Home Société Délocalisation des divisions provinciales de la Santé et de l’EPST de Lusambo à Lodja : L’ex Gouverneur du Sankuru promet de remettre ses émoluments de juin à quiconque prouverait sa responsabilité

Délocalisation des divisions provinciales de la Santé et de l’EPST de Lusambo à Lodja : L’ex Gouverneur du Sankuru promet de remettre ses émoluments de juin à quiconque prouverait sa responsabilité

13 min read
0
0

Beaucoup d’allégations ont été propagées au sujet de sa gestion. Lui, c’est l’ancien Gouverneur de la province du Sankuru, Prof Berthold Ulungu. Certaines de ces accusations concernent la délocalisation des directions provinciales de la Santé et de l’Enseignement, Primaire, Secondaire et Technique( EPST) de Lusambo, chef-lieu de la province du Sankuru, à Lodja. Aujourd’hui Sénateur, il s’engage à remettre ses émoluments de parlementaire à celui qui brandirait les preuves démontrant que c’est lui qui avait pris cette décision.

Alternance.cd: Vous avez été proposé au poste de Commissaire Spécial du Gouvernement et même élu Gouverneur par la Convention des Congolais Unis (CCU), parti dont vous êtes cadre jusqu’à ce jour. Or, ce parti à l’époque était accusé par une grande partie de l’opinion d’être à la base de l’intolérance politique au Sankuru. Qu’est-ce qui a changé dans ce domaine sous votre mandat ?

En effet, la CCU a endossé ma candidature ainsi si vous voulez insinuer que les députés de ce parti ont voté pour ma candidature à l’élection de Gouverneur, il n’y a rien de plus normal, c’est plutôt logique mais de là à dire que c’est la seule CCU qui m’a élu c’est archifaux car j’avais obtenu 100% des suffrages valablement exprimés dans une Assemblée Provinciale dont la CCU n’était que second parti en terme du nombre d’élus.
Je trouve vos allégations contre la CCU très exagérées car je ne connais pas les méfaits de la CCU à Lusambo, Lubefu, Katako-Kombe, Lomela et Kole. A Lodja, il y a des échauffourées essentiellement pendant la période électorale suite à la concentration des différentes communautés qui cherchent à s’exprimer souvent à contre-courant des opinions des autochtones, c’est là que se situe la pomme de discorde. Il y a certes des extrémistes mais la CCU étant un parti Lumumbiste prônant le nationalisme, sous la houlette de son initiateur n’a jamais prêté le flanc à la violence. Que du contraire !
Par nos origines, nous ne pouvons pas donner l’impression de faire l’apologie de la violence et de l’intolérance d’où qu’elle vienne aussi comme peut témoigner la population du Sankuru, nous étions partout où la paix était menacée. Pendant que étions à la tête de la Province, il y a eu moins de problèmes sécuritaires, la population vaquait librement à ses activités.

Parlons maintenant du secteur administratif. D’aucuns vous reprochent d’être à la base de la cacophonie dans l’administration publique au Sankuru, notamment pour avoir ordonné à travers un arrêté, la délocalisation des directions provinciales de certains services publics et la Cour d’Appel du Sankuru de Lusambo, Chef-lieu de la province à Lodja, territoire dont vous êtes originaire. Qu’est-ce qui s’est réellement passé à ce sujet ?

Nous sommes ahuris par des telles supputations. Pour vous en convaincre, nous sommes disposés à céder nos émoluments du mois de juin 2020 à quiconque nous présentera les références d’un arrêté du gouverneur sur le sujet. Nous aurions pu espérer que les fins limiers de « Alternance.cd » soient en mesure d’exhiber la hauteur de leurs compétences par une bonne investigation au lieu de s’appesantir sur des rumeurs… La vérité est que les gens peu réfléchis avaient souhaités que l’ex-gouverneur ordonna contre la réalité du terrain que les divisions provinciales de la Santé ainsi que celle l’Enseignement Primaire, Secondaire et Technique, installées en 2004, in tempore non suspecto, à Lodja par des arrêtés des Ministres Nationaux soient abrogés par le gouverneur honoraire. Selon toute évidence, c’est pour des raisons de sa position centrale dans la province que la cité de Lodja a été désignée pour abriter lesdites divisions étant donné leurs spécificités. Cette situation n’a pas changé. Pour preuve, l’actuelle Ministre de l’EPST n’a trouvé mieux que de créer une deuxième division de l’EPST dénommée Sankuru II, laissant le siège de Sankuru I à Lodja. D’aucuns oublient que la distance entre Elingapango en territoire de Lomela et le Chef-Lieu Lusambo c’est plus de 1000 km, transporter les vaccins et les malles des examens d’état est très périlleux avec nos états de routes !
Quant à la Cour d’Appel du Sankuru, la question est à poser au Conseil Supérieur de la Magistrature (CSM) qui a décidé que cette Cour s’installe à Lodja. Si le CSM avait requis notre avis, nous l’aurions certainement orienté au chef-lieu du territoire de Lubefu qui dispose d’un bâtiment neuf mieux indiqué pour rendre justice à ce niveau.

En parlant justement de l’administration, les enquêtes que nous avons menées démontrent que sous votre mandat, on a assisté à la politisation à outrance de l’administration publique au Sankuru. Certains membres de votre parti n’ayant aucune qualité officielle se permettaient de donner des ordres aux hauts cadres de l’administrations entre autres, le Directeur provincial du SECOPE, le Proved, le chef de Division de la Santé et même aux magistrats des cours et tribunaux. On ne vous a jamais senti impliqué pour mettre fin à ce fléau. Est-ce que ce n’est pas parce que vous aviez les mains liées comme vous l’auriez reconnu un jour ?

Messieurs, là vous avez poussé le bouchon trop loin. C’est excessif et vous savez ce que vaut tout excès. De prime abord, vous semblez ignorer la configuration du pouvoir exécutif sous mon autorité. Tenez, le Vice-Gouverneur et 70% de ministres étaient membres d’autres partis politiques ; même mon Directeur de cabinet n’était pas membre de mon parti. Vous rendez-vous compte que tout ce beau monde étaient muselés au point de laisser faire autant d’abus dans la province ?
Vous parlez d’enquêtes sans aucun élément probant. Où et quand les aviez-vous menées ? Vous n’hésitez même pas à affirmer que je l’aurais reconnu un jour sans préciser les circonstances. Non Messieurs, sans le moindre doute sur votre professionnalisme, j’ose croire que vous savez que dans notre République il existe des services tel l’Agence National des Renseignements (ANR) qui sont chargés de rapporter ces genres de faits dans leurs bulletins d’informations (BI) à leur hiérarchie ; comment auraient-ils laissés faire sans informer l’exécutif national ? Je vous saurais gré même dans le cadre d’une NDLR d’illustrer fus-ce la nature des ordres dont question par un exemple vécu ou le contenu d’un B.I. des services. Sachez qu’aucune autorité n’a été nommée ni relevée de ses fonctions par le Gouverneur dans le seul but de faire plaisir à son parti. Vos propos on ne peut plus tendancieux n’engagent que vous. En tout état de cause, il me semble que vous reprenez servilement les propos mensongers distillés dans l’opinion par des partis politiques en mal de positionnement au Sankuru face à la CCU.

Propos recceullis par R.Djanya

Charger plus d'articles connexes
Load More By Admin
Load More In Société

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lire aussi

Gouvernement Sama: Après la longue attente, des attentes!

L’attente du gouvernement Sama Lukonde aura été très longue. Sa publication peut êtr…