Home Politique RDC: La société civile appelée à s’assumer pour désigner un nouveau Président et d’autres membres de la CENI

RDC: La société civile appelée à s’assumer pour désigner un nouveau Président et d’autres membres de la CENI

11 min read
0
0

La désignation par une partie des confessions religieuses,  de Ronsard Malonda au poste de Président de la Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI) et son rejet par les églises catholique et Protestante ainsi que par une majeure partie de la population et de la classe politique fait la une de la presse en RDC. A travers le pays, des marches populaires de protestation ont été et seront organisées pour bloquer cette désignation qui a été entérinée par l’Assemblée nationale.

Presque toute la classe politique congolaise est d’accord pour dire qu’il faut annuler cette désignation qui est interprétée comme une volonté cachée du Front Commun pour le Congo(FCC) de rééditer ses exploits des élections bâclées après celles organisées par la CENI sous la présidence de Malu Malu, Daniel Ngoyi Mulunda et Corneille Nangaa. Aujourd’hui, ça se dit partout au pays et même dans les chancelleries occidentales qu’une fraude électorale est en train d’être planifiée avec la complicité de l’Assemblée nationale majoritairement dominée par le camp politique de l’ancien Chef de l’État Joseph Kabila. Mais est-il vrai que seuls les chefs des confessions religieuses ont le droit de désigner le Président de la centrale électorale ? Éléments de réponse.

Manipulées une fois, manipulées pour toujours
Selon un expert des questions électorales, la vérité se trouve dans les textes de la loi électorale et de la loi organique sur le fonctionnement de la CENI. « Nulle part dans ces textes, on donne le monopole de la désignation du Président de la CENI aux confessions religieuses. Les textes édictent que le Président de la CENI est désigné par la société civile », explique-t-il.

En parlant justement des textes, il faut dire l’article 10 de la loi organique n°13/012 du 19 avril 2013 modifiant et complétant la loi organique n°10/013 du 28 juillet 2010 portant organisation et fonctionnement de la Commission Électorale Nationale Indépendante est très clair au sujet de la désignation des membres du bureau. Voici ce qu’il est écrit :
« La CENI est composée de treize membres désignés par les forces politiques de l’Assemblée Nationale à raison de six délégués dont deux femmes par la Majorité et de quatre dont une femme par l’Opposition politique.
La Société Civile y est représentée par trois délégués issus respectivement de:
1. confessions religieuses ;
2. organisations féminines de défense des droits de la femme ;
3. organisation d’éducation civique et électorale.
Sans préjudice des dispositions des alinéas 1 et 2 du présent article, la désignation des membres tient compte de la représentativité nationale ».
Pourquoi alors les confessions religieuses sont-elles la seule composante de la société civile à avoir désigné le Président de la CENI?

Selon notre source, les confessions religieuses ont été utilisées (manipulées) par l’ancienne majorité présidentielle pour donner une certaine bonne image de la personne qui préside aux destinées de la CENI, sachant que la population congolaise est majoritairement croyante et donc, elle fait confiance aux chefs religieux. Et ce n’est pas la lecture des procès verbaux de désignation de Malu Malu, Ngoyi Mulunda et Corneille Nangaa qui démontrera le contraire car, c’est le principe du consensus qui a prévalu avec une certaine primauté de l’avis de la Cenco et de l’ECC.

Cela n’a malheureusement pas été le cas pour la désignation de Ronsard Malonda étant donné que le consensus n’a pas été au rendez-vous. Ce qui est plus grave, c’est le fait que le délégué de l’église Kimbaguiste, qui a été présentée comme ayant porté sa candidature vient d’être sanctionné par le chef spirituelle de cette église pour s’être compromis en baignant dans la corruption et la tricherie.
« Le faux corrompant tout, il est nullement question que l’on puisse continuer à parler de Malonda comme Président de la CENI car, malgré son expertise et toutes ses qualités, il est le fruit d’un faux », tranche un ancien cadre à la CENI.
A l’en croire, la procédure exigée est que chaque composante (société civile, majorité et opposition) désigne ses délégués qui seront validés par l’Assemblée nationale avant que les délégués de chaque composante désignent les personnalités qui doivent occuper les postes qui leur sont attribuées dans le bureau et à la plénière.

Vivement une table ronde de la société civile!

En tout état de cause, il paraît clair que la société civile doit s’assumer et se mettre ensemble dans sa pluralité pour trouver un consensus autour de la désignation de leurs délégués en commençant par un nouveau Président. Ce, comme le propose l’opposition et l’UDPS, après la reforme de la loi électorale et de la loi organique portant organisation et fonctionnement de la CENI.

Pour ce faire, d’aucuns pensent qu’il est impérieux pour tous les principaux leaders de la société civile de se retrouver dans un forum national de la société civile dont les délégués devront être issus des composants suivantes : confessions religieuses, associations et ONG, délégués des grandes communautés de base y compris les chefs coutumiers sans oublier les mouvements citoyens.

C’est à ce niveau que la sagesse des têtes de gondole de la société civile est sollicitée pour désigner des nouveaux animateurs de la CENI. Parmi ces têtes, on peut énumérer entre autres, le Cardinal Fridolin Ambongo et l’Abbé Donatien Nshole, Révérend Bokundoa, M.Bashombe, Maître Georges Kapiamba de l’Acaj Maitre Jean Claude Katende de l’Asadho, Barthélémy Okito de la Ligue nationale des Anamongo et les représentants de la Lucha, Filimbi et autres mouvements citoyens influents.
Jean Pérou Kabouira

Charger plus d'articles connexes
Load More By Admin
Load More In Politique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lire aussi

Prise en charge des filles siamoises nées à Lodja : La LINA remercie la Fondation Denise Nyakeru

Grâce à la promptitude et à la solidarité de l’ONG les Collines de Selembao, dirigée…