Home Politique Caucus des Députés nationaux et Sénateurs du Sankuru: L’imposture des Tartuffes

Caucus des Députés nationaux et Sénateurs du Sankuru: L’imposture des Tartuffes

9 min read
0
0

Personne ne leur conteste le droit de se réunir et de rencontrer différentes autorités du pays. Mais on a de quoi s’interroger sur leur agenda caché.

Les médias moutonniers l’ont assuré ces derniers jours: les Députés nationaux et Sénateurs du Sankuru se sont réunis en caucus et ont rencontré le Premier Ministre Sylvestre Ilunga et le Président de la République, Félix Tshisekedi Tshilombo. A l’un comme à l’autre, ils ont remis un mémorandum contenant une pile des demandes à faire rire même les vaches.

Ces élus du peuple de la province originaire de Patrice Emery Lumumba prétendent s’impliquer  entre autres pour la construction d’un aéroport à Lodja, l’érection de Lumumbaville en territoire de Katako-Kombe, la construction d’un barrage hydroélectrique; l’électrification de la ville de Lusambo et d’autres projets de développement.

Députés nationaux et Sénateurs du Sankuru, au sortir de leur audience auprès du Premier ministre, en mais 2020

Présents sur la scène politique depuis des décennies, ils n’ont jamais été aussi motivés pour attirer l’attention des autorités nationales sur l’enclavement de la province du Sankuru province.
Difficile de ne pas faire le lien entre leur réveil tardif et la crise institutionnelle qui prévaut dans leur province entre l’Assemblée provinciale et le Gouverneur. Très divisés depuis des lustres, ils semblent émettre actuellement sur la même longueur d’ondes sur la nécessité d’obtenir le départ du jeune Gouverneur Joseph Stéphane Mukumadi que la plupart d’entre eux avaient pourtant soutenu lors de son élection en juillet 2019.

Mais le plus préoccupant est de constater que ces personnalités avaient occupé des postes importants (Dircab du Chef de l’État, ministres, mandataires publics, ambassadeurs, membres du bureau de l’Assemblée etc) sans afficher la moindre volonté de développer leur contrée. Le comble, certaines d’entre elles auraient détourné des fonds alloués à la province.

La population du Sankuru appelée à la vigilance

La réalité est celle-ci: les membres de ce caucus ne sont pas sincères. Sinon, comment expliquer que durant les 18 ans du règne de l’ancien Président Joseph Kabila dont ils étaient tous ou presque de fidèles collaborateurs, ils n’ont pas sérieusement pensé à la construction de l’aéroport de Lodja ou à l’érection de Lumumbaville dont le décret de création avait été signé par l’ancien Premier ministre Matata Ponyo en 2013.

Les Honorables Jean Charles Okoto, ancien chef de la diplomatie congolaise, ancien PDG de la Miba et ancien Amb.RDC en Chine et Moïse Ekanga

Pour rappel, l’actuel Sénateur Moise Ekanga coordonnait à l’époque le juteux contrat Sino-congolais et Lambert Mende trônait au Ministère des Médias.

Le Sénateur Léonard She Okitundu, ancien Dircab du Chef de l’État et ancien chef de la diplomatie congolaise

C’est à ce niveau que les plus connus d’entre eux, à savoir les deux précités,  les autres baobas tels que Christophe Lutundula Apala, Jean Charles Okoto, Emery Okundji ainsi que les Sénateurs Leonard She Okitundu et Omba Pene Djunga, qui n’ont pas su profiter de leur position privilégiée auprès de Mobutu et des Kabila en vue de développer leur province, méritent un jugement sévère de la part de la population Sankuroise.

Honorable Lambert Mende

Si le premier cité a eu sa part de punition en subissant la plus grande humiliation de sa longue carrière lors de son échec historique à l’élection du Gouverneur face au néophyte Mukumadi, ses collègues eux attendent leur tour.

Les nouveaux venus dans cette caste fermée du caucus des Députés nationaux et Sénateurs du Sankuru, très très soucieux du développement de leur province (Emmanuel Opeta, Alexis Luwundji, Nelson Lothape, Justin Ohoto, Dieudonné Nsase Jean Marc Lombaku, André Tambwe et dans une certaine mesure Maguy Kiala) ont donc le choix entre marcher sur les sentiers de leurs mentors ou s’inscrire dans la voie de la raison et de la rationalité. Dans tous les cas, le dernier mot reviendra à la population du Sankuru.

Par ailleurs, pour avoir dirigé la province du Sankuru de 2015 à 2019, d’aucuns pensent que le Sénateur Berthold Ulungu fait partie des acteurs politiques Sankurois qui devraient déjà prendre leur retraite, tellement son image est écornée. Heureusement qu’au Caucus des Députés nationaux et Sénateurs du Sankuru, chacun a son agenda et ses arguments pour justifier leur échec programmé.

RD44

Charger plus d'articles connexes
Load More By Admin
Load More In Politique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lire aussi

RDC : Diomi Ndongala de nouveau devant la justice ce 1er décembre

Libéré sous condition en mars dernier après sa condamnation en 2014 à dix ans de détention…