Home Politique Ministère de la Communication et Médias: Jolino Makele totalement aphone, Lambert Mende s’en mêle

Ministère de la Communication et Médias: Jolino Makele totalement aphone, Lambert Mende s’en mêle

12 min read
0
0

Le Ministre de la Communication et Médias, Jolino Diwampovesa Makelele parait être un des plus faibles, si pas le dernier des membres du gouvernement. Ayant hérité du poste stratégique et très médiatique de porte-parole du Gouvernement, il est totalement aphone au point que même son prédécesseur Lambert Mende se moque de lui.

Son arrivée à la tête de ce ministère avait suscité beaucoup d’espoirs dans le chef de ceux qui l’appréciaient à l’époque où il était le porte-parole de l’Union pour la Nation Congolaise(UNC), parti politique de Vital Kamerhe dont il est un des proches. Mais depuis, l’homme ne se fait attendre que pour lire le compte rendu des conseils des Ministres organisés habituellement le vendredi. Et puis plus rien ou presque à l’exception de son apparition à la RTNC le jour de l’investiture du Gouvernement où les téléspectateurs ont suivi en direct les images de leur ministre de la Communication et Médias avalant avec gourmandise un chawarma. Qu’est-ce qui se passe réellement avec ce ministre ? C’est la question que beaucoup de congolais se posent et à laquelle alternance.cd s’est penchée.

Dans le but d’y répondre, nos reporters ont interrogé quelques membres du gouvernement, un conseiller à la présidence de la République, de cadres de l’UNC et de collaborateurs du principal intéressé. Le premier constat qui se dégage de ces entretiens est que toutes les personnes interrogées disent ne pas comprendre les raisons de ce silence gênant du Ministre de la communication et Porte-parole du Gouvernement.

A l’absence d’une réponse exacte, les uns estiment qu’il n’est tout simplement pas à la hauteur de cette lourde responsabilité, les autres avancent qu’il s’agirait de sa stratégie de communication tandis que d’autres encore soutiennent que de facteurs externes le condamneraient à rester moins visible sur la scène médiatique.
Quitte alors à ne pas faire entendre sa voix même face à des grandes questions d’actualité nationale ? Pas vraiment. En effet, il n’est point besoin d’être branché pour constater que le Ministre de la Communication et Médias n’est proche ni du Chef de l’Etat, ni du Premier Ministre.

Par conséquent, il se contenterait de noter, lors de conseils des Ministres, les interventions de différents ministres pour faire le compte rendu qu’il sera obligé de soumettre au Premier ministre pour correction. A ce propos, une source interne indique que Jolino Makelele est obligé de faire plusieurs tours à la primature pour faire corriger son texte qu’il lira ensuite après approbation du Premier Ministre à la RTNC.

Un cabinet désordonné et désorganisé

D. Jolino Makelele dans son cabinet le jour de la remise et reprise avec la Min. ai de la Com & Médias

Ceux qui le connaissent décrivent le Ministre de la Communication et Médias comme pas de nature extraverti. C’est peut-être pour cette raison que la plupart de ses collaborateurs se plaignent de la non tenue des réunions de son cabinet, de son manque de confiance envers eux, bref, de l’absence totale de communication dans son cabinet.

A en croire nos sources, Jolino Makele traiterait seul ou avec un seul de ses conseillers tous les dossiers de son ministère, ce qui l’épuiserait d’une part et de l’autre part, laisserait l’essentiel des membres de son cabinet dans l’oisiveté la plus totale. Les mêmes sources renseignent que les bureaux restent souvent fermés jusqu’à 11 h et qu’il n’y aurait pas d’entente entre le Directeur de cabinet, le Directeur de cabinet adjoint, le Conseiller Financier, le Conseiller politique, l’attaché de presse et l’attaché de presse adjoint avec ses autres collaborateurs.

Ces derniers les accuseraient de ne pas être de membres de l’UNC alors que selon eux, ce ministère a été attribué au parti du Directeur de cabinet du Chef de l’Etat et non à l’individu Jolino Makele.
L’autre raison qui expliquerait ce dont on peut qualifier d’échec de l’ancien député provincial de Kinshasa est l’absence remarquable des contacts entre son ministère et d’autres particulièrement ceux de la Défense notamment le porte-parole des FARDC et de l’intérieur auprès du porte-parole de la police nationale. A cet égard, on apprend que toutes les tentatives de ses collaborateurs pour nouer ces contacts ont échoué faute du soutien du Ministre qui semble avoir la tête ailleurs.

Lambert Mende se moque de son successeur

Par ailleurs, des conseillers majoritairement venus de la diaspora se plaindraient d’avoir reçu les promesses qu’ils toucheraient des sommes ne dépassant pas 800 USD par mois, lesquelles paraissent inférieures comparées à ce qu’ils gagneraient à l’étranger et 10 000 FC de transport de manière sporadique.

Ils constatent également , comme l’ensemble des collaborateurs de Jolino Makele, l’absence criant des fonds pour les sous-rubriques prévues dans la loi des finances, le refus du Ministre de visiter les entreprises sous sa tutelle afin d’y imposer la vision du Chef de l’Etat et son absence lors de déplacements du Chef de l’Etat tant au pays qu’à l’étranger.

Interrogé sur ce qu’il pense de son successeur au Ministère de la Communication et Médias, l’ancien locataire de ce ministère, Lambert Mende a dans un premier temps vanté son intelligence. « Jolino Makelele est un ami, on a étudié et fini ensemble à l’Université Libre de Bruxelles. C’est vraiment un ami et j’ai eu l’occasion d’échanger avec lui et il fait bien son travail mais je ne sais pas ce qu’on lui reproche », a-t-il répondu.

Et à l’ « homme au verbe facile » de se moquer de lui en ironisant comme il sait bien le faire lorsqu’il veut taquiner ses détracteurs. « Les gens aiment le vedettariat mais nous ne faisons pas la politique pour devenir des vedettes. C’est réservé aux musiciens. Quand Jolino Makelele fait le compte rendu du Conseil des Ministres par exemple, il le fait bien avec son langage extrêmement châtié », a poursuivi Lambert Mende Omalanga.

Reste maintenant à savoir si l’actuel porte-parole du Gouvernement résistera au moindre remaniement, lui qui a déçu aussi de cadres de son propre parti qui commencent à exiger son départ ou sa permutation pour éviter une plus grande humiliation.

Jean Perou Kabouira

Charger plus d'articles connexes
Load More By Admin
Load More In Politique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lire aussi

Violences sexuelles et basées sur le genre: JHR/JDH balise le chemin de la collaboration entre Magistrats, OSC et journalistes

En République Démocratique du Congo, il n’est pas facile d’accéder aux informations des vi…