Home Politique Territoriale: Gilbert Kankonde infantilise les Gouverneurs et les Présidents des Assemblées provinciales

Territoriale: Gilbert Kankonde infantilise les Gouverneurs et les Présidents des Assemblées provinciales

8 min read
0
0

Les Gouverneurs de provinces et les Présidents des Assemblées provinciales séjournent actuellement à Kinshasa. Sur invitation du Vice-premier ministre, Ministre de l’intérieur, Sécurité et Affaires coutumières, Gilbert Kankonde Malamba, ils vont participer à un atelier d’échanges et de clarification sur la gouvernance provinciale. Cette énième réunion en est de trop et irrite déjà certains Gouverneurs qui ont le sentiment d’être traités comme des éternels petits enfants.

A défaut de tenir la conférence des Gouverneurs de provinces deux fois par an conformément à l’article 200 de la Constitution, le Président de la République, Félix Tshisekedi Tshilombo multiplie des petits séminaires avec les Chefs des exécutifs provinciaux. D’abord le 13 mai dernier, ensuite en août dernier et récemment lors de la deuxième conférence nationale sur la décentralisation.

A la première occasion, il avait surpris tout le monde en exprimant la volonté « d’évaluer les performances » de chaque gouverneur en vue de « sanctionner » la gouvernance de chacun « après chaque évaluation trimestrielle ».

Trois mois plus tard, soit le 22 août 2019, il les avait reçu pour la deuxième fois à la cité de l’Union africaine et leurs échanges avaient tourné essentiellement sur les défis auxquels les responsables des provinces sont confrontés.

Le Chef de l’État  a encore attendu un peu plus de trois mois pour les convoquer de nouveau à participer cette fois-ci à un atelier dit d’échanges et de clarification, qui va s’ouvrir ce mercredi 18 décembre 2019. Que va-t-il leur dire? Va-t-il les évaluer et leur attribuer de côtes comme un professeur qui évaluait ses élèves dans une salle de classe? Difficile de le savoir au stade actuel.
Mais ce dont on est certain, c’est qu’en sa qualité de garant du bon fonctionnement des institutions, le Chef de l’État est en droit de suivre de près ce qui se passe dans les provinces et de donner des directives pour la bonne marche des institutions provinciales.

Il a d’ailleurs tenu à le rappeler dans son discours d’ouverture du deuxième Forum sur la décentralisation organisé du 11 au 14 décembre dernier à Kinshasa.

« Je vais faire une recommandation aux séminaristes pour imaginer des séminaires de mise à niveau ou de renforcement des capacités pour permettre aux gestionnaires locaux d’avoir la stature adéquate pour conduire des réformes et surtout atteindre des résultats qu’attendent des Congolaises et des Congolais. Parce que des spectacles auxquels nous assistons actuellement dans nos provinces sont assez désolants », a dénoncé Félix Tshisekedi.

Pour la petite comparaison, de 2007 à 2016, son prédécesseur Joseph Kabila n’avait tenu que quatre conférences des Gouverneurs de provinces.

Le  jeu dangereux de Gilbert Kankonde

Revenons en au Vice-premier ministre, ministre de l’intérieur, sécurité et affaires coutumières pour dire qu’alors que le Chef de l’État ne cesse de déplorer la déstabilisation des institutions provinciales, il est lui-même accusé de vouloir déstabiliser certaines provinces.

Ceux qui sont de cet avis évoquent entre autres son intervention dans la levée de la suspension du Gouverneur du Kongo Central Atou Matubuana. La suite de l’histoire est connue de tous: aussitôt réhabilité, ce gouverneur a été déchu par l’Assemblée provinciale et Gilbert Kankonde a été humilié à l’Assemblée nationale par deux Députés nationaux alors qu’il répondait à une question orale qui lui a été posée.

Mais ce n’est pas tout car, le patron de l’intérieur est aussi accusé d’avoir joué un mauvais rôle dans le conflit qui oppose le gouverneur du Sankuru Joseph Stéphane Mukumadi au président de l’Assemblée provinciale, Benoît Olamba.

En effet, certains originaires de cette province disent ne pas comprendre l’opportunité de l’invitation qui a été faite à ces deux personnalités à se rendre à Kinshasa le jour même où l’Assemblée provinciale devait investir le gouvernement provincial et auditionner le discours du programme du gouverneur.

Par ailleurs, certains présidents des Assemblées provinciales se plaignent des invitations intempestives du VPM de l’intérieur parfois « pour, dit-on,  des petits dossiers qui peuvent être réglés au téléphone ou par courriers».

Quoi de plus normal pour eux de considérer que Gilbert Kankonde traite les Gouverneurs de provinces et les Présidents des Assemblées provinciales comme des enfants. A chacun son opinion.

Jean Pérou Kabouira

Charger plus d'articles connexes
Load More By Admin
Load More In Politique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lire aussi

Reçu par le Vice-ministre Amato Bayubazire : Le CPCD plaide pour l’amélioration de la situation carcérale

Le Vice-ministre de la Justice, Amato Bayubazire Mirindi peut compter sur ses anciens coll…