Home Politique Sankuru : Le summum de l’anarchie…

Sankuru : Le summum de l’anarchie…

9 min read
0
0

Le bras de fer entre l’Assemblée provinciale et le Gouverneur du Sankuru semble avoir atteint la phase du non retour. Après l’ultimatum lancé à l’endroit du Gouverneur Joseph Stéphane Mukumadi par l’organe délibérant pour démissionner, chaque camp a opté pour la défensive, mieux la déstabilisation de l’autre. Analyse. 

Lundi 2 décembre 2019, c’était au tour du Gouverneur d’appuyer sur le levier populaire à travers un groupe de jeunes de Lusambo, qui a leur tour,  ont donné un ultimatum de quarante huit heurs aux Députés provinciaux pour ne pas le faire partir. Et Décidément, ça craint une grave crise.

Le Gouverneur Joseph Stéphane Mukumadi à Kinshasa en septembre 2019

A l’espace de cinq jours, c’est un total de cinq correspondances qui ont été rédigées tant par le Gouverneur et son Vice-gouverneur que par les députés provinciaux. Que du vrai et du faux dans cette pluie des lettres!

En effet, par la magie de l’Internet, les réseaux sociaux sont inondés de ces lettres à travers lesquelles les élus provinciaux et le Gouverneur se règlent de compte. Et le moins que l’on puisse dire, la falsification de signatures, le faux et usage de faux sont au rendez-vous. C’est du moins ce qu’ont dénoncé cinq élus provinciaux qui accusent le Rapporteur du bureau d’avoir falsifié leurs signatures.

Le FCC veut-il se raviser?

Benoît Olamba, entouré de deux députés provinciaux

Entre temps, maitre Landry Pongo Wonya, porte-parole autoproclamé de Joseph Stéphane Mukumadi accuse l’Assemblée provinciale de vouloir déstabiliser non seulement le Gouverneur mais aussi toute la province du Sankuru.
«Le vrai problème est la volonté du Gouverneur de rompre avec le passé et sa lutte contre la corruption et les anti valeurs. Le Président de l’Assemblée provinciale étant un ancien ministre provincial et sachant qu’il est cité dans les détournements des deniers publics, a peur de se voir frapper par la loi. Voilà pourquoi il parle d’une chasse à l’homme et de la politique de règlement des comptes, raison pour laquelle lui et son Vice-président créent ladite crise», a-t-il expliqué dans une interview à la presse.

De leur côté, Benoît Olamba et ceux de ses collègues anti Mukumadi ne jurent que sur son départ.

A cet effet, ils multiplient des initiatives pour ne pas le voir continuer à diriger le Sankuru. A ce propos, de sources généralement bien informées ont révélé à alternance.cd que la bataille se mènerait actuellement au niveau du Front Commun pour le Congo ( FCC) dont certains cadres provinciaux du Sankuru craindraient de voir le CACH récupérer cette crise pour fermer l’Assemblée provinciale.

D’ailleurs cette éventualité semble faire du chemin car apprend-t-on, «famille politique de Félix Tshisekedi ne veut pas perdre l’un des rares gouverneurs qui sont sous son contrôle».  Quitte alors à sanctionner Benoît Olamba et les autres députés qui lui sont favorables ? Difficile de l’affirmer au stade actuel.

Et Lambert Mende dans tout ça ?

Hon.Lambert Mende

Même s’il a perdu la bataille de l’élection du Gouverneur du Sankuru qui a vu Mukumadi, candidat indépendant se faire triomphalement élire par une assemblée provinciale en majorité FCC, le Député National Lambert Mende Omalanga est loin d’oublier cette humiliation. Mieux, l’ancien porte-parole du Gouvernement central serait décidé à prouver au monde que son tombeur n’était pas l’homme de la situation.

Pour s’en rendre compte, il suffit d’observer la récupération faite sur les réseaux sociaux, autour de moindres erreurs du jeune débutant Gouverneur Joseph Stéphane Mukumadi par des jeunes de la Convention des Congolais Unis( CCU). Parmi eux, Alfred Mote, Franck Diefu, Blaise Ekongola, Gustave Kipoke, François Lendo ou encore Lambert Tuku qui se montrent pas du tout tendres avec le Chef de l’exécutif provincial du Sankuru.

En réaction, certains fervents défenseurs de Mukumadi à l’instar du journaliste Patrick Lokala voient dans leurs attaques l’expression de la désolation de leur Chef après son échec en juillet dernier à l’élection du Gouverneur du Sankuru.

Et pour ne rien arranger, la Mutualité des Étudiants Ressortissants du Sankuru ( MERSAC) veut tirer son épingle du jeu. Pourtant apolitique, cette structure estudiantine organise une manifestation contre la déstabilisation du Sankuru ce mardi 3 décembre 2019 à Kinshasa.

Tout compte fait, beaucoup d’observateurs se montrent inquiets sur le fait que ce concert de désordres n’est pas de nature à faire avancer les choses. Mieux, il risque de décourager les potentiels investisseurs tant nationaux qu’ internationaux désireux d’investir dans la province de Patrice Emery Lumumba. Vivement une réconciliation entre le Gouverneur Joseph Stéphane Mukumadi et le Président de l’Assemblée provinciale Benoît Olamba pour le bien de la province.

RD44

Charger plus d'articles connexes
Load More By Admin
Load More In Politique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lire aussi

Sécurisation des Voies fluviales : L’Union Européenne approuve la détermination de Didier Mazenga

La quatrième réunion d’évaluation du Comité de pilotage du projet d’appui à la…