Home Economie En colère contre la firme belge Dredging International: Les travailleurs de la CVM SA exigent le retrait de la drague ORWELL des eaux territoriales de la RDC

En colère contre la firme belge Dredging International: Les travailleurs de la CVM SA exigent le retrait de la drague ORWELL des eaux territoriales de la RDC

9 min read
0
0

L’intersyndicale de la Congolaise des Voies Maritimes (CVM SA) sollicite l’implication personnelle du Premier Sylvestre Ilunga pour l’aboutissement de ses revendications socioprofessionnelles et particulièrement en ce qui concerne le dossier de l’acquisition d’une drague d’occasion pour la relance des travaux de dragage de base. Elle lui a fait part de ses préoccupations dans un mémorandum daté du 30 juillet 2020.

La question du manque d’outil de travail adéquat pour la sécurité de la navigation dans le bief maritime du fleuve Congo aux navires de haute mer desservant les ports maritimes internationaux de Matadi et Boma préoccupe les travailleurs de la CVM SA.
Grâce à l’implication du Chef du gouvernement, une réunion tripartite gouvernement-employeur-intersyndicale CVM avait été tenue à l’Hôtel du gouvernement à Kinshasa.

Selon l’intersyndicale, au cours des travaux de cette tripartite, les participants avaient relevé que les revendications des travailleurs étaient fondées et que l’entreprise traversait effectivement une crise structurelle caractérisée par beaucoup de facteurs. Il s’agit entre autres de la baisse considérable des recettes, l’endettement très élevé vis-à-vis des tiers et une dette sociale importante envers le personnel actif, les retraités et les décédés ; la vétusté de l’outil de production qui a conduit la CVM SA à signer un contrat de partenariat avec la firme belge Dredging International (DI) pour l’exécution des travaux de dragage complémentaire.

Il avait été aussi noté que pour les travaux de sa première campagne de dragage complémentaire effectués en 2015, le Gouvernement avait assuré le préfinancement de l’ordre de 5.000 000 Euros, et qu’après analyse, on s’est rendu compte que ledit contrat était inégal envers la CVM SA. Enfin, la tripartie avait constaté que les cinq campagnes des travaux de dragage complémentaire exécutés par Dredging International ont coûté 36.791.425 USD, coût plus élevé d’une acquisition de la drague neuve.

Les parties prenantes à la tripartite aveint pris chacune des engagements. Ainsi, le gouvernement s’est engagé à acheter au profit de la CVM SA une drague d’occasion en bon état technique en vue de lui permettre de remplir correctement sa mission en attendant l’acquisition d’une drague neuve et d’un dock flottant et de diligenter une mission tripartite d’enquête pour la révision du contrat de partenariat public-privé CVM-Dredning International de manière à le rendre avantageux pour les deux parties.

Le gouvernement s’est aussi engagé à céder sa créance de l’ordre de 5.000.000 d’euros détenue sur ce partenariat au titre de préfinancement de la première campagne de dragage afin d’acheter la drague d’occasion déjà identifié et de faciliter le recouvrement de la créance de l’ordre de 1.953.727,05 USD ayant servi au préfinancement des travaux d’asphaltage de l’avenue Kasa-Vubu dans la Commune de Kalamu à Boma pour le compte de l’OVD.

Instruire la firme belge Dredging International à contresigner les ordres de paiement

Les agents et cadres de la CVM SA saluent, en dépit de leur situation sociale précaire, le respect des engagements pris par le gouvernement. Ils notent que les différentes résolutions tripartites qui relevaient de la compétence du premier ministre ont été exécutées de bonne foi.

Cependant, ils regrettent le comportement de certains membres du gouvernement, qu’ils accusent de souffler le chaud et le froid en retardant l’acquisition dans le meilleur délai de la drague d’occasion dont les négociations seraient très avancées et le payement réglé à hauteur de 80% par la CVM SA. « Ils fustigent l’attitude de la firme Belge Dredging International qui tarde à contresigner par mauvaise foi les ordres de paiement avec la CVM pour solder le prix d’acquisition de la drague, conditionnant cela par l’achat préalable de sa drague ORWELL dont le certificat de classification est à ce jour expiré », a écrit l’intersyndicale de la CVM SA au Premier ministre. Cette demande énerve les travailleurs d’autant que la commande de la drague prend presque toutes les recettes de la Redevance de Navigation Additionnelle (RDNA).

Par conséquent, l’intersyndicale propose au Chef du gouvernement d’instruire Dredging International à contresigner les ordres de paiement pour permettre à la CVM SA d’entrer en possession de la créance de 5.000.000 d’euros lui cédés par l’Etat congolais pour solder le prix d’acquisition de la drague d’occasion MANZALINO II, la part importante ayant été versée dans le compte du fournisseur.

Elle lui demande par ailleurs, de donner injonction pour que la drague ORWELL de cette forme belge quitte sans délai et sans atermoiement les eaux territoriales de la RDC. « Sollicitons votre particulière attention pour la libération de deux chèques de l’ordre de 650.000 USD chacun soit au total de 1.300.000 USD en souffrance à la Banque Centrale du Congo », ont conclu les agents et cadres de la CVM SA dans leur mémorandum.
ALT/LJN

Charger plus d'articles connexes
Load More By Admin
Load More In Economie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lire aussi

Justice : Isabelle Tshombe explique à Rose Mutombo les contours de sa mission auprès de la Francophonie

La Ministre d’État à la Justice et Garde des Sceaux, Rose Mutombo a accordé ce mercr…