Home Société Nord-Kivu: Plus de 600 élèves attendent les épreuves nationales en dehors de leurs écoles à Béni

Nord-Kivu: Plus de 600 élèves attendent les épreuves nationales en dehors de leurs écoles à Béni

4 min read
0
0

Plusieurs apprenants du primaire comme du secondaire du territoire de Beni, au Nord-Kivu s’apprêtent à participer au Test National de Fin d’Etude Primaire (TENAFEP) en dehors de leurs écoles.

Sont essentiellement concernés des écoliers finalistes des centres de plusieurs villages et localités du secteur de Rwenzori, où les rebelles Ougandais de l’ADF ont intensifié leurs attaques contre les civils depuis quelques mois, qui vont passer ces épreuves dans d’autres centres, où ils suivent déjà les cours en craignant pour leur sécurité.

Dans ce coin de Beni, les centre TENAFEP de Mapinduzi, situé à Mwenda avec un effectif de 275 candidats, et le centre de Mapasana situé à Lose-Lose avec un effectif de 156 candidats sont délocalisés respectivement à l’école Primaire Mupasa et l’école primaire Nzururu à Nzenga, à Mutwanga, chef lieu du secteur de Rwenzori. Aussi, le centre TENAFEP de Musenda, situé à Hakungupa est déplacé jusqu’à l’école primaire Kisima non loin de la commune de Bulongo avec un effectif de 206 candidats.

C’est le responsable de la sous Division de l’enseignement Primaire, Secondaire et Technique de Bulongo, Dominique Kambale Sondirya qui livre ces statistiques à Alternance.cd ce lundi 24 août 2020. La même source rapporte aussi que d’autres élèves finalistes du primaire sont encadrés dans d’autres écoles, de la cité de Kasindi-Lubirihya, à la frontière avec l’Ouganda.

Au sujet des finalistes du secondaires de ces milieux, cette autorité scolaire précise que ceux-ci sont accueillis dans les différentes écoles qui organisent leurs options respectives dans les zones où règne une relative paix et la sécurité.
Le sous Proved de Bulongo rassure quant à leur encadrement dans ces entités scolaires. « Malgré ce déplacement des écoliers et élèves vers des entités sécurisées, les enseignements se passent sans difficultés et les enseignants s’y mettent même si les nombreux besoins sur tous les plans de la part des apprenants et de leurs encadreurs », martèle Dominique Kambale Sondirya.

À noter que suite à l’insécurité grandissante entretenue en ville et territoire de Beni par des présumés rebelles Ougandais de l’ADF, plusieurs enfants en âge scolaire ont déjà rompu avec le chemin de l’école, et vivent dans des grandes agglomérations de ce territoire où ils sont déplacés.

Didy Vitava

Charger plus d'articles connexes
Load More By Admin
Load More In Société

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lire aussi

Débouté pour la 5ème fois dans l’affaire qui l’oppose au FPI: Kin Kiey Mulumba aux abois

Débiteur insolvable auprès du Fonds de Promotion de l’Industrie (FPI), le Professeur…