Home Politique Mise en place dans la territoriale : Le FCC redoute(tardivement) sa marginalisation

Mise en place dans la territoriale : Le FCC redoute(tardivement) sa marginalisation

6 min read
0
0

« L’homme prudent voit le mal et se cache, mais les simples avancent et sont punis ». Cette exhortation divine tirée du livre biblique des Proverbes 22:3 semble être comprise par le Front Commun pour le Congo(FCC) dans ses rapports avec son allié, le Cap pour le Changement (CACH).

Après s’être vu ignoré dans les mises en place effectuées récemment dans la haute hiérarchie de l’appareil judiciaire et militaire, le camp politique de Joseph Kabila est décidément devenu très regardant et prévenant.

Redoutant une marginalisation dans les prochaines nominations de cadres territoriaux par le Ministère de l’intérieur, le FCC exige des consultations au sein de la coalition.

Son argumentaire: « La territoriale participe du cadre institutionnel de l’organisation des élections. De ce fait, la nomination des cadres territoriaux au niveau tant des entités territoriales décentralisées que celles déconcentrées, doit se dérouler en toute transparence de manière à rassurer toutes les parties prenantes ». C’est ce qu’a soutenu le FCC dans un communiqué publié le 9 septembre 2020 à l’issue d’une réunion de la conférence de présidents.
Et dans l’entendement du Front Commun pour le Congo, ces mises en place devraient, pour ce qui est des entités déconcentrées, (le cas des Administrateurs de territoire), tenir compte de l’impératif de la stabilité des cadres territoriaux en fonction, « depuis seulement 2018, en prenant en compte les coûts comparatifs pouvant entrainer des mutations prématurées et non préparées, mais dictées uniquement par des mobiles partisans ».

Bien plus, il estime que les nominations imminentes des cadres territoriaux par le Ministère de l’intérieur devraient respecter la procédure prescrite, impliquant les ministères et commissions gouvernementales concernées y compris, les délibérations en Conseil des ministres.

Le tour est joué ?

Ce qui préoccupe le FCC, c’est le fait que les nouveaux cadres de la territoriale auront un rôle à jouer dans le processus électoral qui devra débaucher sur les élections de 2023.

Selon les sources d’Alternance.cd au ministère de l’intérieur, CACH aurait déjà pris de l’avantage en s’octroyant la part du lion dans le partage des postes dans la territoriale.

A titre illustratif, nos sources renseignent que dans la province du Sankuru, servie sur un plateau à un célèbre candidat gouverneur indépendant qui n’a pas tardé à rallier l’UDPS une fois élu par une assemblée provinciale majoritairement FCC, quatre des six postes d’administrateurs titulaires de territoire seraient octroyés à des proches du gouverneur, donc, à des membres supposés de l’UDPS. Le parti présidentiel se serait aussi octroyé cinq des 12 postes d’administrateurs de territoire assistants dans cette province très pauvre située au centre du pays. Il ne resterait que l’officialisation et la notification des probables promus dont certains ont été instruits pour prendre les dispositions utiles en vue de rejoindre leur future lieu de travail.

Les informations obtenues au sujet des provinces du Kongo Central, Nord-Ubangi et Tshopo pour ne citer que celles-ci, ne sont pas de nature à rassurer le Coordinateur national du FCC, Néhémie Mwilanya, qui devra multiplier les communiqués avant l’officialisation des prochaines nominations dans la territoriale.
RD44

Charger plus d'articles connexes
Load More By Admin
Load More In Politique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lire aussi

RDC: Trois mois et demi de consultations avec les mêmes acteurs…

Le nouveau Premier ministre, Jean-Michel Sama Lukonde, poursuit les consultations qu&rsquo…