de rompre avec le passé et la sa lutte contre la corruption et les anti valeurs.
 » Le Président de l’Assemblée provinciale étant un ancien ministre provincial et sachant qu’il est cité dans les détournements des deniers publics, a peur de se voir frapper par la loi voilà pourquoi il parle d’une chasse à l’homme et de la politique de règlement des comptes», a affirmé Landry Pongo.

De son côté, Benoît Olamba ne l’entend pas de cette oreille. Il soutient mordicus que l’organe délibérant du Sankuru ne fait qu’appliquer la loi.
« Fort surpris, et contre toute attente, nous avons constaté que le Gouverneur était absent, son Vice aussi et l’ensemble de l’équipe gouvernementale. Nous n’avons pas été saisis par le Gouverneur d’un quelconque empêchement ou une quelconque demande de report de cette plénière. C’est ainsi que la plénière a constaté l’absence délibérée du Gouverneur de province et son équipe. Et cela sans aucun motif valable pour justifier cette absence. Ayant manqué à son obligation légale, l’Assemblée a constaté sa démission tacite et expresse et elle a recommandé l’établissement d’un PV de carence», avait-il asséné lors d’un point de presse qu’il a tenu le 29 novembre dernier.

Mais Landry Pongo ne s’est pas arrêté là dans ses accusations contre le Président de l’Assemblée provinciale du Sankuru et son Vice-président.

Il considère qu’ils paniquent parce qu’ils ont perdu la confiance de leurs collègues.
« L’Etat se gère selon les règles et au sujet de la démission, trois hypothèses peuvent permettre la démission du gouverneur. C’est d’abord en cas d’une interpellation et après vote d’une motion de censure qu’une démission peut intervenir. La deuxième hypothèse intervient en cas de la non présentation de son patrimoine alors que le gouverneur avait déclaré son patrimoine depuis le mois d’août. Et enfin, la troisième hypothèse intervient en cas du non dépôt du projet de budget 15 jours avant la fin de la session budgétaire et pour cette dernière hypothèse le Gouverneur avait déposé le projet de budget avant le 30 du mois passé, d’où, les 3 hypothèses de la démission sont exclues et le gouverneur a dit dans un communiqué officiel qu’une démission volontaire n’est pas non plus à l’ordre du jour»,   a renchéri cet avocat.

RD44

Charger plus d'articles connexes
Load More By Admin
Load More In Politique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lire aussi

Sécurisation des Voies fluviales : L’Union Européenne approuve la détermination de Didier Mazenga

La quatrième réunion d’évaluation du Comité de pilotage du projet d’appui à la…