Home Politique Des pêcheurs, ong et OSC œuvrant dans les environnements côtiers de 7 pays africains se concertent

Des pêcheurs, ong et OSC œuvrant dans les environnements côtiers de 7 pays africains se concertent

17 min read
0
0

Le 29 septembre 2020, la South Durban Community Environmental Alliance, en collaboration avec la Health of Mother Earth Foundation, a accueilli la deuxième assemblée générale de l’Alliance FishNet. En raison de la pandémie de Covid-19 et son lot des restrictions dans toute l’Afrique, cette réunion s’est déroulée à distance grâce à Zoom.

La conférence a réuni des pêcheurs, des ONG et des organisations de la société civile (OSC) travaillant dans les environnements côtiers de 7 nations africaines. Il s’agit du Nigeria, Cameroun, Ghana, Afrique du Sud, Togo, Sénégal et de la RDC.

Le Congo Kinshasa a été représenté a ce forum virtuel par Femmes Solidaires (FESO) et la Coalition des Organisations de la Société Civile pour le Suivi des Réformes et de l’Action Publique (CORAP).

Au cours des délibérations, il a été observé qu’à la suite de la pandémie, il est devenu très inquiétant d’entendre parler de cas de poissons morts échoués sur le rivage et éparpillés sur les côtes des communautés de pêcheurs dans la région du delta du Niger au Nigeria, d’autant plus que le Nigeria et le reste du monde subissent un verrouillage forcé afin de freiner la propagation de la pandémie de COVID-19.
Cette situation a donné lieu à des enquêtes et des interventions sérieuses même lorsque l’on travaille à domicile.

Cette incidence représente une grande menace pour les écosystèmes marins car tout ce qui est responsable de la mort des poissons peut affecter d’autres composantes de l’écosystème, ainsi que la santé et les moyens de subsistance des communautés qui dépendent des eaux touchées pour leur survie.
Ce scénario n’a pas seulement touché les côtes du Nigeria, il s’est également étendu à d’autres régions d’Afrique et ces menaces sont le résultat de diverses activités extractives, légales et illégales.

Alors que le monde est pratiquement fermé, les sociétés extractives travaillant le long des côtes africaines se sont employées à mener leurs activités malveillantes sans prendre en considération les impacts que leurs activités auront sur les environnements côtiers et aquatiques ainsi que sur les personnes dont la subsistance dépend de l’environnement côtier.

De l’autre côté, les politiques gouvernementales n’ont pas arrangé les choses, car les pêcheurs n’ont pas le droit de sortir pour pêcher et même de s’engager dans des activités qui leur permettent de mettre de la nourriture sur leurs tables et de collecter des fonds pour la survie de leurs familles.
Selon les pêcheurs touchés, ils se sont retrouvés bloqués et privés de leurs ressources pour gagner leur vie. Alors que le verrouillage s’intensifiait, des entreprises et des personnes privilégiées ont reçu l’aide de divers gouvernements africains, mais personne n’a jugé
bon d’étendre ce genre de gestes à ceux qui vivent dans les environnements côtiers ou les zones rurales, et qui accueillent les sociétés et les entreprises extractives que les gouvernements renflouent pour les protéger des effets de la pandémie. Les gouvernements africains doivent savoir que le poisson a plus de valeur que le pétrole car le poisson apporte la vie, il apporte l’espoir aux générations qui ne sont pas encore nées.

Les politiques actuelles visent à promouvoir l’économie bleue ou l’économie océanique, mais il n’en reste pas moins que personne ne devrait revendiquer les mers ou les océans. Ils appartiennent au peuple et celui-ci doit profiter des ressources qui proviennent de cette économie.
Le gouvernement ne devrait pas accorder de privilèges ou de droits à des individus ou à des sociétés pour qu’ils puissent fonctionner alors que les personnes qui accueillent les ressources ne sont pas autorisées à profiter de ce qui se trouve dans leur environnement.
C’est inacceptable et ça ne devrait pas être autorisé à continuer.

En Afrique du Sud, les politiques de pêche existantes ne servent pas les intérêts de la majorité des pêcheurs, mais plutôt ceux de quelques personnes qui se livrent à des pratiques de pêche industrielle et à grande échelle. ,
« Nous devons donc veiller à ce que les politiques de pêche soient faites pour servir tout le monde et non quelques personnes. Nous avons besoin de politiques qui traitent tout le monde de la même manière. Les gens ne doivent pas être autorisés à souffrir de la faim pendant que les grandes entreprises viennent pêcher dans les rivières avec des chalutiers et des engins de pêche sophistiqués – alors que les gens sont limités dans certaines zones pour pêcher », conseillent les participants.

