Home Société Prise en charge holistique des femmes: Dr Denis Mukwege inaugure la Clinique Panzi de Kinshasa

Prise en charge holistique des femmes: Dr Denis Mukwege inaugure la Clinique Panzi de Kinshasa

8 min read
0
0

C’est une bonne nouvelle pour les femmes et les jeunes filles Kinoises. Celles d’entre elles qui ont été ou seront victimes de violences sexuelles seront dorénavant prises totalement en charge à la Clinique Panzi, qui a ouvert ses portes à Kinshasa.

C’est ce jeudi 12 mars 2020 que ce centre hospitalier a été inauguré par son fondateur en présence de différentes personnalités entre autres de diplomates, des personnalités politiques ou encore des responsables des associations et ONG engagées dans la lutte contre les violences faites aux femmes et les discriminations basées sur les genres.

Située au numéro 6 de l’avenue Walungu au quartier Congo dans la commune de Ngaliema, cette clinique se propose d’apporter des soins holistiques aux femmes victimes de violences sexuelles.
Fondée en1999 dans le but d’assister les femmes qui voulaient accoucher, la clinique Panzi et la fondation Panzi, créée dix ans plus tard, sont devenues une véritable référence en RDC, en Afrique et dans le monde, en matière de la prise en charge des victimes de violences sexuelles et de violences basées sur le genre. Depuis sa création, elle a soigné et assisté 58189 femmes et filles victimes de violences sexuelles dans l’est du pays. A cela s’ajoute un nombre important de femmes ayant de problèmes gynécologiques.

Le modèle holistique utilisé est basé sur quatre piliers à savoir, le pilier médical(prise en charge de la santé de la reproduction, consultation pré et post natale, la collecte des preuves légico-légales etc); la prise en charge psychosociale; l’assistance juridique et judiciaire et la réinsertion socio économique des femmes victimes de viol.

Réconfortée par les résultats obtenus dans la province du Sud-Kivu, la Fondation Panzi a apporté son expertise dans six provinces de la RDC et même à l’étranger notamment en République Centre Africaine et bientôt en Irak.

Pourquoi à Kinshasa ?

Selon la Secrétaire Exécutif de la Fondation Panzi, le choix de la capitale congolaise pour abriter une clinique Panzi ne s’est pas fait au hasard.

A l’en croire, si la plupart des viols commis sur les femmes et les filles dans l’est portent la marque des miliciens et membres de différents groupes armés, à Kinshasa, la survie quotidienne et la débriardise qu’elle a entraînée sont les principales causes du bannissement des valeurs, lequel expose les femmes et les jeunes filles.

À titre illustratif, elle a présenté un petit tableau indicatif des enfants mineures abandonnées à elles-mêmes au quartier Pakadjuma dans la commune de Limete, qui se livrent à la prostitution et parfois au viol sans que personne ne s’apitoie sur leur sort.
«A Pakadjuma nous avons consulté, il y a une semaine, 84 cas et 7 dont une femme de 15 ans ont déclaré avoir été violées mais de manière continue…Les corps de ces filles sont devenus des instruments de distraction et de plaisir», s’est indigné un des experts qui a participé à ladite enquête menée à Pakadjuma.

C’est justement pour restaurer la dignité de ces femmes et de nombreuses autres éparpillées à travers la ville de Kinshasa que la Fondation Panzi a installé une clinique dans la capitale congolaise.
Convaincu que les femmes encadrées constituent un potentiel pour l’économie congolaise, Dr Denis Mukwege a révélé qu’il a investi une partie de l’argent obtenu du Prix Nobel de la Paix lui décerné en 2018 dans cette clinique comme son cadeau aux femmes et filles Kinoises.

Avant de couper le ruban symbolique, il a remercié les partenaires financiers et techniques de sa fondation pour leur contribution dans la concrétisation de ce projet et tant d’autres. Les gestionnaires de cette nouvelle clinique ont invité les autres acteurs de la société civile impliqués dans la lutte contre les violences sexuelles et les discriminations basées sur les genres à travailler en synergie pour la prise en charge des victimes.

Ils ont précisé que dans un premier temps, la clinique Panzi de Kinshasa couvrira, compte tenu de moyens, les communes de Limete, précisément le quartier Kingabwa et la commune de Makala et qu’elle recourera aux cliniques mobiles pour apporter des soins holistiques aux femmes et filles de ces communes victimes de viols.

R.Djanya

Charger plus d'articles connexes
Load More By Admin
Load More In Société

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lire aussi

ESU/IFASIC: 72 heures accordées aux étudiants pour « sauver l’année académique »

Certaines décisions du ministre de l’Enseignement Supérieur et Universitaire (ESU), …