Home Politique RDC: On nomme, on nomme et on nomme!

RDC: On nomme, on nomme et on nomme!

6 min read
0
0

Le Président de la République, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo a signé une série d’ordonnances ces derniers jours.

Après la vague des mises en place dans l’armée et la magistrature, il a nommé, dimanche 19 juillet dernier, le coordonnateur de l’agence de Prévention de lutte contre la corruption. Avant ces récentes nominations, d’autres, concernant les animateurs de nombreuses structures rattachées à la présidence de la République dont la vanité de certaines donne tort à des hommes qui croient qui le progrès d’une nation se résumerait au nombre des instituons.

Bien d’analystes se demandent si le Chef de l’État tient compte de la représentativité régionale et surtout de la compétence dans ces nominations. Comment ne pas se poser cette question quand, certains qu’on n’a jamais vu dans les combats du parti présidentiel UDPS, qui n’ont jamais voulu rendre public leurs CV car n’ayant visiblement fréquenté aucune institution universitaire connue, peuvent être au-devant de la scène, promus sous l’œil impuissant et le regard désespéré des milliers des jeunes congolais très diplômés, et qui ont pu consentir de sacrifices dans la vie du parti en particulier et de la Nation ?

Ainsi, d’aucuns pensent que le régime actuel mêle les enfants et les épouses, les amis et les anciens camarades de classes dans la gestion du pouvoir. De quoi se demander si l’on ne serait pas dans une sorte d’aristocratie qui ne dit pas son nom. Malheureusement, quand de telles personnes débordent de la consanguinité, des filiations et des alliances pour être dans la gestion politique, un pouvoir ne peut que se fragiliser.
Il ne peut qu’être mal perçu par un peuple qui ne peut croire qu’il puisse manquer tant de compétences parmi ses millions de jeunes diplômés chômeurs.

C’est dire que sous Félix Tshisekedi, en dépit du slogan le peuple d’abord, les maris, les épouses et les frères, sinon les beaux frères, pour le bonheur des familles, dans le mépris des militants de l’UDPS qui attendent, sont nommés à tour de bras, à une seule condition d’avoir vécu à l’étranger avec le « boss » ou ses amis, consacrant une démocratie familiale et amicale où on ne laisse pas tomber l’enfant, l’épouse ou l’ami avec qui on a vécu la galère en Europe.

Chacun devrait trouver son compte. Quitte à créer chaque jour une structure, pourvue. C’est la grande battue. On aura beau crier, tant que le Chef de l’État clame partout qu’il prône l’État de droit, on déduira que toutes les personnes promues ont les compétences requises.

Il faut alors laisser le Président de la République nommer, nommer, nommer même si l’économie du pays est exsangue pour ne pas dire moribonde. Le comble, certains heureux promus se permettent beaucoup d’excès et d’extravagances dans une insouciance déconcertante.

Paul Lomanga

Charger plus d'articles connexes
Load More By Admin
Load More In Politique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lire aussi

Pour Fatshi, le Palu met fin à son « alliance » de plus de 14 ans avec Joseph Kabila

L’alliance entre le Parti Lumumbiste Unifié (Palu) et Joseph Kabila, vielle de plus de 13 …