Le groupe a également identifié qu’au fur et à mesure que le verrouillage se relâchait, la triste nouvelle du déversement de pétrole de l’île Maurice par le vraquier japonais – déversant plus de 1000 tonnes de pétrole – est arrivée. La marée noire a détruit l’île Maurice, autrefois belle et sereine, et ses écosystèmes, causant ainsi des difficultés indicibles aux pêcheurs et aux habitants de l’île Maurice qui dépendent uniquement des ressources aquatiques naturelles de l’océan Indien.
Dans Dismay, le groupe a déploré que ces activités extractives et le transport des produits devraient être arrêtés pour faire place à un environnement côtier sûr et protégé. Les participants ont également désapprouvé les politiques gouvernementales qui permettent aux grandes entreprises de pêcher avec des chalutiers et des engins de pêche sophistiqués alors que les petits pêcheurs sont limités à certaines zones.

Recommandations pertinentes

En réponse aux questions soulevées, les participants à cette conférence ont formulé plusieurs recommandations en direction de leurs États respectifs.
Pour eux, les pêcheurs doivent être consultés et faire partie des politiques et des cadres institutionnels qui touchent les communautés côtières et les pêcheurs. Les pêcheurs doivent faire partie des processus de formulation et de prise de décision de toutes les politiques relatives à la pêche et au littoral.
Ils demandent que le gouvernement africain veille toujours à ce que les navires transportant des produits à base de combustibles fossiles soient accessibles et certifiés sûrs avant d’être autorisés à passer par leurs voies navigables.

Pour les participants, les pêcheurs devraient être considérés comme des stimulateurs économiques car ils contribuent à environ 70 % des besoins en protéines de la population et offrent des possibilités d’emploi aux habitants des communautés côtières. Ils devraient donc être inclus dans l’aide gouvernementale qu’ils fournissent afin de les sauver de la misère en cas de circonstances imprévues.
« Il faut mettre un terme immédiat à l’invasion de nos eaux par les chalutiers de fond qui anéantissent notre océan et détruisent les possibilités des pêcheurs artisanaux et à petite échelle; Abandonner les projets de grands barrages qui ont un impact énorme sur les populations de poissons et qui affectent donc directement les pêcheurs artisanaux et à petite échelle », suggèrent-ils.

Selon les participants, les gouvernements devraient revoir leurs politiques et leur transition vers l’interdiction des plastiques à usage unique afin de garantir la santé des espèces marines.
Ils ont suggéré que certains écosystèmes aquatiques soient reconnus comme des sites du patrimoine mondial en raison de leur importance environnementale et parce que la subsistance des pêcheurs en dépend.
« Toutes les industries extractives qui cherchent à détruire les systèmes marins et la capacité des pêcheurs à gagner leur vie devraient être arrêtées. Toutes les industries qui ont pollué des masses d’eau avec des produits toxiques doivent être tenues responsables de leurs actions », ont-t-ils préconisé.

Ils ont plaidé pour que les politiques gouvernementales, en particulier celles relatives à la pêche, soient conçues de manière à traiter tout le monde de manière égale et sans restrictions.

Parmi les organisations participantes a cette conférence virtuelle figurent la Fondation pour la santé de la Terre nourricière du Nigeria , South Durban Community Environmental Alliance de l’Afrique du Sud , KZN Subsistence Fisherfolk Forum de l’ Afrique du Sud , Femmes Solidaires (FESO) de la RDC,
Coalition des Organisations de la Société Civile pour le Suivi des Réformes et de l’Action Publique (CORAP) de la DRC ,TUBE AWU – Association Communautaire de Recherche et Développement du Cameroon , Centre de Recherche et d’Action sur les Droits Economiques, Sociaux et Culturels du Sénégal.

GK

Charger plus d'articles connexes
Load More By Admin
Load More In Politique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lire aussi

Kinshasa: Un policier ivre gaspille deux précieuses munitions à Maluku

Les habitants des avenues situées aux alentours de la morgue de Maluku, située la commune …