Home Politique Travaux de 100 jours: Ces chiffres qui dédouanent Vital Kamerhe

Travaux de 100 jours: Ces chiffres qui dédouanent Vital Kamerhe

9 min read
0
1

Alors qu’une certaine opinion l’accuse d’avoir fait main basse sur les fonds alloués aux travaux initiés dans le cadre du programme de 100 jours, le nom du Directeur de Cabinet du Chef de l’État n’apparaît nulle part dans différents documents officiels liés à ces travaux. Ni l’Office des Routes, chargé d’exécuter la plupart de ces travaux, ni le Parquet Général près le Tribunal de grande instance de Matete n’ont mentionné son nom dans leurs correspondances comme bénéficiaire d’un quelconque financement.

La vérité commence à éclater sur le processus de décaissement des fonds alloués aux travaux de 100 jours de Félix Tshisekedi. Ceux qui ont indexé Vital Kamerhe peuvent déjà faire amende honorable car, l’homme est blanc comme la neige dans cette affaire. Il n’est cité que par les juges de la rue ou de réseaux sociaux, ces congolais qui ont développé une extrême capacité à indexer tout le monde sans avoir besoin d’aucune preuve.

Et pourtant, des sources officielles sensées détenir la vérité sont là. C’est ce qu’a d’ailleurs tenu à faire le Premier ministre Sylvestre Ilunga qui, a convoqué le 8 février 2020, le Vice-premier ministre en charge du Budget, Jean Baudoin Mayo, le Vice-premier ministre en charge des ITPR, Willy Ngoopos, le Vice-ministre des Finances, Junior Mata, le Directeur de Cabinet du Ministre de l’urbanisme et Habitat, le Gouverneur de la Banque Centrale du Congo, le DG de l’OVD et celui de l’Office des Routes.


Le rapport de cette réunion atteste noir sur blanc que le nom de Kamerhe ne figure nulle part dans le volet routier du programme d’urgence des 100 jours comme ayant perçu de l’argent destiné aux travaux.

D’après plusieurs sources, le chantier de construction de 4 saut-de-moutons et voie rapide entre Échangeur de Limete et l’aéroport de N’djili a été confié à Safricas pour un montant contractuel de 19 469 820, 95 USD dont le Trésor public a déjà décaissé 9 652 008,75 USD, soit un taux d’exécution de 50%. Selon l’Office des routes, le taux d’exécution des travaux est de 60%.

Les travaux exécutés par l’Office des routes sont répartis en trois voltes: routes, ponts et bacs. Au volet routes, le travail consiste en la suppression des bourbiers et la remise en pratiquabilité des routes sur un linéaire global de 2830,5 Km repartis sur 46 axes routiers à travers l’ensemble du territoire national.

Les travaux relatifs aux ponts concernent la réhabilitation des ouvrages existants, le remplacement des tabliers, la reconstruction et le lancement de nouveaux ponts sur un total de 32 sites; construction de 4 saut-de-moutons et d’une voie rapide longue de 11 km entre Échangeur dz Limete et l’aéroport de N’djili.

Les chantiers de bacs concernent essentiellement la réhabilitation et réparation des 18 bacs et le déploiement de 24 bacs vers leurs sites d’exploitation. Le niveau global d’exécution indique que sur les 46 routes retenues, 43 ont été tellement prises en charge, soit un taux d’intervention de 93% toujours selon l’Office des routes. En ce qui concerne les ponts, sur les 36 programmés, tous ont été pris en charge, soit un taux d’intervention et d’intervention de 100%, car, ces points sont terminés.

Carton vert aux chinois

Pour les 24 bacs à déployer, on note que 19 sont arrivés sur les sites. La situation du décaissement montre que sur les 95 868 784 USD prévus, 63 945 246 ont été décaissés, et le taux de réalisation se situe à 66,70%. Le solde à payer à l’OR est donc de 31 923 58 USD auxquels il faut ajouter les 1000 000 USD empruntés par le Gouvernement au mois de novembre dernier pour lutter contre les érosions au site de Dumez à Kinshasa, ce qui porte le solde à 32 923 538 USD à payer à l’Office des Routes.

Au sujet de 79 563 753 USD annoncés en mars 2019, il nous revient d’apprendre qu’il s’est dégagé pendant l’exécution des travaux supplémentaires dus notamment à la dégradation des situations sur plusieurs sites consécutive à une pluviosité exceptionnelle ; augmentation du linéaire d’intervention sur l’axe Kananga-Mbuji-Mayi de 100 à 180 Km; l’aménagement d’une voie rapide entre l’échangeur de Limete et l’aéroport dz N’djili sur 11 km.

Le carton vert revient aux entreprises chinoises qui se sont positivement distinguées dans l’exécution des travaux surtout là où tous les fonds prévus ont été décaissés. C’est le cas notamment de Synohydeo, chargé de la construction du Pont Kawizi dans le Sud-Kivu, CREC 7 avec l’érosion de Badiandingi, entretient et réparation des collecteurs RN 1 Échangeur de Limete- aéroport de N’djili à Kinshasa.

ALT.

Charger plus d'articles connexes
Load More By Admin
Load More In Politique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lire aussi

Incapables de régler leurs désaccords en hommes civilisés: Le DG de l’OEBK inflige un traitement infantilisant au DGA

Entre le Directeur Général de l’Organisation pour l’Equipement de Banana-Kinshasa(OEBK), G…