Home Société Obligées de payer les factures d’électricité et le loyer de leur lieu d’habitation: Les femmes d’Inga en colère contre la SNEL

Obligées de payer les factures d’électricité et le loyer de leur lieu d’habitation: Les femmes d’Inga en colère contre la SNEL

4 min read
0
0

La Société Nationale d’électricité (SNEL) impose aux habitants d’Inga de verser le payement de factures d’électricité et le loyer pour l’espace occupé dans le site d’Inga depuis plusieurs décennies. Les femmes qui se trouvent dans cette partie de la province du Kongo Central s’indignent de cette situation.

Réunies autour des organisations Femmes Solidaires (Feso) et Solidarité des Femmes sur le Fleuve Congo (Soffleco), ces femmes estiment que les communautés d’Inga dans le Kongo central en République Démocratique du Congo ne sont pas prêtes à se plier à cette exigence.

« Nous avons été désagréablement surpris de voir des agents de la Snel inviter nos leaders communautaires rassemblés au sein de CODDICLI, FESO/SOFFLECO, IDEL et la société civile locale à une réunion dont l’objet principal consistait à leur demander d’acquitter un loyer pour l’espace qu’elles occupent et de payer les factures pour l’électricité dont elles bénéficient», se sont elles plaintes.

Demandant aux autorités compétentes de prendre acte de ces exigences qui leur sont fixées, elles redoutent des troubles sociaux au sein du site.

Aux dirigeants de la Snel et l’opinion nationale, ces femmes rappellent que les communautés occupent ces terres depuis leurs ancêtres.

Elles attirent l’attention de tous sur le fait que les deux barrages hydroélectriques d’Inga I et Inga II ont été érigés sur des terres jadis occupées, sans aucune indemnisation à ce jour malgré que ledit barrage dégrade fortement la biodiversité terrestre et aquatique, leur privant de tout service de l’environnement avec comme conséquence, la montée de la pauvreté.

D’où pour elles, demander le paiement du loyer et régler les factures d’électricité revient à mettre la charrue devant le bœuf. Et pourtant, des communautés dépouillées de leur terre sont contraintes d’habiter le camp Kinshasa.

« C’est au nom des injustices dont nous avons été victimes de la part de ceux qui ont érigé ces deux barrages et de ceux qui les gèrent, qu’au fil des ans, depuis l’inauguration des deux barrages, nous avons eu droit, d’une fourniture en énergie électrique à faible intensité avec des délestages intempestifs pour nos ménages de fortune, faites pour l’essentiel en bois», ont-elles renchérit.

ALT.

Charger plus d'articles connexes
Load More By Admin
Load More In Société

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lire aussi

Évitant une humiliation : Le gouverneur du Nord-Ubangi rend sa démission au Chef de l’Etat

C’est ce qu’on appelle avoir le sens de l’honneur. A quelques heures de …