Home Politique Consultations initiées par Félix Tshisekedi : Philippe Kazadi appelle Moïse Katumbi à la prudence

Consultations initiées par Félix Tshisekedi : Philippe Kazadi appelle Moïse Katumbi à la prudence

7 min read
0
1

Cadre de Ensemble pour la République, Philippe Kazadi voit derrière les consultations des forces sociales et politiques initiées par le Chef de l’État, des calculs politiques savamment montés pour faire basculer la majorité parlementaire en sa faveur.

Il estime qu’apres s’être lancé dans un deal avec Joseph Kabila, qui selon lui, est vomi par la population, Félix Tshisekedi voudrait redorer son blason terni et sauver son bilan pour espérer rempiler en 2023. D’où pour Philipe Kazadi, la prudence doit être de mise dans le chef des autres acteurs politiques, particulièrement Moïse Katumbi dont l’ambition présidentielle reste intacte.
Il soutient que le Président de Ensemble pour la République doit se décider en fonction de ce que lui et son parti visent en 2023. Par conséquent, il l’appelle à agir avec prudence. Voici l’intégralité de sa réflexion.

CONSULTATIONS INITIEES PAR FÉLIX TSHISEKEDI
Ce que je pense
Point n’est besoin de revenir sur la présentation du contexte politique délétère que nous connaissons.
À mon humble avis, la prudence doit être de rigueur au sein d’Ensemble pour la République dont le leader aspire à la magistrature suprême. Moïse Katumbi a besoin de préserver son image (sa réputation et sa crédibilité). La perte sera énorme si nous devrions venir partager la responsabilité de l’échec du mandat de Félix.
Il s’est lancé, à titre individuel, dans un deal avec JKK, haï de toute la population. Autrement, du point de vue de la population : l’ami de mon ennemi est mon ennemi. C’est aussi simple que ça.
Nous ne voulons pas le combattre, mais nous ne devons pas aussi entacher notre lutte, notre image et nos aspirations en nous approchant ouvertement de Félix sur base d’un calcul dont on ne maitrise pas, peut-être, les tenants et les aboutissants.
D’où, les thèmes, le cadre, le lieu et les modalités de ces concertations devront être bien étudiés par le bureau politique de Ensemble pour la République. Il ne doit être question de galvauder nos atouts.
Je vois certains calculs et certaines projections faits sur les réseaux sociaux portant sur un schéma savamment monté pour faire basculer la majorité parlementaire en faveur de Félix. Rien n’est plus sûr.
Les garanties
Il n’y a pas d’actions sans intérêts, en politique. Quels sont les intérêts politiques de Moïse Katumbi (par rapport à son ambition présidentielle) et d’Ensemble pour la République dans la perspective électorale de 2023? Et quelles sont les garanties? (n’oublions pas le comportement de Félix et de l’UDPS en matière du respect des accords).
Choix rationnel
Le fait pour Fatshi de viser à consulter les leaders politiques majeurs n’est pas fortuit. Il a fait un choix à la fois stratégique que rationnel. Et Moïse Katumbi est acteur principal dont Félix a indubitablement besoin. Mais, qu’est-ce qu’il vise? Et pourquoi seulement maintenant ?
Eu égard au contexte politique actuel, je peux conclure que Félix vise deux choses : redorer son blason terni et sauver son bilan pour être bien côté en 2023. Sur cette ligne, nous ne devons pas agir sans trop de prudences. Pourquoi maintenant ! Chacun comprend…

En définitive, Félix veut se rassurer un deuxième mandat. Avec la kabilie, sauf fraude massive, il ne pourra pas l’obtenir.
Il a donc besoin des hommes comme MK.
À nous maintenant de savoir ce que nous voulons.
Nous ne devons pas servir d’échelle pour quiconque tant notre ambition est grande et forte.
Merci
Philippe Kazadi

Cadre de Ensemble pour la République

Charger plus d'articles connexes
Load More By Admin
Load More In Politique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lire aussi

Crise politique en RDC : Shambuyi Kalala estime que l’esprit des accords FCC-CACH est largement dépassé par la réalité

La RDC est en crise. C’est une évidence. Les animateurs des institutions n’éme…