Home Politique Choc frontal entre Tshisekedi et le FCC: Vers la mise en place d’un gouvernement intérimaire coordonné par les SG de l’Administration publique ?

Choc frontal entre Tshisekedi et le FCC: Vers la mise en place d’un gouvernement intérimaire coordonné par les SG de l’Administration publique ?

6 min read
0
0

En couteau tiré pour le  contrôle de la Cour Constitutionnelle et de la CENI, le Président de la République et ses alliés du Front Commun pour le Congo(FCC) livrent un spectacle inédit au peuple congolais. Alors qu’elle tenait à tout prix à garder le contrôle de la haute Cour en exigeant le maintien des juges Kilomba et Ubulu, la famille politique de Joseph Kabila a été littéralement humiliée mercredi 21 octobre 2020 au Palais du peuple à l’occasion de la cérémonie de prestation de serment populaire des trois nouveaux juges.

La crise politique tant redoutée en République Démocratique du Congo est là. La coalition au pouvoir se déchire. Déterminé à conserver le contrôle de la Cour Constitutionnelle dont cinq juges ont agi favorablement à ses attentes dans les dossiers de la destitution de Jean-Marc Kabund du bureau de l’Assemblée nationale et du conflit de leadership à l’AFD-A, le FCC aura perdu, avec le remplacement de Kilomba et Ubulu ainsi que la démission de Benoit Lwamba trois précieuses voix.

Refusant d’avaler la pilule amère, le camp de l’ancien Chef de l’Etat a boudé la cérémonie    de prestation de serment des trois nouveaux juges de la Cour Constitutionnelle pourtant réputés compétents, expérimentés et qui ont fait leur preuve dans ce secteur.

Ce qui est grave, le Premier ministre, Chef du Gouvernement et ses ministres ont, sous les ordres du PPRD/FCC désobéir au Conseil des Ministres qui lui avait formellement demandé d’organiser cette cérémonie. Il en est de même de tous les Députés et Sénateurs du FCC à l’exception de quatre qui n’ont pas respecté ce mot d’ordre. Ajouté à cela le rejet de la désignation de Ronsard Malonda à la tête de la CENI par la famille politique de Félix Tshisekedi, d’aucuns pensent que la coalition FCC-CACH s’est éclatée. Du coup, le message du Chef de l’Etat à la Nation prévu ce vendredi 23 octobre est attendu comme une occasion pour lui de se libérer officiellement de la coalition qu’une certaine opinion présentait depuis longtemps comme contre nature.

« Au regard de la mobilisation qu’il y a eu hier au Palais du peuple où le Chef de l’Etat a communié en live avec sa base naturelle, tout le monde attend que le Président de la République annonce la dissolution du parlement et demande au 1er ministre de démissionner », s’exclame un cadre de l’UDPS. Il estime qu’à cette hypothèse, l’ONU devra activer sa commission électorale pour organiser les élections législatives  crédibles en République Démocratique du Congo.

Par ailleurs, beaucoup  d’analystes souhaitent que le Gouvernement de la République soit placé sous la Coordination d’un Secrétaire général assisté par tous les secrétaires généraux jusqu’à l’organisation des élections législatives nationales et l’identification d’une nouvelle majorité parlementaire devant permettre au chef de l’Etat de réaliser sa vision.

 Pour rappel, la RDC avait connu ce genre de situation à l’époque de Mobutu où l’ancien  Secrétaire Général au Commerce Extérieur Nzushi Mupiamina avait coordonné pendant 10 mois le gouvernement avec l’assistance de tous les autres SG. « Quant aux entreprises publiques, elles devraient être dirigées par les directeurs les plus  expérimentés et les mieux côtés », suggère un Professeur en Sciences politiques.

ALT.

Charger plus d'articles connexes
Load More By Admin
Load More In Politique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lire aussi

RDC : Des appels à la réouverture du procès Chebeya et Bazana se multiplient !

Le dossier sur le double assassinat de Floribert Chebeya et Fidèle Bazana a été au centre …