Home Politique Justice: Félix  Tshisekedi fustige « les manœuvres d’arrière garde » de ceux qui veulent déposséder le Conseil supérieur de la magistrature de son pouvoir

Justice: Félix  Tshisekedi fustige « les manœuvres d’arrière garde » de ceux qui veulent déposséder le Conseil supérieur de la magistrature de son pouvoir

4 min read
0
0

Dans son discours à l’occasion du 30 juin 2020, le Président de la République, Félix Tshisekedi Tshilombo a choisi des mots justes pour décrire l’obstination de ses alliés du Front Commun pour le Congo(FCC) à faire passer coûte que coûte les propositions de lois sur la réforme de la justice. Sans équivoque, il s’est engagé devant la Nation, à ne pas les laisser faire.

Ceux qui soutiennent les propositions de lois controversées initiées par les Députés nationaux Minaku et Sakata doivent dorénavant compter le Chef de l’État parmi leurs détracteurs. Alors qu’une majeure partie de la population, la société civile et la communauté internationale désapprouvent leur démarche, ils viennent d’enregistrer un autre adversaire de taille.

Dans son discours prononcé à l’occasion du 60eme anniversaire de la RDC à son indépendance, le Chef de l’État n’a pas caché son opposition à cette initiative. « La justice recouvre peu à peu son indépendance. Les avancées enregistrées l’ont été au prix de sacrifices extrêmes. Elles ne peuvent être annihilées par des manœuvres d’arrière-garde qui s’observent chez certains de vouloir légiférer pour déposséder le Conseil Supérieur de la Magistrature du pouvoir judiciaire qu’il détient pourtant de la Constitution », a déclaré Félix Tshisekedi.

Pour lui, les réformes judiciaires doivent être dictées « non pas par le souci de s’assurer une protection d’une personne ou d’un groupe de personnes, mais plutôt par le souci d’apporter plus d’efficacité et d’efficience au fonctionnement de la justice ».

Prenant ses responsabilités en mains, le Président de la République s’est voulu clair sur la suite à réserver à toutes les initiatives qui viseraient à porter atteinte à l’indépendance de la justice.
« Je n’accepterai, sous aucun prétexte des reformes dans ce secteur qui, par leur nature et contenu, viendraient porter atteinte à des principes fondamentaux régissant la justice tels que prévus dans notre Constitution, notamment l’indépendance du pouvoir judiciaire du pouvoir législatif et du pouvoir exécutif, le pouvoir régalien de nomination des magistrats, la gestion du pouvoir judiciaire confiée au Conseil Supérieur de la Magistrature et bien d’autres », a-t-il expliqué.

Junior Lomanga

Charger plus d'articles connexes
Load More By Admin
Load More In Politique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lire aussi

CENI: Pour Maître Charles-Mugagga, rien ne saurait justifier dépérir la riche expérience de Ronsard Malonda

L’entérinement de la désignation de Ronsard Malonda au poste de Président de la Comm…