Home Politique RDC: Le collectif d’actions de la société civile plaide en faveur d’un dialogue

RDC: Le collectif d’actions de la société civile plaide en faveur d’un dialogue

9 min read
0
0

Le Collectif d’actions de la société civile (CASC), une plateforme qui regroupe des organisations formelles de la société civile s’alarme sur la crise multiforme qui s’agrave en République démocratique du Congo. Pour éviter que la situation sécuritaire, politique, socio- économique et sanitaire, déjà intenable, ne plonge le pays dans l’abîme, il appelle les acteurs politiques et toutes les forces vives de la Nation à « s’arrêter pour discuter ».

Cette organisation a, dans une déclaration lue ce 28 juillet 2020 à Kinshasa, appelé à la tenue d’un dialogue apporter des solutions durables aux problèmes auxquels la Nation congolaise est confronté.

Les organisations de la société civile, les mouvements citoyens ainsi que les personnalités membres du CASC indiquent qu’ils ont suivi avec intérêt la déclaration du Chef de l’Etat, Félix Tshisekedi, tenue le 16 juillet dernier à Brazzaville, faisant appel à un dialogue entre les différents acteurs de la coalition FCC/CACH au pouvoir. Ils constatent que ces assises évoquées par le Président de la République n’ont pas eu lieu et qu’à leur place, ce sont des manifestations qui ont suivi les récentes nominations.

Ils font remarquer que sur le plan sécuritaire, l’occupation de certaines terres de la RDC par des armées étrangères sème la mort, troubles et désolation des populations sans aucune une réaction correspondant à la réputation de la RDC de 10eme puissance militaire d’Afrique.
« Sur le plan politique, la coalition FCC-CACH, perdue dans les querelles internes, s’essouffle. Les réccurents incidents produits par les acteurs politiques principalement ceux de la coalition au pouvoir à travers des discours et des déclarations incendiaires exhumant les velléités ethno-tribales et fragilisant d’avantage l’unité nationale, chèrement acquise par nos pères fondateurs. Cette situation plonge le pays dans un chaos total qui empêche dans le temp, tout fonctionnement optimal de nos institutions », regrette le CASC.

La coalition FCC/CACH essoufflée

Sur le plan socio- économique, le CASC note que les congolais subissent les effets de la déstructuration du cadre macro économique qui a comme corollaire la dépréciation de la devise locale face aux devises étrangères. A cela s’ajoute le chômage endémique, aggravé ces derniers mois par la pandémie du Coronavirus.

En parlant justement de Covid-19, le Collectif d’actions de la société civile affirme que cette pandémie a démontré la défaillance de l’action gouvernementale dans le domaine de l’économie de la vie. La cacophonie autour de la désignation par les confessions religieuses de Ronsard Malonda et son entérinement par l’Assemblée nationale ainsi que les vagues de contestations qu’ils ont entraîné sans oublier le manque de cohérence dans l’administration de la justice sont d’autres éléments évoqués.

D’où pour les organisations et personnalités membres du CASC, la coalition FCC-CACH a largement prouvé ses limites et par conséquent, il est temps de s’arrêter pour discuter en vue d’éviter le chaos.
« Face à la gravité de la situation, nous Collectif d’actions de la société civile, s’inspirant de la sagesse africaine et bantoue de l’arbre à palabre: invitons le Président de la République dans le cadre de sa mission de garant du bon fonctionnement des institutions, de convoquer un dialogue pour engager la communauté nationale dans son ensemble à la recherche d’un consensus nécessaire pour la survie autour des options susceptibles de favoriser la concorde nationale », ont-elle déclaré dans la déclaration lue par M. Samuel, du mouvement citoyen « il est temps ».

Aux acteurs politiques  et à toutes les forces vives de la nation, elles demandent de rechercher le consensus dans le cadre de ce dialogue pour des élections libres, transparentes, inclusives et apaisées à l’horizon 2023.
« Demandons au peuple congolais de transcender les clivages de toutes sortes pour avancer dans cette voie de la concorde nationale et du respect des valeurs républicaines. Convions toutes mes couches sociales, toutes tendances confondues de soutenir massivement le présent appel en vue de préserver la paix, sauver notre République et protéger les vies de nos concitoyens face au chaos qui profile à l’horizon », a conclu le CASC.

Opérationnelle depuis 2016, cette structure a participé activement aux manifestations organisées pour le retour à l’ordre constitutionnel et la tenue des élections organisées finalement en décembre 2018.

Ses membres se défendent de toute volonté de chercher à intégrer les institutions politiques. A ce sujet, ils signalent que leur centre d’intérêt c’est la RDC et qu’ils préconisent la tenue d’un dialogue dans le format de la conférence nationale souveraine. « Le CASC est proche de la population et limite pour la population. Pas pour les intérêts personnels de ses membres », a précisé Madame Mbombo de l’Ong Femmes Solidaires.
RD44

Charger plus d'articles connexes
Load More By Admin
Load More In Politique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lire aussi

Goma : Les enseignants boycottent la reprise des cours

L’Assemblée extraordinaire de la synergie des syndicats des enseignants de Goma s&rs…