Home Economie Transco: Quand l’acharnement contre Bongi Blackson éclipse ses prouesses

Transco: Quand l’acharnement contre Bongi Blackson éclipse ses prouesses

8 min read
0
0

Le Directeur Général ai des Transports au Congo (TRANSCO) essuie ces derniers jours une vague d’attaques orchestrées par ses pourfendeurs. Non contents de l’avoir vu sauver cette société d’une faillite à laquelle elle semblait avoir été condamnée, ces derniers se sont réactivés pour d’une part, démobiliser les travailleurs et de l’autre, les monter contre les membres du comité de gestion en général et le DG en particulier.

Ce modus vivendi ressemble aux stratagèmes utilisés par le passé pour faire partir l’ancien Directeur Général, Dominique Maussion dont le départ a précipité Transco dans le gouffre qui a failli entrainé sa faillite.
Les mêmes acteurs pour jouer le même jeu, l’histoire semble se répéter sauf que cette fois-ci, une majeure partie de membres du personnel refusent de mordre à l’hameçon.

En effet, depuis quelques jours, quelques membres de la délégation syndicale, visiblement manipulés et en rupture avec la base syndicale, multiplient des déclarations dans une certaine presse et de correspondances auprès des autorités gouvernementales pour accuser les dirigeants de leur entreprise. Ils ont par exemple prétendu qu’il y aurait une certaine mégestion qui entrainerait selon eux, le retard du paiement de salaire. Ils ont aussi accusé le DG ai d’avoir augmenté le salaire des membres du Conseil d’Administration et d’avoir commandité l’arrestation du Président de la Délégation Syndicale.

Les informations recoupées par Alternance.cd auprès de plusieurs sources prouvent noir sur blanc que ces accusations ne tiennent pas debout.

Notez que personne n’ignore la transition difficile que traverse Transco, laquelle s’explique d’un côté, par l’amortissement de son outil de travail qui a largement dépassé l’âge de maintenant après sept longues années d’exploitation en mode sans arrêt et de l’autre côté, par le choc d’activités causé par les travaux de saut-de-mouton qui ont ralenti largement la circulation à Kinshasa.

En ce qui concerne la prétendue arrestation du Président de la Délégation syndicale, de sources bien renseignées indiquent qu’il s’agirait d’une cabale visant à s’attirer la sympathie des agents qui l’ont déjà vomi.

Les assurances de Kamerhe et Sele Yalaghuli sur la survie de Transco

Depuis qu’il assume les fonctions de Directeur Général, Andrew Jhon Bongi Blackson a inscrit son nom dans le palmarès de meilleurs gestionnaires des entreprises publiques du pays. Les raisons? « L’aboutissement heureux du plaidoyer qu’il a mené auprès du Gouvernement de la République pour obtenir un appui urgent en vue de sauver cette société qui était au bord de la faillite, la remobilisation des agents et cadres dont la plupart avaient déjà perdu de l’espoir ou encore l’ouverture des nouvelles lignes interurbaines », lit-on dans le sondage annuel 2019 de l’Institut de sondage « Les Points ».

A en croire ce baromètre du plus grand institut de sondages de la RDC, le Gouvernement a non seulement donné de garanties de la dotation de 750 nouveaux bus ; mais surtout décaissé les fonds pour l’achat du premier lot constitué de 200 bus de marque Volvo, qui seront bientôt réceptionnés.

Cette information a été confirmée récemment à la fois par Vital Kamerhe, Directeur de Cabinet du Président de la République, et Sele Yalaghuli, Ministre des Finances.

Pour rappel, au moment où les dirigeants de TRANSCO menaient ce plaidoyer auprès du Gouvernement, leurs pourfendeurs prétendaient auprès des agents qu’il s’agirait d’une vente d’illusion.

Pas donc étonnant qu’ils reviennent à la charge aujourd’hui, avec de nouveaux arguments farfelus pour les attaquer sur un autre front. Question de retourner sur la scène après la rupture de confiance avec les agents, en voulant profiter de la petite transition difficile pour soulever les agents en vue de perturber le climat social non seulement dans cette entreprise à caractère socioéconomique mais aussi sur l’ensemble de la capitale dont la circulation dépend de Transco.

Les mêmes causes  produisant les mêmes effets, les agents et cadres des Transports au Congo refusent de se faire prendre en faisant preuve d’une haute conscience professionnelle.

ALT.

Charger plus d'articles connexes
Load More By Admin
Load More In Economie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lire aussi

Incapables de régler leurs désaccords en hommes civilisés: Le DG de l’OEBK inflige un traitement infantilisant au DGA

Entre le Directeur Général de l’Organisation pour l’Equipement de Banana-Kinshasa(OEBK), G…